27/08/2018

Le pape dérape

Le moins que l’on puisse écrire est que les propos du pape ne passent pas inaperçus ! Le lien qu’il a fait entre homosexualité et psychiatrie a déclenché, à juste titre, une avalanche de commentaires scandalisés.

Interrogé par un journaliste sur ce qu’il dirait à des parents qui découvriraient l’homosexualité de leur enfant, le pape a tout d’abord eu des propos bienveillants en prônant le dialogue et la compréhension. C’est ensuite que cela s’est gâté quand il a précisé que « quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. »

Cette association entre homosexualité et psychiatrie a déclenché un tollé bien au-delà de la communauté LGBT, et cela se comprend parfaitement. Alors qu’il a fallu attendre jusqu’en 1990 pour que l’OMS retire l’homosexualité de la liste des maladies, où elle figurait comme un trouble mental, et qu’aujourd’hui encore 74 pays dans le monde la condamne, dont 13 où elle est passible de la peine de mort, de tels propos de la part d’une autorité spirituelle comme celle du pape sont inacceptables !

Ils reviennent en effet à faire un amalgame entre homosexualité et maladie mentale et à conforter dans leur opinion celles et ceux qui en sont déjà persuadés ou qui se laisseraient facilement convaincre. C’est ce genre d’affirmations qui occasionnent des souffrances et qui conduisent des personnes homosexuelles à devoir consulter, pas l’homosexualité en tant que telle !

18:36 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je ne crois pas à une telle influence du pape.
Le pape n'a pas la parole libre. En dehors des occidentaux, il y a une intolérance sur la planète contre les homosexuels.
Le pape a fait de la diplomatie pour ne pas heurter et casser le lien avec l'église dans les régions intolérantes.
Il a surtout fait comprendre qu'il ne fallait pas les rejeter.

Les réactions ici sont normales, mais le pape est loin d'être un idiot, et certain ne l'ont pas compris.

Dans les régions intolérantes, ils ont pu entendre qu'il n'y avait pas de condamnations. Il a parlé de maladie, pas de péché. En utilisant le mot "maladie", on peut espérer que dans ces pays où on emprisonne les homosexuels, il y aura une amélioration de leurs conditions. On n'emprisonne pas pour une maladie.

Le pape n'a pas parlé pour nous les occidentaux. Certain devrait se rappeler que le pape parle pour toute la planète, et il ne peut aller plus vite que ce qui est acceptées par les populations.

Écrit par : motus | 27/08/2018

"le Pape dérape" ...

"déraper" le mot Novlangue favori du système. On perd toute crédibilité quand on utilise un tel mot, et en plus dans un titre!

DERAPAGE. Mot sidérant: caractérise des propos qui vont à l’encontre de l’idéologie dominante. Voir aussi « polémique »

Regardez cette vidéo, elle vous concerne directement:

https://www.youtube.com/watch?v=B_IrkSTIzDQ

et lisez ça:

https://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/petit-cours-de-novlangue/

Écrit par : Amandine | 28/08/2018

On devrait passer de la sexualité dans ses manifestations triviales à l'amour… en laissant chacun en paix avec son ressenti: ressenti unique pour chacun d'entre nous.

Vu le nombre de prêtres homosexuels en Eglise catho le pape ferait mieux d'en revenir aux maladies de l'Eglise qu'au tout début de pontificat il avait annoncé vouloir traiter ce qui fut particulièrement mal accepté par la curie, on s'en doute (cardinaux à l'occasion interviewés).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/08/2018

@motus
Vous avez probablement raison: si le Pape s'exposait davantage, il n'occuperait pas la fonction première dans l'administration de l'Eglise catholique, mais serait crucifié comme son modèle.

Écrit par : Mère-Grand | 28/08/2018

"de tels propos de la part d’une autorité spirituelle comme celle du pape sont inacceptables !" Ce ne serait pas un "dérapage", ça ?
Plus sérieusement, vous manquez de recul sur la question. J'admire le courage qu'il faut pour oser se dire homosexuel, mais cela ne fait pas de l'homosexualité un sujet dont on n'aurait pas le droit de parler. Pour moi, cela reste volens nolens une anomalie. Le fondement premier de la sexualité, c'est la reproduction de l'espèce. Ma compréhension de l'homosexualité, je vais essayer de l'illustrer par une image que vous voudrez bien ne pas prendre pour insultante. Vous vous souvenez très certainement de cette expérience de Konrad Lorenz avec des petits canards juste sortis de l'oeuf : il a remarqué qu'ils prenaient pour mère le premier être vivant rencontré.
J'ai un peu l'intuition que le processus qui mène à l'homosexualité ressemble à cela, en ce sens qu'à l'âge où on commence à ressentir les effets de la sexualité, certains peuvent se fixer sur une personne du même sexe et y associer désir et eros. Avant cet âge désigné généralement par "adolescence", il me paraît difficile de parler d'homosexualité chez les enfants. Et si oui, il ne me paraît pas stupide de demander l'avis d'un psychologue avisé - pour autant que cette bête rare existe...- sur la question.
Quelle question ? Celle qui est au coeur du problème que soulève les anti-spécistes. Eux parlent de l'égalité humains - animaux, ce qui est une absurdité.
Parce qu'il y a déjà eux dans notre Histoire réalisation de cette égalité : la Shoah, qui a nécessité de réduire les juifs à l'état animal...
Mais nous sommes aussi des animaux. Il y a dans notre psyché quelque chose qui nous ramène à cet état primitif et qui revit pleinement dans la sexualité. On ne fait pas l'amour de façon intellectuelle, on le fait avec ses tripes, en plongeant et en oubliant le plus possible notre existence d'animal supérieur, chose que nous a pourtant apprise le christianisme. On sait les problèmes qu'a causé cette religion chez ses adeptes...
L'homosexualité veut faire sortir toute animalité chez les humains aussi, d'une autre manière. L'animalité profonde, c'est la recherche d'un partenaire femelle pour le mâle, et réciproquement. Christianisme et homosexualité sont les deux pôles contraires, les deux anomalies qu'il vaut mieux éviter...

Écrit par : Géo | 28/08/2018

Les commentaires sont fermés.