La haine n’est pas une opinion

Imprimer

A7497AC3-F67E-473C-B24C-C76161D3686D.pngDans très exactement deux mois, le peuple suisse aura l’occasion de dire « Stop à la haine ! »

Malgré des avancées en matière de droits pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) au cours de ces quinze dernières années (partenariat enregistré, adoption de l’enfant du partenaire, abolition de la stérilisation forcée), la Suisse a été reléguée cette année de la 22ème à la 27ème place (sur 49) dans le classement annuel des pays européens en matière de droits LGBT. Ce classement peu flatteur est dû, notamment, au fait que le mariage civil pour toutes et tous n’existe toujours pas en Suisse et que les personnes LGBT ne sont pas protégées par la loi contre les discriminations et les crimes de haine.

Concernant ce dernier point, la Suisse pourra rattraper en partie son retard si la norme pénale antiraciste est étendue aux actes homophobes lors de la votation du 9 février prochain. Depuis 1995, l’article 261bis du Code pénal protège certains groupes de la population contre les appels publics à la haine et à la discrimination, mais uniquement sur la base de leur religion, de leur race ou de leur ethnie. Il protège des populations qui sont régulièrement la cible de diffamation et de dévalorisation de leur dignité humaine. Cela concerne de toute évidence également les personnes gays, lesbiennes et bisexuelles.

Au printemps 2019, le Parlement a décidé d’étendre la protection contre les discriminations à l’orientation sexuelle, mais malheureusement pas à l’identité de genre, permettant ainsi aux personnes lesbiennes, gays et bisexuelles d’être protégées collectivement contre les injures, les dévalorisations ou les diffamations publiques. Afin d’empêcher l’application de la loi, un référendum a été lancé par l’UDF, petit parti ultra conservateur, sous prétexte que la liberté d’opinion serait réduite. Avec l’adoption de cette loi, c’est l’appel public à la haine homophobe qui serait interdit, pas la liberté d’opinion.

Et la haine n’est pas une opinion ! Un OUI massif s’impose donc le 9 février 2020 !

Lien permanent Catégories : Air du temps 7 commentaires

Commentaires

  • Juste une question idiote: l'homosexualité est-elle une religion, une race ou une ethnie ?
    Ne faudrait-il pas plutôt un texte de loi distinct ?

    Question idiote bis : vous dites que le parlement a étendu la protection contre les discriminations à l’orientation sexuelle, mais malheureusement pas à l’identité de genre. J'avoue ne pas comprendre la différence..... Si une personne se sent femme alors qu'elle est un homme et recherche, par conséquent la compagnie sexuelle d'un homme, de quoi s'agit-il ? Est-ce de l'homosexualité ou un problème d'identité de genre ?

    Ca devient tellement compliqué qu'une chatte (hmm... mauvais jeu de mot) n'y retrouverait plus ses petits.....

  • MDR arnica!
    Allez porter secours à Darius....

  • Je trouve que chaque personne a le droit
    de vivre à sa façon. Tant qu’elle n’empêche personne de vivre...
    On est tous différent. J’ai tjrs aimé et protégé ceux qu’on
    aimait pas car il en faut quelqu’un pour les défendre.
    Mes parents avaient des idées bien arrêtées et
    longtemps j’ai cru qu’il fallait penser comme eux.
    Racistes contre les homos contre tous ceux qui sortaient des normes. Et j’ai commencé à fonctionner le contraire.
    D’abord aimer les homos et ceux qui étaient différent. Chaque être à sa chance ❤️❤️❤️

  • Tout à fait d'accord avec l'extension de la loi, car on ne choisit pas son orientation sexuelle plus que la couleur de sa peau.

  • La loi n'est elle pas sensée déjà protéger tout le monde sur un pied d'égalité contre les violences, diffamations et insultes ?

    A force de faire des cas particuliers de "minorités", a la fin seul les mâles blancs et hétéros pourront encore être insulté et agressé sans trop de risques...

  • Mais non Eastwood, nous deviendrons minoritaire et enfin nous pourrons tenter d'imposer des lois contre la leucophobie et l'hétérophobie. Mais il y a des chances que d'ici-là, la RATP se soit imposée, alors là, soyez-certain que ça grincera des dents chez un certain nombre de LGTBQ+rstuvwxyz.
    Qu'ils profitent des leurs derniers instants de liberté, le retour de bâton est pour bientôt. Le plus marrant est que ce sont ces gens-là qui pensent que la RATP n'est pas plus nocive que le catholicisme, que ce sont des déviants qui la en donnent une mauvaise image.
    Cela dit, je voterai NON.

  • Il y a 2019 ans il y avait déjà une mère porteuse !!

Les commentaires sont fermés.