Votation du 9 février : l’enjeu (1/5)

Imprimer

IMG_9249.PNGAujourd’hui encore, une minorité de la population continue de faire des déclarations publiques haineuses, dévalorisantes et calomnieuses à l’encontre des personnes lesbiennes, gays et bisexuel.le.s. Même dans des cas extrêmes d’atteinte à leur dignité humaine, les personnes concernées se retrouvent actuellement sans protection juridique.

Certes, la Constitution prohibe les discriminations basées sur le style de vie (Art. 8, paragraphe 2), mais dans la mise en œuvre de cette interdiction, le code pénal n’offre pas une protection suffisante contre les appels à la haine et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle.

Depuis 1995, le code pénal protège par l’article 261 bis des groupes de population particuliers des appels publics à la haine et des discriminations basés sur leur religion, leur race ou leur ethnie. Le code pénal protège donc des populations qui sont régulièrement la cible de discours de haine, de diffamation et de dévalorisation de leur dignité humaine. Cela concerne de toute évidence également les gays, lesbiennes et bisexuel.le.s. Le Parlement l’a bien compris puisqu’il a voté à une large majorité en décembre 2018 l’extension de la norme pénale à l’orientation sexuelle.

Il est à regretter que le critère de l’identité de genre, qui avait été accepté par le Conseil national, mais refusé par le Conseil des Etats, ne soit pas également pris en compte, les personnes transgenres étant plus souvent qu’à leur tour victimes d’appels à la haine et à la discrimination.

L’Union Démocratique Fédérale a lancé un référendum, soutenu par les jeunes UDC, qui a abouti. C’est donc la raison pour laquelle le 9 février 2020, le peuple suisse devra se prononcer sur l’inclusion du critère de l’orientation sexuelle dans la norme pénale.

La haine n’est pas une opinion ! OUI le 9 février !

Lien permanent Catégories : Air du temps 7 commentaires

Commentaires

  • Il faut arrêter de censurer ( il y a déjà des lois de protection, et la police ) ... Bientôt cela sera les handicapés, les gros, les blondes, ... NON à cette loi de censure le 9 février 2020 car c'est la boule de neige puis l'avalanche. On est en Suisse ? Un pays de la liberté d'expression ?

  • Lex exhibitions lors des gayprides incitent certaines personnes à la moquerie. Donc ils sont en partie responsables de ce qu'ils leur arrivent ! Pourquoi s'exhiber ? Pour exciter leurs adversaires. Qu'ils ne s'affichent pas et tout ira bien !

  • Quelle que soit la minorité, la surprotection aura pour effet de l'affaiblir et de créer des droits spéciaux qui vont l'enfermer dans un bulle au lieu de son intégration harmonieuse. De plus, cette extension est liberticide. elle porte un caractère carrément provocateur et elle l'expose aux réactions d'indignation du fait de l'auto-censure omniprésente. Comparable à du harcèlement. Une de plus qui s'ajoute à la liste.

    Moi je vote contre cette loi. Elle est dangereuse pour notre culture libre, ouverte et solidaire.

  • Personnellement je considère que ce serait une atteinte a la liberté d'expression, mais faut voir le bon côté: Si cette loi passe ça permettra de trainer en justice tous les imams et autres frères muslims de Suisse ! A moins que eux ne bénéficient d'un passe droit au nom du multiculti ?

  • D'accord avec vous Oleg. Pourquoi ce besoin de de montrer ? De se changer ? De se déguiser ? De revendiquer des droits ( exemples au Canada : mariage pour tous, drapeaux, changer la société, ...)
    La loi du 9 février demande plus de protection : cela existe déjà en Suisse !?! Pourquoi ?
    Je voterais non car notre liberté va être restreinte, il y a risques de 3années de prison même ! Non merci ... Aller sur www.censure-non.ch

  • Désolé ma religion condamne les pratiques sexuelles LGBT.

  • Confusion et méprise.

    J'ai un petit doute quant au sujet sur lequel nous nous exprimons ici.
    En lisant les journaux de ma région, il est fait état du référendum UDC contre la deuxième extension de la loi de protection des minorités au bénéfice des transgenres. Alors qu'il va de soi que les transgenres sont protégés car ils font partie des minorités prétendument ciblées par la haine populaire...Disons plutôt par la stupidité humaine.
    Encore plus de lois ne résoudra pas les problèmes d'éducation civilisationnelle.

    Ceci dit, cela m'amène à relire plus attentivement l'article de D. Bonny.

    Conclusion: sur quoi voterons nous le 9 février?
    1. L'extension de l'extension de la loi de protection des minorités, acceptée par les chambres?
    2. Le référendum UDC contre cette extension bis?

    A moins que d'autres éléments m'ont échappés...

    Dès que j'aurais le matériel pour cette votation, je saurais enfin à quoi m'en tenir.
    Toujours est-il que je suis opposée à toute loi supplémentaire et liberticide de surcroît.
    Dans ce cas précis, je voterai OUI pour le référendum. Peu importe qui s'y trouve derrière.

Les commentaires sont fermés.