05/01/2018

Une liste femmes au Grand Conseil?

Cette question se pose puisque « LALISTE - Les femmes au Grand Conseil en 2018 » recrute par une annonce sur Facebook des candidates qui sont sans affiliation à un parti politique, éligibles et qui veulent défendre l’egalité entre les femmes et les hommes dans la société, à commencer dans le monde politique où elles sont (largement) sous-représentées. Les femmes intéressées ont jusqu’au 8 janvier pour montrer leur intérêt. Que faut-il penser de cette initiative? 


Je m’engage jour après jour pour l’égalité des droits pour toutes et tous en tant que co-président de la Fédération genevoise des associations LGBT, car les personnes qui ont une orientation sexuelle et/ou une identité de genre minoritaires ne sont pas des citoyennes et citoyens de seconde zone. Or, en 2018, l’égalité des droits pour toutes et tous n’est toujours pas une réalité en Suisse.

Je comprends donc fort bien la lutte des femmes pour une meilleure représentation en politique et l’envie de certaines d’entre elles de composer une liste qu’avec des femmes pour les élections au Grand Conseil. Toutefois, il me semble que mener ce combat au sein d’un parti, comme celui des Verts qui a une liste paritaire femmes-hommes et sur laquelle je suis candidat, est plus porteur que de le faire sur une liste où le dénominateur commun est le genre.

À ce titre, que faudrait-il penser d’une liste où il n’y aurait que des candidatures LGBT? Elle attirerait forcément l’attention sur elle, mais aurait toutes les peines du monde à atteindre le quorum des 7%. Et puis, le combat pour l’égalité des droits doit se faire au sein de tous les partis pour avoir une assise la plus large possible.

Mais pour en revenir à cette possible liste composée uniquement de femmes pour les élections au Grand Conseil, le quorum fixé à 7% est assurément un obstacle non négligeable. S’il n’est pas atteint, de nombreux votes seront perdus et c’est avant tout les partis qui ont une vraie volonté de renforcer la représentation des femmes en politique qui risquent d’en faire les frais.

Je reconnais cependant volontiers que cette initiative met l’accent sur le problème de la sous-représentation des femmes en politique et que cela pourrait au bout du compte avoir un effet positif sur le nombre d’élues le 15 avril au sein des listes « traditionnelles ».

14:13 Publié dans Grand Conseil 2018 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Votre remarque quant à la parité entre femmes et hommes sur les listes électorales est interessante. En effet, le parti où vous êtes candidat est exemplaire au niveau de la parité au niveau de notre canton ce qui est certainement positif. Dans les autres cantons je n'ai pas fais l'analyse. Ceci dit une bonne partie des partis se retrouvent avec cette proportion d'environ 30% d'hommes et 70% de femmes sur leurs listes. Comment faire pour améliorer ceci? Refuser des hommes sur les listes? Il y a en effet encore du chemin à faire mais la solution n'est pas si facile à trouver. Bonne campagne à vous, Patrick Wehrli

Écrit par : Patrick Wehrli | 05/01/2018

Je ne suis pas aussi sur que vous qu'une liste LGBT aurait autant de peine que vous le dites à atteindre le quorum. Ils sont représentés dans tous les partis ou presque. N'affichant pas une couleur politique bien définie ils pourraient intéresser pas mal d'électeurs. Le problème pour eux serait de se mettre d'accord sur des choix politiques y compris ceux concernant leur place dans la société. Ils se retrouveraient confrontés aux mêmes questions que celles auxquelles doivent répondre les autres élus, idem pour un parti de femmes. Comme les écolos à l'époque ils seraient en première ligne jusqu’à ce que tout le monde ait pris conscience de l'importance à accorder à leur combat.

Écrit par : Maendly Norbert | 05/01/2018

Les commentaires sont fermés.