« Sauvage» : besoin d’amour

Imprimer

IMG_4480.jpgLéo est un jeune prostitué qui « n'est attaché à rien de matériel. Il est ailleurs. Il s'agit d'un héros en décalage avec son environnement par sa candeur, qui ne porte pas de jugement sur ce qu'il fait et qui vit sa situation comme une normalité, sans remettre en cause ses conditions de vie » précise le réalisateur, Camille Vidal-Naquet.

Ce décalage est souligné lors de la très belle scène de la visite chez la doctoresse qui tente, sans succès, de ramener avec une grande humanité Léo dans le monde réel tout en lui donnant un peu d'amour, dont il a tant besoin. Cet amour, il aimerait le trouver auprès d'Ahd, également un prostitué, qui a une vision toutefois bien différente de son métier.

« Sauvage » est un film par moment éprouvant en raison de certaines scènes violentes non seulement sur un plan physique, mais également sur un plan psychique. On souffre littéralement avec son héros auquel on s'attache dès la première scène, très réussie, mais on partage également avec émotion les moments de sérénité, baignés le plus souvent par un soleil réparateur.

Félix Maritaud incarne avec une extraordinaire justesse son personnage et permet « de partager la fulgurance des instants qu'il traverse » comme le souhaitait le réalisateur dont c'est le premier film. Cette fulgurance est accentuée par le fait que « Sauvage » a été tourné en caméra portée, ce qui renforce le sentiment de proximité, y compris dans les scènes de mise à nu, au sens propre et figuré. Si l'on peut regretter un scénario un peu trop prévisible, on soulignera toutefois que l'ensemble est très cohérent jusqu'à sa magnifique scène finale. (4 étoiles)

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Cinéma 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.