27/05/2018

Très chers médicaments

J’ai franchi le pas. Pour la première fois, je suis allé avec mon ordonnance en France voisine. La différence de prix est tellement énorme que cela vaut la peine de prendre le « risque » de ne pas se faire rembourser par son assurance au cas où la franchise, surtout quand elle est élevée, serait dépassée au cours de l’année. 

La preuve? Ou plutôt les preuves?

90 pilules pour lutter contre le rhume des foins: 

- En Suisse, 52 francs 10 auxquels il faut ajouter les 7 francs et des poussières de taxes en pharmacie.

- En France, 11 euros 40, soit presque 5 fois moins cher! 

Un spray nasal contre les allergies:

- En Suisse, 42 francs 10.

- En France, 6 euros et 72 centimes, soit presque 6 fois moins cher! 

Qui dit mieux ou pire, suivant le point de vue? 

Rien de neuf quant au constat que le prix des médicaments en Suisse est très élevé, mais dans des proportions pareilles, c’est vraiment scandaleux. A quand la possibilité de se faire rembourser par son assurance les médicaments achetés à l'étranger pour faire pression sur les prix en Suisse et ainsi agir sur les primes maladie? 

11:54 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo d'avoir fait une recherche pratique.
En fait, s'agit-il des mêmes médicaments, des mêmes formules?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27/05/2018

Oui, il est obligatoire de vendre la même chose que ce qui est prescrit par le médecin suisse. Le nom du médicament est différent, mais la molécule la même.

Écrit par : didier bonny | 27/05/2018

C'est la population qui plébiscite l'interdiction faite aux assurances de rembourser les médicaments achetés à l'étranger. En utilisant un mythe ou un autre, on arrive tjs à justifier ça. Qu'à l'étranger, les médicaments sont des faux. Que le pharmacien est incapable. Que le bâtiment ne répond pas aux normes sismiques, ou qu'on est juste meilleur en CH pour tout. A la fin, de la droite à la gauche, tout élu sera pour le maintien de cette interdiction. Il est est de mm pour l'absence de véritable appel d'offres ans les mandats publics (notamment ds la construction, etc). Un système en lévitation, et une population qui avale à peux près tous les mythes, surtout celui de l'auto-excellence.

Écrit par : Ioan | 27/05/2018

Mêmes constatations, sauf que certains médicaments ne sont pas disponibles en France. Par exemple ceux associant deux matières actives ou plus.

Écrit par : Daniel | 27/05/2018

Didier Bonny qui s'intéresse subitement aux problèmes des assurances maladie...
A se demander d'où ... ou... de qui ... lui à bien pu venir cette idée...
Une tentative de come back dans le monde politique ?

Écrit par : Ramon TaFraise | 27/05/2018

@Ramon TaFraise: si vous lisiez régulièrement mon blog vous auriez lu déjà plusieurs textes à ce sujet ces dernières années...Quant à mon retour en politique, c’est déjà fait...

Écrit par : didier bonny | 28/05/2018

Je suis surpris que vous ayez mis autant de temps pour découvrir l'arnaque que nous subissons depuis de très nombreuses années. Il y a quelques années une enseigne (Denner je crois) comparait les prix des aspirines fabriquées à Bâle. En Suisse la boîte de 20 était vendue environ 4-5 francs et à Moscou les mêmes aspirines fabriquées chez nous, en boîte de 50, se vendaient 35 centimes !! J'ai aussi constaté que le sirop contre la toux en flacon de 2 dl. vaut en Suisse environ 15 francs et, en France voisine, pour le même prix, vous avez 3 flacons de 2,5 dl.

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 28/05/2018

Bonjour Monsieur,

Merci de votre témoignage, dans lequel vous nous racontez une expérience personnelle.

Votre calcul est sans doute correct; vous pourriez cependant envisager un recalcul pour une

famille avec 3 enfants, avec des parents auxquels on a prescrit des médicaments à

prendre tous les jours.

Sans vouloir vous offenser, croyez-vous vraiment qu'en allant acheter le

Dafalgan en France, nous allons régler la question du coût des assurances

maladie ?

Par ailleurs, vous n'êtes pas sans savoir que de nombreux résidents helvétiques

sont persuadés que les médecins suisses sont meilleurs que les médecins

français.

A quoi cela tient-il ?

A un petit "je ne sais quoi".

Si vous posez la question, c'est que vous ne connaîtrez jamais la réponse.

Enfin, si vous avez eu besoin de médicaments, certains vous diront que c'est de votre faute. (Cf. blogs TDG)

Vous les connaissez pourtant les injonctions :

bouffe pas !

bosse !

baise pas !

consomme pas !

paie !

ferme ta gueule !

quand tu pourrais avoir du plaisir, renonce tout de suite !

arrête de prendre des médicaments : si tu es malade, c'est parce que tu n'as

pas compris le "new way", et que tu n'es pas "aware".



Super projet : on va tous vivre jusqu'à 120 ans !

Bon, vous me raconterez...

Écrit par : Esculape | 28/05/2018

"Oui, il est obligatoire de vendre la même chose que ce qui est prescrit par le médecin suisse. Le nom du médicament est différent, mais la molécule la même."

Mais pas le conditionnement, ce qui n'est pas grave, ni les excipients dont certains sont à "effets notoires" (troubles digestifs ou d'ordre allergique surtout pour les patients sensibles) et qui ne sont pas forcément bénins, voir les problèmes avec les substituts de la thyroxine ("euthyrox")

Écrit par : Gislebert | 29/05/2018

Les commentaires sont fermés.