30/08/2017

Note ou pas note?

Le PLR a donc déposé un projet de loi pour que le comportement soit évalué avec des notes non pas pour « remplacer ce qui existe déjà, mais simplement pour  le compléter en lui donnant plus de clarté », précise la députée PLR Nathalie Fontanet. Et d’ajouter que « les commentaires sont indispensables, mais n'aident pas l'élève à se situer. Avec une note, on permettra aux enfants et aux parents d'identifier clairement si le comportement est au-dessus ou en dessous de la moyenne.»

Mais qu’en est-il de la situation actuelle concernant l’évaluation du comportement à l’école primaire ?

Il faut savoir que chaque trimestre, l’enseignant.e évalue le comportement des élèves de sa classe dans quatre domaines avec les appréciations « très satisfaisant », « satisfaisant » et « peu satisfaisant ». Ils sont les suivants :

1° Prise en charge du travail personnel (organisation du travail, ordre et propreté, travail terminé dans les délais, application dans le travail à la maison, écoute et participation dans les moments collectifs, concentration, …).  

Relations avec les autres enfants et les adultes (respect, faculté à discuter et de s'arranger au lieu de se disputer, écoute des camarades, prise en compte de leur avis, …).

Collaboration avec les camarades (aide, capacité de travailler en groupe, de ne pas déranger quand les autres travaillent, …).

4° Respect des règles de vie commune (soin du matériel, respect des règles de l'école et de la classe, prise en charge des responsabilités qui lui sont attribuées, …).

Ces quatre appréciations font l’objet d’un commentaire général ou particulier, en fonction des besoins, de la part de l’enseignant.e.

Une note serait-elle plus parlante pour les élèves et les parents que ce qui existe actuellement ? Les appréciations « très satisfaisant », « satisfaisant » et « peu satisfaisant » sont-elles à ce point peu claires qu’il faille les remplacer par une note ?

En admettant que l’on réponde « oui » à cette question, alors en quoi la note améliorera-t-elle le comportement de l’élève en difficulté ? N’y a-t-il pas d’autres priorités dans notre système scolaire ? Ce projet de loi ne relève-t-il pas de la politique politicienne à l’approche des élections cantonales du printemps prochain ? Ces questions, liste non exhaustive, les député.e.s se les poseront sans aucun doute avant d’entrer en matière ou non sur ce projet de loi. A suivre.

Commentaires

Pas note. On n'engraisse pas le cochon en le pesant.

Écrit par : Sandrine Breithaupt | 30/08/2017

"2° Relations avec les autres enfants et les adultes (respect, faculté à discuter et de s'arranger au lieu de se disputer, écoute des camarades, prise en compte de leur avis, …)."
Vous faites quoi quand un élève est ostracisé par ses camarades qui le traitent d'"intellectuel"? Il doit tendre l'autre joue, saboter son travail pour "s'intégrer" au groupe? Surtout quand personne ne surveille les préaux lors des récréations ou ce qui se passe à la sortie de l'école... Vous faites quoi quand un élève crache au visage d'un autre élève?

Écrit par : Daniel | 30/08/2017

@Daniel: dans le cas que vous décrivez, et d'après ce que je peux en comprendre des quelques éléments que vous donnez, je me poserais la question de déclencher la procédure de lutte contre le harcèlement. Tous les établissements scolaires seront formés pour appliquer cette procédure d'ici la fin de 2019, un tiers l'est déjà.

Écrit par : didier bonny | 31/08/2017

"Pas note. On n'engraisse pas le cochon en le pesant." Non, mais on vérifie son engraissement...
Je n'avais jamais pensé à comparer l'école avec une porcherie.

Écrit par : Géo | 30/08/2017

Comme d'habitude, lorsque le PLR se mêle de l'école, il manifeste son ignorance totale de la question.

Les notes, comme chacun le comprend, ne changeront strictement rien à la question.
Un peu, comme si un vigneron mettait des notes au soleil ou à la grêle.

Tout a déjà été écrit sur les notes; il suffit de lire ( mais évidemment, c'est plus facile de dire n'importe quoi, un verre de rouge à la main.)

Les notes, pour le PLR, ça fait sérieux, et donc ça rapporte des voix.
Alors, que de parler d'augmenter les budgets concernant l'éducation des jeunes, ce n'est pas politiquement très porteur.

PLR = Parti pour Les vieux et Retraités.

Bien à vous.

Écrit par : Plus | 30/08/2017

Note ou pas, tel n'est pas vraiment le but ultime, mais

est-ce qu'un "peu satisfaisant" est correct lorsque le comportement n'est "PAS" satisfaisant ?

J'ai le sentiment que l'Ecole actuelle ne désire pas stigmatiser un enfant lorsqu'il n'est pas à la hauteur des attentes (sur le comportement ou les matières enseignées) et "on" n'ose pas dire clairement la chose "NON ça ne pas bon, voir mauvais, voir même très mauvais".

Lorsque j'étais enfant (je sais c'était mieux avant), si un élève se "chopait" un 2 dans une matière ou une note de comportement, la réaction des parents était immédiate. Sans pour autant revenir aux méthodes absurdes de l'école de mes grands-parents avec les punitions, même physiques, avec un "peu satisfaisant", la réaction attendue dans la modification du comportement est-elle atteinte ?

On entend également beaucoup d'enseignants au primaire et au cycle nous dire que les enfants n'ont plus de comportement (arrivées tardives, bruits, discussions pendant que l'enseignant parle, ...). On entend aussi que des enseignants sont en burn-out. Je ne suis pas enseignant et ne voudrait pas tirer de conclusions hâtives, mais n'y a-t-il pas de relation de cause à effet, ou du moins partiellement ?

Une note de comportement n'aurait-elle pas le mérite de dire enfin "NON votre enfant N'A PAS un comportement adéquat !"

Pour ma part, je pense qu'en matière de comportement l'Ecole genevoise obtient l'appréciation "peu mieux faire" mais cette appréciation est-elle suffisamment claire pour le DIP ?

Bien cordialement

Écrit par : Philippe Calame | 01/09/2017

Les commentaires sont fermés.