31/05/2017

Évidemment qu'il faut voter!

Et c'est reparti pour un tour! La Suisse a mal à ses avions de combats depuis des lustres. Elle pourrait certes régler le problème en y renonçant purement et simplement, mais inutile de rêver.

Après l'échec cinglant de l'achat des Gripen devant le peuple, il s'agit donc pour les partisans d'une défense aérienne digne de ce nom de repartir au combat avec différentes options. Chiffrées entre 5 et 18 (!) milliards, elles ne manqueront pas de faire débat ces prochains mois avec au bout du compte un vote des parlementaires qui, s'il était positif, devrait logiquement être approuvé par le peuple. Sauf que la logique des uns, n'est pas celle des autres.

C'est ainsi qu'il n'est pas à exclure qu'une majorité des élus décide que l'acquisition de ces chers avions se fasse dans le cadre du budget ordinaire de l'armée, supprimant ainsi la possibilité d'un référendum qui n'aurait aucune peine à récolter les 50 000 signatures requises.

Cette manœuvre "militaire" serait un véritable hold-up démocratique et donc un pur scandale. Le peuple suisse doit être consulté sur un objet sensible, comme cela a déjà été le cas pour les F/A-18 et les Gripen. Si l'option présentée au corps électoral est convaincante, inutile alors de redouter son vote.

Toute autre manière de faire reviendrait, en effet, à penser que le pouvoir politique a peur du peuple. Et comme on le sait, la peur est une bien mauvaise conseillère.

Les commentaires sont fermés.