30/04/2017

"Ce couillon de Macron"

Mon écœurement est maximal après avoir passé la soirée sur les réseaux sociaux où j'ai lu les pires horreurs sur Emmanuel Macron. Il aurait des connexions avec un réseau pédophile, son mariage ne serait qu'une façade pour cacher son homosexualité, il ne comprendrait rien à ce qu'il dit, ce serait le responsable de tous les maux de la France avec en conclusion cette injure d'un internaute qui le traite de "couillon".

Au secours! Il me semble que l'on peut combattre un adversaire politique sans pour autant dire n'importe quoi à son sujet et l'insulter, non?

Qu'Emmanuel Macron et son projet de société ne soient pas la tasse de thé de tout le monde, rien de plus normal.

Mais de là à essayer de le salir de la sorte - à tel point qu'on en oublierait que son adversaire est la représentante d'un parti qui attise la haine ente les Français depuis des dizaines d'années - je trouve ça lamentable et pitoyable. 

Les adversaires d'Emmanuel Macron sont-ils à ce point dénués d'arguments pour combattre son programme qu'ils ne leur restent plus que l'injure et la diffamation comme armes de campagne?

24/04/2017

Comment Hamon distingue Macron de Le Pen

IMG_8576.JPGCette fois, les sondages n'ont pas failli. Les deux favoris sont arrivés en tête. Il y aura donc un second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen, un premier sondage donnant 62% des voix au premier. Leurs partisans sont évidemment ravis, ceux de François Fillon - beau perdant - et Jean-Luc Mélenchon - mauvais perdant - beaucoup moins, car ils espéraient jusqu'au bout que leur candidat préféré se qualifierait pour le duel final.

C'est donc "logiquement" du côté des supporters des perdants que l'on peut lire les commentaires les plus durs sur les réseaux sociaux sur les deux vainqueurs du premier tour. A tel point d'ailleurs que certains n'hésitent pas à mettre Emmanuel Macron et Marine Le Pen dans le même panier, avec à la clé un appel à s'abstenir ou à voter blanc pour le 7 mai.

Celles et ceux qui pensent que voter pour Emmanuel Macron ou pour Marine Le Pen revient à choisir entre la peste et le choléra devraient réfléchir à la position de Benoît Hamon - très digne suite à une défaite pourtant historique du parti socialiste - qui a déclaré qu'il faisait "une distinction claire entre un adversaire politique et une ennemie de la République".

Ils ont deux semaines pour le faire, une fois la déception bien compréhensible passée.

22/04/2017

Avant qu'il ne soit trop tard

Le premier trimestre de cette année a vu la sortie de bons, de très bons et même d’excellents films sur les écrans genevois. Il n’est dès lors pas étonnant qu’ils soient encore à l’affiche après plusieurs semaines et même mois d’exploitation. Mais plusieurs d’entre eux sont en fin de course, l’occasion donc de les voir ce week-end avant qu’il ne soit trop tard…

FullSizeRender.jpg5 étoiles. « Moonlight ». Chiron vit dans un quartier noir très défavorisé de Miami avec une mère toximane. Il se fait harceler par ses camarades parce que son physique, sa démarche ou encore sa manière de jouer au football ne correspondent pas aux « attentes ». Puis arrive l’adolescence, la confirmation d’une orientation sexuelle différente et une brève expérience avec Kevin, celui qui est son seul ami depuis l’enfance. Mais Kevin ne résistera pas à la pression du groupe et blessera, au propre et au figuré, Chiron que l’on retrouve une dizaine d’années plus tard, métamorphosé, en apparence tout du moins. Malgré son sujet dramatique et des scènes dures, « Moonlight » est un film lumineux grâce à sa photographie, sa distribution de très haut niveau et quelques scènes d’une beauté et/ou d’une intensité incroyable filmées avec une grande sensibilité. « Moonlight », Oscar 2017 du meilleur film, fait partie de ces rares films qui vous donne encore plus de plaisir après la projection : il grandit en vous jour après jour à l’image de son héros dont on suit avec émotion, effroi et empathie la quête d’identité.

 

5 étoiles. « Lion » raconte l’histoire vraie de Saroo, âgé de 5 ans dans les années 80, qui se retrouve seul dans un train qui le conduit à Calcutta, à des milliers de kilomètres de chez lui. Perdu dans cette mégapole, Saroo va survivre comme il peut dans un milieu hostile avant d’être recueilli dans un orphelinat et d’être adopté par un couple d’Australiens. 20 ans plus tard, Saroo pense toujours à sa famille qu’il veut tenter de retrouver à l’aide de ses rares souvenirs et de Google Earth. Le film, six nominations aux Oscars, comporte donc deux parties plus ou moins d’égale longueur. Dans la première, on fait la connaissance d’un enfant de 5 ans espiègle, débrouillard et issu d’un milieu très modeste. Sunny Pawar qui joue le rôle de Saroo enfant est absolument génial. La deuxième partie se concentre sur la quête de Saroo pour retrouver ses racines et les difficultés pour y arriver aussi bien sur un plan opérationnel qu’émotionnel. Si l’on peut reprocher quelques petites longueurs dans cette seconde partie, elles n’enlèvent toutefois en rien l’intense émotion qui est présente pratiquement à chaque seconde. A tel point qu’il est quasiment impossible de retenir ses larmes tant le film vous touche en plein cœur. A ne pas manquer.

5 étoiles. « Manchester by the sea ». Lee Chandler est concierge à Boston. Il est taciturne, fuit la compagnie et provoque des bagarres dans les bars quand il a trop bu. Lorsque son frère décède subitement d’une crise cardiaque, il doit retourner à Manchester, une heure et demi de voiture de Boston, pour s’occuper des funérailles et apprendre que son frère l’a désigné comme tuteur de son neveu de 16 ans l’obligeant à se confrontant à un passé tragique avec lequel il tente de vivre ou plutôt survivre. La mission que lui a confiée son frère sera-t-elle l’occasion d’un nouveau départ ou y a-t-il des drames dont on ne se remet pas parce qu’ils sont définitivement trop lourds à porter ? « Manchester by the sea » est un film sans aucune fausse note parfaitement écrit, réalisé, monté et photographié. Malgré son sujet difficile, il ne tombe jamais dans le pathos, tout est fait en finesse à l’image du jeu des acteurs tous formidables avec une mention spéciale pour Casey Affleck, justement récompensé par l’Oscar du meilleur acteur, époustouflant et bouleversant. Un film d’une grande humanité qui vous habite encore bien des jours après l’avoir visionné. Absolument remarquable.

 

FullSizeRender2.jpg5 étoiles. « Ma vie de Courgette ». Ce film d’animation, doublement récompensé aux César, est un vrai bijou. Techniquement bien sûr, mais aussi au niveau de son scénario intelligent, des dialogues percutants prononcés par des voix formidablement bien choisies et de la bande son tout aussi remarquable. Rien n’est laissé au hasard, le film est soigné dans ses moindres détails aussi bien du point de vue de la psychologie et de l’apparence des personnages que de leur environnement. C’est un plaisir visuel immense de faire une nouvelle découverte pratiquement à chaque plan. « Ma vie de Courgette » véhicule, avec finesse, tendresse et humour, beaucoup d’émotions, sans pathos. Tous les enfants qui fréquentent ce foyer, lieu d’apaisement qui protège des agressions du monde extérieur, et les adultes qui gravitent autour d’eux sont extrêmement attachants. « Ma vie de Courgette » est un film tout public. Mais le travail d’orfèvre qu’il a fallu accomplir pour le réaliser prend probablement encore une autre dimension avec des yeux d’adulte. Cour(g)ez-y !

 

4 étoiles. « M. et Mme Adelman » raconte l’histoire de Sarah et Victor, de leur rencontre en 1971 à la mort de ce dernier, première scène du film, durant les 45 ans où ils se sont côtoyés. On la découvre au travers d’une interview-vérité que donne Sarah à un journaliste après les funérailles de Victor, écrivain célèbre, qui n’était peut-être pas en fin de compte celui que le public imaginait. Amours, secrets, trahisons, ambitions et retournements de situation se bousculent dans ce film mené, la plupart du temps, tambours battants avec des moments jouissifs : les rencontres familiales, la chasse, le gigolo pour n’en citer que quelques uns sans dévoiler une partie de l’intrigue. Nicolas Bedos et Doria Tillier, co-auteurs du film, sont convaincants en Victor et Sarah et fort bien entourés. En résumé, une première partie à pleurer de rire, à condition toutefois d’apprécier l’humour noir et par moment très second degré, et une deuxième plus émouvante où les francs éclats de rire du début laissent petit à petit la place à un rire plus jaune, parfois à la limite, il est vrai. Une comédie romantique au vitriol que les amateurs du genre apprécieront.

 

FullSizeRender.jpg4 étoiles. « Sage femme ». Claire (Catherine Frot), mère célibataire d’un fils étudiant en médecine, approche la cinquantaine. Elle est passionnée par son métier de sage-femme, mais mène une vie sans éclat jusqu’au jour où le passé frappe à sa porte sous la forme de Béatrice (Catherine Deneuve), une ancienne maîtresse de son père décédé qui s’est enfuie du jour au lendemain quand Claire était adolescente, lui faisant beaucoup de mal. Claire pourra-t-elle pardonner pour renouer les liens avec cette femme égoïste, fantasque et gravement malade ? Dans « Sage femme », il est question de transmission et d’opposition entre deux femmes que tout sépare, si ce n’est ce bout de passé en commun. Ce duo est magnifiquement interprété par Catherine Frot et Catherine Deneuve. Leur jeu est très complémentaire, un vrai plaisir. Quant au film en lui-même, on peut sans doute lui reprocher d’être un peu long et parfois répétitif, mais rien de bien grave en comparaison avec la délicatesse et la subtilité dont il fait preuve. Il est de plus fort bien écrit avec d’excellents dialogues et quelques scènes d’une intense émotion. Un film français de qualité.

4 étoiles. « Les figures de l’ombre ». Basé sur une histoire vraie, le film raconte l’histoire hors du commun de trois scientifiques afro-américaines qui ont grandement contribué au début des années 60 à la conquête de l’espace. Elles y sont parvenues grâce à leurs extraordinaires compétences, car le moins que l’on puisse écrire est que le contexte ne leur était guère favorable. Confrontée à la double discrimination d’être femme et noire dans un Etat, la Virginie, qui à cette époque avait des lois ségrégationnistes, elles ont réussi à se faire une place au sein de la NASA non seulement grâce à leur intelligence, mais également grâce à leur patience et leur détermination. Un film à la réalisation et mise en scène certes classiques, mais soignées, porté par une excellente distribution, avec du suspense, de l’émotion, une bande originale remarquable et un contexte qui fait réfléchir sur la différence, et pas seulement sur celle d’hier…Un bon moment de cinéma.

3 étoiles. « A United Kingdom ». Londres 1947. Sereste Khama, héritier du trône du Bechuanaland (Botswana actuel), un protectorat britannique, et Ruth Williams, tombent follement amoureux l'un de l'autre. Mais tout s'oppose à leur amour: leur couleur de peau, leur famille, les lois ségrégationnistes et un contexte géopolitique très défavorable. Mais malgré ces obstacles de taille, le couple n'a pas l'intention de reculer et va se battre contre vents et marées pour défier les diktats de l'apartheid. « A United Kingdom » peut être qualifié de « beau » film : mise en scène soignée, images superbes - le contraste entre la ville de Londres grise et le Bechuanaland à la terre ocre couleur de feu est saisissant - moments d'émotions, acteurs excellents, bref de la bel ouvrage. Un peu trop sans doute. Le film manque en effet de folie et par moment d'énergie. Mais pas de quoi toutefois passer son chemin, car l'histoire qu'il raconte est édifiante et pleine d'espoir pour notre monde qui a toujours et encore beaucoup de peine à accepter la différence.

 

FullSizeRender3.jpg3 étoiles. « Patients ». Suite à un grave accident, Ben est devenu tétraplégique et va devoir réapprendre les gestes simples du quotidien, sans garantie d’y parvenir, dans un centre de rééducation. Il va faire la connaissance d’autres patients, certains encore plus mal en point que lui. Ils vont ensemble tenter de se donner de l’espoir en affrontant des bons et mauvais moments qui ne seront pas sans conséquence sur leurs relations. Basé sur l’histoire vraie de Grand Corps Malade, co-réalisateur du film, « Patients » possède deux grandes qualités : sa distribution et ses dialogues. Les acteurs sont excellents. Ils font vivre avec justesse et humanité leur personnage. Quant aux dialogues, ils sont percutants, drôles, touchants, vachards et font souvent appel au second degré et à la dérision, un moyen de se protéger dans un milieu aussi complexe que celui-ci. Mais « Patients » a aussi un défaut : il s’essouffle sur la longueur. Ceci étant dit, l’impression finale reste positive à l’image d’un film résolument optimiste malgré son sujet.

 

3 étoiles. « La La Land ». 6 Oscars 2017, mais pas celui de meilleur film, un battage médiatique énorme, des critiques pour la plupart élogieuses et pourtant « La La Land » n’est pas le chef d'œuvre annoncé. Cet hommage aux comédies musicales des années cinquante est esthétiquement une réussite: la photographie, les costumes et les décors nous font replonger dans l'âge d'or des comédies musicales avec un côté moderne puisque l'action se passe de nos jours. La musique, les chansons et les danses sont plutôt entraînantes. Ryan Gosling et Emma Stone sont craquants et très investis dans leur rôle de pianiste de jazz et de comédienne à la poursuite de leur rêve. Mais « La La land » est à l'image de la vie de ses deux héros: il y a des hauts et des bas. Un début sur les chapeaux de roue, puis ça patine dans le mélo avant de reprendre son envol pour se terminer avec une fin qui tire en longueur et qui n’assume pas le conte de fées jusqu'au bout. « La La Land » ne manque donc pas de qualités, sans pour autant susciter un fol enthousiasme. Il y manque indéniablement ce qui fait la marque des tout grands films: de l'émotion.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire