03/05/2017

La fin des 12 mois sans sexe?

Au début de l’année, Swissmedics prenait une décision qui pouvait de prime abord apparaître comme étant un progrès dans le domaine du don du sang : à partir du 1er juillet, et à condition toutefois qu’ils n’aient pas eu de relations sexuelles au cours des…douze derniers mois, les hommes ayant des relations avec des hommes pourraient donner leur sang.

Mais cette annonce n’a pas convaincu les personnes concernées, bien au contraire. Pourquoi faire une différence avec les hétérosexuels à qui il « suffit » d’avoir été fidèles au cours des quatre derniers mois pour donner leur sang ? C’est d’autant plus discriminatoire que sur les 550 infections annuelles au VIH, la moitié (53% très exactement en 2015) concerne les hétérosexuels.

Cette décision a, heureusement, déplu bien au-delà des personnes concernées. C’est ainsi que le 2 mai dernier le Conseil national a voté à une courte majorité de 97 voix contre 89 une motion de Rosmarie Quadranti (PBD) demandant de supprimer toutes les restrictions frappant les homosexuels dans le don du sang, contre l’avis du Conseiller fédéral Alain Berset.

Ce vote, qui doit être encore confirmé par celui du Conseil des Etats, ouvre la porte à une procédure en matière de don du sang qui devrait se baser non pas sur l’orientation sexuelle, mais sur le comportement de chacune et chacun au nom de l’égalité des droits pour toutes et tous.

Les commentaires sont fermés.