Du grand au petit écran : « Free Love », « Juste la fin du monde », « Money Monster »

Imprimer

IMG_5305.jpgInspiré de faits réels, « Free Love » raconte l’histoire de Laurel Hester et Stacie Andree un couple de femmes « menant une vie ordinaire, qui se sont retrouvées dans une situation extraordinaire et qui y ont fait face de manière extraordinaire » comme le décrit le scénariste du film, Ron Nyswaner.

Début des années 2000. Laurel Hester est une excellente inspectrice de police du New Jersey, respectée par tout le monde. Elle est lesbienne, mais elle le cache si bien que personne n’est au courant, même pas son fidèle partenaire avec lequel elle travaille depuis 12 ans. Un jour, elle fait la connaissance d’une jeune femme dont elle va tomber amoureuse et réciproquement. Une nouvelle vie commence, malheureusement vite interrompue par la découverte d’un cancer en phase terminale chez Laurel. Cette tragique nouvelle va amener les deux femmes à se battre pour que Stacie puisse avoir les mêmes droits que n’importe quelle épouse quand Laurel décédera.

Film sans surprise dans sa forme très classique, « Free Love » dégage une émotion intense grâce à son sujet très fort, tout en évitant le pathos, et à ses interprètes. A commencer par Julianne Moore, encore une fois parfaite, et Ellen Page, également très convaincante. Mais on ne saurait passer sous silence les performances de Michael Shannon, extrêmement touchant dans le rôle du collègue policier, et de Steve Carrel en avocat activiste Juif et gay à l’énergie débordante et comique. « Free Love » est un combat pour l’égalité des droits porté par la force de l’amour qui peut renverser bien des montagnes. Un film qui sonne juste, qui bouleverse et qui méritait une heure de diffusion bien moins tardive !

4 étoiles. « Free Love ».  RTS UN, Vendredi 25 janvier, 00h05.

IMG_5307.jpgRécompensé à Cannes par le Grand Prix du jury, « Juste la fin du monde » met en scène les cinq membres d’une famille qui au cours d’un après-midi vont s’engueuler, s’insulter, se déchirer, hurler, pleurer rendant impossible toute communication entre eux. Et pourtant Louis, après douze ans d’absence, a décidé de se confronter une dernière fois à sa famille pour leur faire une communication de la plus haute importance : il va mourir.

« Juste la fin du monde » est une grande déception. Pas, ou très peu, d’émotion, une violence entre les personnages qui tourne le plus souvent à une hystérie vulgaire, une incompréhension du comment cette famille en est arrivée à ce point de non-retour. Certes, les cinq stars jouent plutôt bien leur partition, mais difficile de s’attacher à leur personnage dans un contexte aussi apocalyptique. « Juste la fin du monde » est un huis-clos étouffant et pénible.

 

1 étoile. « Juste la fin du monde ». RTS UN, Lundi 21 janvier, 20h40.

LIMG_5306.jpgee Gates (George Clooney qui fait le job, sans plus) est un présentateur de télévision qui anime une émission sur la bourse et donne des conseils pour placer son argent. Il a tendance à n’en faire qu’à sa tête, au plus grand désespoir de sa productrice (Julia Roberts, convaincante), et est du genre arrogant. Un jour, il est pris en otage en direct sur le plateau par Kyle, un téléspectateur qui a perdu tout son argent en suivant les conseils de Lee. Commence alors une course contre la montre pour tenter de faire renoncer Kyle de tout faire sauter en appuyant sur le détonateur qui déclenchera la ceinture explosive qu’il a mise sur Lee.

Pour tenir en haleine le spectateur, le scénario ne manque pas de rebondissements. Certains ne surprennent guère, mais d’autres sont très réussis et même jouissifs. Mais il n’est pas non plus exempt de défauts, car en voulant dénoncer les dérives du capitalisme, les profiteurs du système ou encore le cynisme de la télé réalité en emballant le tout dans un film qui oscille sans cesse entre le thriller, la satire et la comédie, « Money Monster » reste superficiel. Il n’en demeure pas moins que le film de Jodie Foster est un agréable divertissement.

3 étoiles. « Money Monster ». TF1, dimanche 20 janvier, 21h00.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.