11/05/2018

Cumul des mandats : quid des députés suppléants ?

Deux conseillères administratives et deux conseillers administratifs d’une grande commune (Mesdames Salerno et Kast pour Genève et Onex et Messieurs Rochat et Pagani pour Vernier et également Genève) élu.e.s au Grand Conseil le 15 avril dernier, ont annoncé qu’ils siègeraient en tant que député.e malgré le fait qu’ils aient déjà un autre mandat. Encore faut-il que leur parti leur accorde une dérogation, le cumul des mandats étant proscrit dans les statuts des socialistes et des Verts.

Pour justifier leur choix, ces quatre élu.e.s mettent en avant le fait que leur mandat à l’Exécutif de leur commune prendra fin en 2020 et que ce cumul ne sera donc que transitoire. Certes. Mais cette période transitoire va tout de même durer deux ans. On aurait donc en Ville de Genève 3 magistrats sur 5 (!) qui cumuleraient deux mandats, puisqu’il faut ajouter la double casquette de Guillaume Barazzone, conseiller administratif et conseiller national. Est-ce bien raisonnable ? Ces deux charges sont-elles compatibles en termes d’investissement à fournir pour les remplir comme il le faudrait ?

S’il est compréhensible que ces quatre élu.e.s ne souhaitent pas se retirer de la députation du fait que la fin de leur autre mandat est relativement proche, pourquoi dès lors ne pas laisser leur place aux députés suppléants pendant ces deux années ? Cette solution aurait l’avantage de régler la question du cumul des mandats, tout en préservant la possibilité aux quatre conseillers administratifs de siéger comme député.e à la fin de leur mandat de magistrat communal.

15:41 Publié dans Grand Conseil 2018 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ces gens qui prônent le partage; pour les autres.

Écrit par : norbert maendly | 11/05/2018

Excellente idée... merci d'avoir apporté cette pierre à notre démocratie.

Écrit par : Patrick Wehrli | 12/05/2018

Les commentaires sont fermés.