Retour en force du végétal en Ville

Imprimer

F3C45568-7678-4A7B-83A2-7A9FEB724AD9.jpegMardi matin, la section des Vert.e.s de la Ville de Genève, dont je partage la co-présidence avec Bénédicte Amsellem-Ossipow, a présenté un plan de végétalisation visant à protéger la population des effets néfastes du réchauffement climatique.

Thème phare des échéances électorales nationales du 20 octobre et municipales de mars prochain et réalité quotidienne des habitant.e.s de Genève, le réchauffement climatique a des effets néfastes sur le bien-être et la santé de la population. Il est dès lors primordial que les autorités prennent la mesure de cette réalité et entreprennent de rafraichir la ville afin de permettre à tout le monde d’y vivre sainement et agréablement.

Les Vert.e.s ont dans ce but mis sur pied un plan de mesures en 15 points (c.f. liste ci-dessous) en vue de maintenir des températures supportables durant les canicules, de purifier l’air et de promouvoir la biodiversité. En un mot : prévoir le retour en force du végétal en Ville! 

1. Planter au minimum un arbre à fort développement par jour jusqu’en 2030 afin de parvenir à 30% de surfaces arborées en Ville de Genève (actuellement de 21.1%) et imposer un moratoire sur toute coupe d’arbre sur l’espace public ou privé de la Ville tant que l’objectif ne sera pas atteint, sauf par mesures de sécurité ;
 
2. Rattraper, d’ici 2025, l’entier du retard accumulé sur les plantations compensatoires liées aux arbres abattus, ces dernières années, en Ville de Genève ;
 
3. Perméabiliser et végétaliser toutes les surfaces publiques qui s’y prêtent et déminéraliser 25'000 m2 d’ici à 2025 ;
 
4. Remettre les nants et autres cours d’eau à ciel ouvert, rendre les fontaines efficientes et en ajouter sur les lieux stratégiques (en particulier dans les gares) ;
 
5. Créer des bisses urbains, notamment à la sortie des fontaines et autres bassins publics ;
 
6. Créer un fonds municipal « végétalisation » encourageant et permettant la réalisation d’aménagements exemplaires, accessible aux privé.e.s (entreprises, propriétaires, locataires, ...) ;
 
7. Permettre et encourager l’utilisation du domaine public municipal, pour des projets de végétalisation réalisés par des privé.e.s.  (entreprises, propriétaires, locataires, ...) ;
 
8. Végétaliser les préaux d’école en collaboration avec les élèves ;
 
9. Concentrer les infrastructures et réseaux souterrains des services techniques (eau, énergie, télécommunications, etc.) pour garantir des surfaces et volumes suffisants, en pleine terre, permettant la plantation de grands arbres ;
 
10. Végétaliser les abris et arrêts de transports publics de façon à ce qu’ils puissent accueillir les usager.ère.s, par tous les temps de façon convenable, notamment grâce à des zones ombragées et permettant l’assise ;
 
11. Végétaliser l’ensemble des cours intérieures et toitures des bâtiments de la Ville et lorsque cela n’est pas possible adapter la couleur de toiture de façon à éviter une trop forte absorption de chaleur ;
 
12. Avoir une Gérance immobilière municipale exemplaire et responsable, en baissant la température dans tous les logements d’au minimum 3°C en été par tous les moyens « naturels » de rafraichissement (végétalisation des toits et façades, plantation de grands arbres, etc.) ;
 
13. Connecter d’ici 2030 tous les bâtiments propriétés de la Ville à un réseau de chauffage et rafraîchissement à distance type CADeco, Génilac ou toute autre énergie renouvelable ;
 
14. Élaborer les projets d’aménagement en concertation avec des spécialistes du vivant (paysagistes, biologistes, jardinier.ère.s, etc.) au côté des urbanistes et architectes. S’assurer que le cahier des charges des concours d’aménagements intègre, comme composantes du projet et critères d’évaluation, la végétalisation des lieux, la perméabilisation des sols, l’ombrage en suffisance, la gestion du cycle de l’eau et l’organisation du sous-sol ;
 
15. S’assurer du financement, de la réalisation et de l’entretien des aménagements existants et à réaliser, au besoin en les priorisant lors de futurs investissements.
Lien permanent Catégories : Verts 4 commentaires

Commentaires

  • Le paradoxe est que le bétonnage à tout va pour accompagner la croissance, ne va pas aider et détruire en partie cette effort.
    Il y a peut-être un effort à faire dans les matériaux utiliser dans les constructions, couplé à une croissance contenue.
    Outre la chaleur, les arbres mettent de la vie dans un univers de béton, rien que pour cela, il faut en planter.

    Pour moi, la végétalisation, c'est juste le minimum à faire, c'est un pansement sur une ville "malade". Imposer des types de matériaux, ce serait plus efficace..

  • Remettez de l'herbe sur la plaine de Plainpalais, arrêtez de couper des arbres sains, interdisez à Hodgers de bétonner tout le canton, interdisez (vous adorez ça) aux cycloterroristes de monter avec leurs péclots dans les TPG dès qu'il y a une petite montée. Essayez de réfléchir mais ce n'est pas gagné avec les Khmers Verts et leur rigidité absurde !

  • Je parie que les premières plantations seront du chanvre et de la Marie-Jeanne ! Pourtant il serait logique que vous plantiez de la ciboulette (verte dehors et vide à l'intérieur) ou des pastèques (vert dehors et rouge dedans)

  • Les Khmers Verts devraient planter des pavots car leurs extraits sont de très bonne qualité qui correspond à leurs habitudes.

Les commentaires sont fermés.