Du grand au petit écran : trois films quatre étoiles

Imprimer

IMG_7297.jpg« M. et Mme Aldeman » raconte l’histoire de Sarah et Victor, de leur rencontre en 1971 à la mort de ce dernier, première scène du film, durant les 45 ans où ils se sont côtoyés. On la découvre au travers d’une interview-vérité que donne Sarah à un journaliste après les funérailles de Victor, écrivain célèbre, qui n’était peut-être pas en fin de compte celui que le public imaginait.

Amours, secrets, trahisons, ambitions et retournements de situation se bousculent dans ce film mené tambours battants la plupart du temps avec des moments jouissifs : les rencontres familiales, la chasse, le gigolo pour n’en citer que quelques uns sans dévoiler une partie de l’intrigue.

Nicolas Bedos et Doria Tillier, qui forment un couple dans la « vraie » vie et sont également co-auteurs du film, sont convaincants en Victor et Sarah et fort bien entourés. A commencer par Pierre Arditi, drôlissime dans le rôle du père de Victor, et Denis Podalydès, psychologue de Victor, dont la dernière scène est hilarante.

En résumé, une première partie à pleurer de rire, à condition toutefois d’apprécier l’humour noir et par moment très second degré, et une deuxième plus émouvante où les francs éclats de rire du début laissent petit à petit la place à un rire plus jaune, parfois à la limite, il est vrai. Une comédie romantique au vitriol que les amateurs du genre apprécieront.

4 étoiles. « M. et Mme Aldeman », France 2, dimanche 21 juillet, 21h00.

IMG_7298.jpg« Les figures de l’ombre » raconte l’histoire hors du commun de trois scientifiques afro-américaines qui ont grandement contribué au début des années 60 à la conquête de l’espace. Elles y sont parvenues grâce à leurs extraordinaires compétences, car le moins que l’on puisse écrire est que le contexte ne leur était guère favorable.

Confrontée à la double discrimination d’être femme et noire dans un Etat, la Virginie, qui à cette époque avait des lois ségrégationnistes, elles ont réussi à se faire une place au sein de la NASA non seulement grâce à leur intelligence, mais également grâce à leur patience et leur détermination. Des destins individuels qui ont aussi fait avancer la cause des femmes, des Noirs et de l’égalité des droits.

Quant au film en-lui-même, il est un peu à l’image d’une fusée dont il est beaucoup question dans « Les figures de l’ombre ». Il démarre très fort avec une première scène jouissive qui montre avec humour et dérision le caractère et le brio de ces trois femmes ainsi que le contexte dans lequel elles évoluent. La montée se poursuit avec intérêt jusqu’à la mise en orbite qui ralentit un peu trop le rythme avant que celui-ci ne s’emballe à nouveau quand il s’agit de redescendre sur Terre.

Au final, un film à la réalisation et mise en scène certes classiques, mais soignées, porté par une excellente distribution, avec du suspense, de l’émotion, une bande originale remarquable et un contexte qui fait réfléchir sur la différence, et pas seulement sur celle d’hier.

4 étoiles. « Les figures de l’ombre ». RTS UN, samedi 20 juillet, 20h50.

IMG_7299.jpgDocumentaire sur la vie de la très talentueuse chanteuse anglaise Amy Winehouse qui connut une vie aussi brève que tumultueuse, le film du réalisateur Asif Kapadia vous prend à la gorge dès les premières images. Il ne vous lâche plus jusqu’à la fin que l’on sait fatale dès le début, mais que l’on souhaiterait pourtant différente.

Cette remarque en dit long sur la qualité du film : il fait si bien revivre Amy Winehouse grâce à sa musique, à des images d’archives, des témoignages de ses proches et des interviews de la chanteuse que l’on espère jusqu’au bout qu’elle finira par s’en sortir.

Mais il n’en est bien évidemment rien. Et le spectateur d’assister impuissant à cette descente aux enfers presque irréelle, tant elle est par moment ponctuée de scènes violentes et bouleversantes. Voyeurisme ? Plutôt un hommage brillant à une personnalité hors du commun qui n’avait pas les épaules assez larges pour assumer une célébrité qui l’a poussée vers un abîme dont l’origine remontait déjà à son enfance.

Il n’est pas nécessaire d’aimer la musique d’Amy Winehouse pour apprécier cet excellent documentaire, même si le film une fois terminé l’envie de l’écouter est très forte, car elle résonne alors différemment.

4 étoiles. « Amy ». ARTE, vendredi 19 juillet, 22h25. (A voir en replay)

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.