Mêmes devoirs, mêmes droits

Imprimer

Texte publié dans Le Courrier du 24 juin 2019.

Depuis le début des années 2000, les associations romandes LGBT se réunissaient deux fois par année pour échanger sur leurs activités respectives et confronter leurs points de vue en fonction de l’actualité. Des rencontres riches, mais qui ne pouvaient pas déboucher sur des prises de position communes étant donné l’absence de statuts.

L’année dernière, les associations romandes LGBT ont décidé de palier à ce manque et de se fédérer afin que leur voix ait plus de poids non seulement au sein d’une communauté LGBT helvétique, forcément majoritairement alémanique, mais également sur le plan politique. L’union fait la force, c’est bien connu. C’est ainsi que le 1er septembre 2018 est née la Fédération romande des associations LGBT qui compte à ce jour 15 associations membres (Alpagai, Asile LGBT, Dialogai, EPICENE, Juragai, Les Klamydia’s, Le PAV, Lestime, Lilith, LWork, Sarigai, Togayther, Vogay, Think Out, 360) qui couvrent l’ensemble de la Suisse romande.

La Fédération a, notamment, comme objectifs de permettre une collaboration efficace entre les associations membres en vue de la promotion de l’égalité des droits, de la santé physique et psychique des personnes quelles que soient leur orientation sexuelle ou leur identité de genre et de lutter contre toutes formes de discriminations. Il est également dans ses prérogatives de valider le choix du lieu où se déroule la Pride romande.

Depuis sa création, la Fédération romande s’est montrée très active en raison d’un agenda politique chargé sur les questions LGBT. C’est ainsi qu’elle a participé à deux consultations sur le plan fédéral dont celle sur le mariage civil pour toutes et tous qui vient de prendre fin le 21 juin. La Fédération romande a donné un avis très favorable à cet avant-projet de loi, mais à la condition que soit choisie la variante avec accès au don de sperme. Elle est, en effet, fermement opposée à un mariage qui ne soit pas égalitaire, les droits ne se découpant pas en tranches.

Elle va également mettre toutes ses forces dans la bataille aux côtés des faîtières LGBT nationales afin que la révision de la norme pénale antiraciste qui inclue dorénavant l’orientation sexuelle, mais, hélas, pas l’identité de genre, soit largement soutenue par le peuple lors de la votation qui aura lieu le 9 février prochain. Nous avons les mêmes devoirs, nous voulons les mêmes droits.

Didier Bonny, co-président de la Fédération romande des associations LGBT

Plus d'infos: http://www.federationlgbt-romandie.org/

IMG_6661.jpg

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.