29/12/2016

L'esprit de Noël a soufflé sur le Conseil d'Etat

IMG_7659.PNGEn raison des fêtes de fin d'année, la nouvelle est passée un peu inaperçue. C'est en effet le 23 décembre que le Conseil d'Etat a annoncé qu'il s'était adressé par lettre à la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga pour lui demander de "limiter les expulsions d'enfants pendant le cursus scolaire, notamment par le biais de vols spéciaux, aux périodes de vacances d'été". Autrement dit, que l'on arrête de renvoyer chez eux des élèves au cours de l'année scolaire.

Cette réaction du Conseil d'Etat, qui n'a rien de très révolutionnaire, fait suite au renvoi début décembre d'une famille kosovare, installée depuis six ans à Avully, par vol spécial. La manière brutale dont cela s'est passé, les enfants scolarisés n'ont même pas pu dire au revoir à qui que ce soit, a soulevé une levée de boucliers parmi la population, mais aussi - enfin serait-on tenté de dire - parmi les politiques.

C'est ainsi que les deux Conseillers d'Etat de gauche ont brisé la collégialité pour lancer un appel à un droit d'asile plus humaniste et que l'ancien Conseiller d'Etat démocrate-chrétien Dominique Föllmi a déclaré dans une interview à La Tribune de Genève qu' "il y avait des moments où l'humain devait passer par-dessus les lois." Il en avait fait la preuve en 1986 lorsqu'il avait amené lui-même une élève clandestine, ce qui avait finalement débouché un peu plus tard sur la scolarisation des élèves sans-papiers.

Le message de Dominique Föllmi vise principalement le Conseiller d'Etat Pierre Maudet, le premier concerné par l'application des renvois, qui devrait pourtant savoir qu'il y a la loi et l'esprit de la loi. Cela ne ferait pas de lui un mauvais Magistrat s'il mettait de temps en temps (un peu) les pieds au mur pour éviter des drames humains, bien au contraire.

Espérons donc que l'esprit de Noël qui a soufflé, certes avec modération, sur le Conseil d'Etat se maintienne avec la nouvelle année afin que plus un seul élève de l'école genevoise ne soit renvoyé au cours d'une année scolaire, quitte à désobéir à Berne. Question de replacer les valeurs humaines à leur juste place.

Les commentaires sont fermés.