27/01/2017

Pas de "Trumperie" sur la marchandise

images.jpgLe moins que l’on puisse écrire, et que l’on apprécie le personnage ou non, c’est qu’après une semaine de pouvoir, Donald Trump a mis à exécution plusieurs de ses promesses électorales.

On peut imaginer que ses électrices et électeurs sont ravis de la diminution drastique des aides financières aux ONG qui ont un lien avec l’avortement, du tour de vis sur les immigrés clandestins, de l’annonce de la construction d’un mur à la frontière mexico-américaine (les électrices et électeurs de Donald Trump ont-ils vraiment cru que le Mexique serait assez stupide pour le financer ?!), de la suppression de toutes les références aux droits des personnes LGBT sur le site de la Maison Blanche, de la relance de deux projets d’oléoducs mettant sérieusement en danger la protection de l’environnement, de la remise en question de l’assurance maladie, de la dérégulation massive qui se répercutera d’une manière ou d’une autre sur les droits des travailleuses et travailleurs et la liste n’est pas exhaustive.

Il n’y a donc pas « Trumperie sur la marchandise ». Le nouveau président des Etats-Unis applique le programme sur lequel il a été élu, ce qui est plutôt rare, il faut bien le dire. Cette qualité ne fait pas pour autant de moi un nouveau supporter de Donald Trump ! Je continue de ne pas comprendre comment une majorité des Etats (rappelons que c’est Hillary Clinton qui a obtenu la majorité des voix) a pu mettre à la tête du pays le plus puissant du monde un homme qui prend ses décisions à la hache.

Et qu’en pensent à présent celles et ceux qui ont renoncé à voter en novembre refusant de se prononcer entre ce qui leur apparaissait comme un choix entre la peste Trump et le choléra Clinton (ou inversement) ? Il faudra sans doute attendre les élections de mi-mandat en novembre 2018 pour le savoir. Que le temps va paraître long jusque-là !

Commentaires

Ce débat sur le vote populaire est stérile est sans intérêt.

M. Trump a été élu président selon les règles électorales fixée dans la constitution des Etat-Unis. Les règles étaient claires dès le départ et l'équipe de Mme Clinton les connaissait parfaitement. Ce système vise à éviter que le président soit élu par par les états très peuplés au mépris des autres (Un peu comme notre système de double majorité canton/peuple).

Ces électeurs "qui ont refusé de se prononcer", comme vous l'écrivez si bien, seront peut-être heureux de voir la machine économique US relancée avec de nouveaux emplois à la clé, notamment ceux qui seront créés pour la construction du mur le long du Mexique. C'est un terreaux fertile que M. Trump ne manquera pas d'exploiter tout au long de son mandat en vue d'une réélection en 2020, pourquoi pas.

Quand à la manière de M. Trump de prendre ses décisions, c'est évidement l'antipode de son prédécesseur....mais au moins il décide, lui.

Écrit par : jacphil | 27/01/2017

Une chose qui m'a fait plaisir dans l'élection de D. Trump: nous avons un adversaire en face et non dans le dos.
Il fallait prendre ses promesses de campagne au sérieux.
Toutes les chancelleries de la planète savaient à quoi s'en tenir, mais au moins, elles étaient averties et elles pouvaient se préparer à le confronter.

Avec Trump, c'est le rapport de forces rapidement. Il ne respectera que les gouvernements qui lui résisteront. Ils pourraient même les courtiser. Avec ceux qui se montrent dociles, ils les utilisera jusqu'à l'abus.

On peut manifester sur tous les tons, sur tous les thèmes, c'est un vrai démocrate au sens littéral, désagréable et factuel du terme. Lui, poursuivra ses objectifs sans se perdre dans les revendications de couleurs à travers les galaxies. Il ne se laissera pas mettre une laisse humanitaire, culturelle, ou sociale. Il n'en a cure: business first as well making (his) America great again.

Il a tenu ses plus mauvaises promesses. Il y a déjà fourni un joli petit catalogue.
Pour commencer: autoriser la torture et les prisons secrètes; abolition du droit à l'avortement; autorisation pour la prospection et l'exploitation du sable bitumeux et le gaz de schistes; la poursuite de la guerre contre le terrorisme islamique où il amalgame sans nuance tous les musulmans; la renégociation des accords où seule l'Amérique serait gagnante à 100%, sinon à 200%; la baisse d'impôts pour les plus grandes usines qui relocalisent ou qui restent au pays; l'abolition de l'Obamacare dont on ne sait pas par quoi il remplacera, etc.

A présent, les Américains attendent de connaître les modalités dans la mise en application.

Soyons curieux, restons attentifs, le phénomène Trump va produire ses effets, il radicalise les positions, il a déjà perturbé le joueurs d'échec européens de la sainte Union. L'UE est nue! Elle est indigente!

Écrit par : Beatrix | 28/01/2017

Beatrix, merci de ne pas insulter les joueurs d'échecs.

Écrit par : dies irae | 28/01/2017

@ dies irae

Pardonnez-moi ce raccourci précipité.
Les joueurs d'échec sont d'une anticipation redoutable. Ils sont admirables à bien de titres.
Je veux juste parler des "pions" alignés sur l'échiquier US, heureux de s'aligner devant ses maîtres et avec zèle.

Écrit par : Beatrix | 28/01/2017

Les commentaires sont fermés.