19/07/2017

La bagnole d'abord

Et voilà! À peine les premières mesures en faveur de la mobilité douce, pourtant conformes au vote majoritaire de l'année dernière de la population genevoise, sont-elles annoncées par la direction générale des Transports que les milieux pro bagnoles et économiques nous promettent le chaos assuré.

Que les cyclistes soient en danger à chaque fois qu'ils prennent le Pont du Mont-Blanc ou qu'il en soit de même pour les piétons qui empruntent le passage sous voies de la rue des Alpes n'a aucune importance, ce qui compte, c'est l'auto d'abord.

Et ça marche! L'essai qui n'a pourtant rien de révolutionnaire, oui un simple essai, de piste cyclable dans le sens rive droite-rive gauche et d'un partage du trottoir entre piétons et cyclistes dans l'autre sens qui devait avoir lieu dès ce mois de juillet est en effet reporté à l'automne, suite à diverses pressions des milieux pro bagnoles.

Et encore, s'il n'y a pas de recours, ce dont l'on peut bien évidemment douter.

Les cyclistes attendront donc. Comme d'habitude. Désespérant.

 

Commentaires

Sans être en désaccord avec le sujet de votre billet, j'adore néanmoins quand vous venez parler de conformité avec la loi...!

Écrit par : Duval | 19/07/2017

Tout d'abord, je parle de conformité par rapport à un vote qui a eu lieu en juin 2016, et non par rapport à la loi, et ensuite je ne vois pas à quoi vous faites allusion...

Écrit par : bonny didier | 19/07/2017

Si vous ne voyez pas, c'est que, peut-être, vous êtes un bien-heureux...
Quant au recours possible dont vous parlez, là, vous ne devez pas être très gêné vous qui êtes un expert en la matière!

Écrit par : Duval | 19/07/2017

Et bien voui, tant qu'il n'y aura pas de traversée de la rade autoroutière en amont, le pont du mont-blanc reste un goulot d'étranglement capable de paralyser tout la région si on le réduit encore un peu. Et quand je parle de région, il suffit de regarder les plaques des voitures qui le bouchent a chaque heure de pointe.

Ceci dit je suis (aussi parfois) cycliste, et je serai fou de prendre le pont du mont-blanc quand a 50m de là il y a le pont des Bergues entièrement piéton et cyclable. Est ce que se serait une question symbolique de principe ?

Idem pour le passage sous voie de la rue des Alpes, il n'y a pas une passerelle piétonne qui le longe du côté gare et ensuite un passage surélevé qui permet de rejoindre votre bistrot préféré a mon brillant sans même traverser la route ? Ah mais ok que d'un seul côté, ça doit être insupportable pour un piéton militant...

Écrit par : Staonto Cree | 19/07/2017

Les commentaires sont fermés.