27/05/2017

Manifestation le 11 juin pour dire NON à la violation des droits humains

IMG_8779.PNGA vomir. Les révélations sur la persécution des homosexuels en Tchétchénie sont dignes d’un film d’horreur. Vingt-six d’entre eux auraient été assassinés, des dizaines d’autres torturés dans des baraquements qui ont été détruits pour faire disparaître les preuves avec comme conséquence un déplacement des « prisonniers » dans un centre de formation militaire, auquel le comité d’enquête approuvé par Vladimir Poutine n’a pas pu accéder. C’est tout dire !

Cette situation est insupportable. La mobilisation internationale est de plus en plus grande au fur et à mesure que les témoignages de victimes qui ont pu échapper à cet enfer sont connus (voir à ce sujet l’article de Cathy Macherel dans la Tribune de Genève du week-end).

C’est ainsi que des plaintes ont été déposées devant la Cour pénale internationale contre le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, que des politiciennes et politiciens, dont Angela Merkel, ont appelé la Russie à faire toute la lumière sur cette sordide affaire ou encore que de nombreux « people », mais aussi beaucoup d’anonymes, se sont engagés dans des actions diverses pour que la pression ne retombe pas sur cette gravissime atteinte aux droits humains. Atteinte qui n’est d’ailleurs pas l’apanage de la Tchétchénie comme les 83 coups de bâtons reçus par deux homosexuels en Indonésie cette semaine l’ont hélas démontré.

C’est dans ce contexte dramatique qu’Amnesty International Groupe UniGenève et Think Out aux côtés des associations membres de la Fédération genevoise LGBT (lesbiennes, gays, personnes bi et trans) appellent à se mobiliser le dimanche 11 juin de 16h à 19h sur la Place des Nations à Genève pour dénoncer cette barbarie, la violation des droits humains et interpeller l’ONU pour qu’elle prenne des mesures à l’égard du gouvernement tchétchène. Cette manifestation a aussi  pour but d’appeler le Conseil fédéral à condamner avec toute la fermeté requise ces agissements intolérables.

Les personnes présentes, espérons fort nombreuses, pourront également témoigner de leur soutien à toutes les personnes LGBT - environ un demi-milliard de la population mondiale tout de même - qui sont persécutées dans le monde.

 

Commentaires

Je soutiens inconditionnellement la lutte pour les droits de l'homme dans le monde, gay ou pas gay.

Maintenant, a votre avis, quel est le point commun entre la Tchétchénie et l'Indonésie ? Vous le savez très bien, et tôt ou tard vivre dans le déni pour être "politiquement correct" équivaudra a accepter de mourir sous la persécution !

Écrit par : C. Martel | 28/05/2017

Les commentaires sont fermés.