02/10/2016

Et si on débranchait définitivement la prise?

FullSizeRender.jpgIl sera à nouveau question le 27 novembre prochain lors des votations fédérales de notre avenir écologique. Après avoir manqué l’occasion, à l’exception notoire du canton de Genève, de dire « oui » à une économie verte dimanche passé, les Suisses sauront-ils saisir cette seconde chance en se prononçant en faveur de l’initiative pour débrancher les centrales nucléaires après 45 ans de vie ?

Rien n’est moins sûr.

Les mêmes qui ont contribué à faire rejeter l’initiative des Verts en faisant peur à la population avec la politique de la douche froide vont en effet en remettre une couche, tout en passant comme chat sur braises sur les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima, en prétendant qu’en fermant d’ici 2029 les cinq centrales nucléaires, il faudra s’éclairer à la bougie. Rien de plus faux évidemment, car ce sera l’occasion de mettre le pied sur l’accélérateur en matière d’énergies renouvelables et faire preuve d’innovation, domaine dans lequel notre pays est un leader mondial.

A noter que sur les cinq centrales existantes, Beznau I, la plus vielle centrale nucléaire du monde (1969), est à l’arrêt depuis juillet 2015 pour de graves problèmes de sécurité (voir à ce sujet l’article que j’ai publié sur ce blog il y a un an : Beznau, une bombe à retardement?) et que Mühleberg sera fermée en 2019, car elle n’est pas assez rentable.

Oui, le nucléaire, c’est surtout une histoire de gros sous et démanteler les centrales nucléaires va coûter cher, très cher. Combien ? On ne le sait pas exactement, les exploitants n’étant pas vraiment les rois de la transparence. Mais il s’agit bien de compter en milliards. Alors autant prolonger au maximum la vie de ces chères centrales, faire le plus de bénéfices possibles et tant pis si l’on expose la population au risque d’une catastrophe nucléaire majeure.

C’est ce qu’on appelle la fuite en avant, politique irresponsable que les délégués du PLR ont d’ailleurs approuvée samedi lors de leur assemblée en rejetant à la quasi unanimité le texte des Verts. Une majorité des Suisses saura-t-elle défendre ses propres intérêts et ceux des générations futures, et non celui du lobby nucléaire, en débranchant définitivement la prise ? Réponse le 27 novembre.

Commentaires

Exemple de question embêtante: le chauffage électrique.
Bientôt,(nous dit-on) il faudra remplacer les dispositifs de chauffage électrique des habitations par un "autre dispositif ".
Sur la nature exacte de cet "autre" postulé possible, sur ses implications écologiques, sociales,politiques, économiques, nous ne voyons aucune certification officielle.
A bien regarder, il n'est question que d'argent.
OK, bof...

Bien à vous.

Écrit par : André Kaulo | 03/10/2016

Les commentaires sont fermés.