Du grand au petit écran : « Jalouse » et « Le tout nouveau Testament »

Imprimer

IMG_9392.jpgEntre drame et comédie, on y rit souvent jaune, « Jalouse » brosse le portrait d’une femme constamment au bord de la crise de nerfs parce que le bonheur des autres lui est insupportable, à commencer par celui de sa fille, jeune femme de 18 ans resplendissante, amoureuse et brillante danseuse. Tout son entourage va être tour à tour victime de son mal être jusqu’à ce qu’un événement particulièrement grave lui fasse prendre conscience qu’elle a dépassé les limites, quoique…  

Cette femme dans la cinquantaine rongée par la jalousie a les traits de Karin Viard qui excelle dans ce rôle où elle est à la fois drôle, émouvante et souvent odieuse. Elle est très à l’aise dans des situations aussi bien comiques que tragicomiques qui se succèdent à un bon rythme, malgré quelques répétitions inutiles. Elle arrive à rendre crédible un personnage caricatural, condition nécessaire pour faire rire, mais également touchant. Les dialogues sont le plus souvent incisifs et percutants.

Malgré le fait que Karin Viard soit de pratiquement tous les plans, les seconds rôles existent bel et bien grâce à un scénario qui les met à un moment ou à un autre en valeur et grâce également à leurs interprètes tous à la hauteur. Les réalisateurs David et Stéphane Foenkinos voulaient faire un film dont le ton oscille sans cesse entre la comédie et le portrait intime. Objectif indéniablement atteint avec toutefois comme conséquence que ces fréquents changements de ton, surtout dans la première partie, mettent un peu trop de distance entre le spectateur et l’héroïne du film.

3 étoiles, « Jalouse ». RTS 1, mardi 17 décembre, 21h00.

IMG_9393.jpgDonner à Dieu une apparence humaine, en l’occurrence Benoît Poelvoorde sensationnel, était déjà casse-gueule. Mais en plus en faire un type insupportable, le risque de blasphème n’était pas loin. Et pourtant, rien de tout cela dans le film de Jaco van Dormael, car si Dieu est parfaitement abject, mais tellement drôle, son épouse (Yolande Moreau pratiquement muette, mais dont le langage corporel est génial) et surtout sa fille Ea (Pili Groyne remarquable) font preuve de beaucoup…d’humanité !

C’est d’ailleurs en quittant le royaume des cieux pour échapper à son horrible père qu’Ea, après avoir semé la zizanie sur Terre en balançant par SMS les dates de décès de tout le monde pour se venger de son géniteur, va faire écrire un tout nouveau Testament, fruit de sa rencontre avec six personnages, les six nouveaux apôtres.

Six évangiles qui sont surréalistes, et donc complètement déjantées, et portées par de formidables acteurs dont Catherine Deneuve qui, dans un petit rôle, donne une fois de plus toute l’étendue de son talent en bourgeoise désabusée qui donne libre cours à ses fantasmes. Le film est truffé de gags très drôles qui tombent fort à propos quand son rythme menace de baisser. Les clins d’œil bibliques sont hilarants. La fin est à l’image du reste du film, très réussie.

5 étoiles, « Le tout nouveau Testament ». ARTE, mercredi 18 décembre, 20h55.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.