20/01/2017

"Arrête avec tes mensonges"

FullSizeRender2.jpgIl y a une dizaine d’années, le romancier Philippe Besson est entré dans ma vie accidentellement. Il l’a fait avec le bien nommé « Un homme accidentel », bientôt adapté au cinéma, qu’une amie très proche m’a prêté, persuadée que ce livre me plairait. Elle avait vu tellement juste que j’ai depuis lu tous ses livres, 18 à ce jour avec le dernier qui vient de paraître « Arrête avec tes mensonges ». J’ai même eu la chance de le rencontrer et de converser avec lui quelques minutes lors de l’édition 2016 du salon du livre. Un moment inoubliable.

Ce roman autobiographique est un cadeau inestimable de l’auteur à ses lecteurs, car il « offre une vérité intime sans filtre alors que cette vérité filtrait dans les romans précédents, mais elle n’était jamais au premier plan. » Philippe Besson « raconte un souvenir de sa jeunesse qui l’a poursuivi longtemps et qui l’a rattrapé récemment et qui explique sans doute une part de l’homme et du romancier qu’il est devenu. »

Dans « Arrête avec tes mensonges », le style direct, des phrases le plus souvent courtes entrecoupées de virgules, qui donne un rythme soutenu au récit et vous emmène avec lui dès la première ligne, est une nouvelle fois présent.

Mais le style, aussi bon soit-il, ne suffit toutefois pas à vous embarquer dans un livre au point qu’il est difficile de s’arrêter une fois que vous l’avez commencé. Il faut aussi savoir raconter des histoires. Philippe Besson le sait. D’une manière remarquable.

« Arrête avec tes mensonges » met en avant la difficulté d’être soi-même ou pas suivant son contexte familial et social. Un constat qui dépasse largement le cadre de « cet amour immense et tenu secret » entre deux adolescents qui a fini par se rappeler aux bons souvenirs de Philippe Besson. Bouleversant.

FullSizeRender.jpg

Les commentaires sont fermés.