Votation du 9 février : au sujet de la liberté d’expression (4/5)

Imprimer

IMG_9249.PNGSi le peuple vote le 9 février en faveur de l’extension de la norme pénale antiraciste aux actes homophobes, les appels publics à la haine et à la discrimination à l’encontre des lesbiennes, gays et bisexuel.le.s seront punissables. Par contre, si une personne exprime ses idées homophobes dans son cercle d’ami.e.s ou lors d’une rencontre privée, elles ne tomberont pas sous le coup de la loi.

Les appels publics à la haine et à la discrimination à l’encontre des lesbiennes, gays et bisexuel.le.s ne sont ni des opinions ni des valeurs à protéger. Ils nuisent aux personnes concernées, à leur entourage et divisent la société.

Personne ne peut, en effet, sérieusement prétendre qu'il s'agisse d'une d'opinion constructive, lorsqu’il est écrit dans des tweets que les lesbiennes sont malades et devraient « être sautées par un vrai homme » afin de revenir à la raison. Ou lorsque sur les réseaux sociaux un appel est lancé afin de ne pas tolérer les bisexuel.le.s dans son cercle de connaissances, parce qu'ils/elles seraient des prédateurs et prédatrices sexuel.le.s et ne chercheraient qu’à briser des couples. Ou quand dans des émissions de radio ou des articles de presse, il est dit que les gays sont des pédophiles et devraient être enfermés.

De tels discours tenus en public ne peuvent pas être simplement considérés comme des "paroles stupides". Stopper les atteintes à la dignité humaine, si nécessaire aussi par la voie légale, est une revendication juridique légitime des personnes concernées, mais aussi de la société elle-même. Il serait indigne d'une démocratie d'interpréter la liberté d'expression comme un laissez-passer pour s’attaquer en toute impunité à des personnes ou groupes de personnes.

La haine n’est pas une opinion ! OUI le 9 février !

Lien permanent Catégories : Air du temps 21 commentaires

Commentaires

  • Tu es au courant des sondages en Suisse sur cette question. A n’en pas douter je voterai oui...

  • "L'homosexualité est une maladie"

    Voilà une expression qui peut et pourra être prononcée en public sans que cela soit une infraction. En effet, il ne s'agit pas là d'un appel à la haine mais d'un appel à la compassion dès lors que si les gens normaux ont de la compassion pour les enfants et les vieillards, ils en ont aussi pour les malades.

  • On a vu la réaction de la communauté LGBTQ dans l’affaire de cette jeune Mila qui a secoué la France il y a peu. Insultes et menaces de mort par centaines parce que lesbienne ayant éconduit un adepte de la religion de paix et d’amour. Sa communauté l’a exclut. Il ne faudrait surtout pas faire d’amalgame. Quel courage c’est impressionnant.

  • @CEDH L’homosexualité n’est pas une maladie, même si, hélas, elle a été considérée comme telle jusqu’en 1990 par l’OMS. Les personnes homosexuelles vous laissent dès lors votre compassion pour vous-même...

  • Monsieur Bonny,

    Ai-je affirmé que l'homosexualité était une maladie ? Non. Il s'agissait d'une citation comme le montre les guillemets.

    La réponse à la question de savoir si le fait de le dire tombera sous le coup de l'article 261bis CP modifié ne dépend nullement de la question de savoir s'il s'agit ou non d'une maladie. Et le proclamer, faute d'appel à la haine, ne tombera pas sous le coup de l'article 261bis CP modifié. Cela était le seul objet de mon commentaire. Et je suis désolé si vous l'avez pas tout de suite compris.

    Votre réaction montre que la protection que vous êtes sur le point d'obtenir, aura une portée plus restreinte que vous ne le pensez.

  • Si cela continue les hétéros devront manifester pour qu'on respecte leur manière de vivre !

  • J’ai fait lire votre commentaire initial à d’autres personnes (hétéros en l’occurrence) et elles l’avaient compris comme moi. Votre précision est donc la bienvenue et je vous en remercie.

  • @ Oleg Ronibar (pseudonyme d’une grande finesse...) Si ça continue quoi? Que les minorités veuillent simplement vivre en paix? Où est le problème?! Cette loi n’enlève rien aux hétéros!

  • Puisque vous exigez que les minorités vivent en paix je suppose que vous allez soutenir les zoophiles !

  • "Cette loi n’enlève rien aux hétéros!"That's the question. Et on voit que vous n'y avez pas réfléchi...
    Depuis la révolution sociétale du politiquement correct, les homosexuels sont passés de 1% de la population à 10%. Dans quelques temps, vous serez 20%...
    Chez les femmes, ce sera bientôt 100%, tellement les lesbiennes ont la cote. Vous avez certainement vu cette "bataille" autour du clitoris ? Les féministes, aujourd'hui sous direction exclusivement lesbienne, veulent nous faire croire que "nous" (= tout le monde) découvrons le clitoris seulement aujourd'hui. C'est d'un ridicule total, mais c'est le discours dominant dans la presse.
    J'achète tous les dimanches le Matin-dimanche : pour savoir ce que les grands prêtres essaient de faire croire à leurs sujets...
    Dans le dernier, Jüne Pla, qui nous explique qu'elle a tout essayé avec les hommes mais que décidément, la pénétration, ce n'est pas son truc et que maintenant, elle préfère les femmes. Il y a 40 ans, on faisait la distinction entre vaginales et clitoridiennes. Cet idiot prétentieux de Cymes s'en est gaussé récemment, n'empêche qu'à la lecture de Pla on comprend très bien les causes de cette distinction : il y a des femmes qui n'éprouvent aucun plaisir à être pénétrées, et d'autres oui. Elles sont beaucoup moins nombreuses et comme être pénétrées signifie aimer les hommes, elles seront bien vite rejetées par la majorité des vraies femmes. Celles qui jouissent de façon politiquement correcte, avec d'autres femmes...
    L'avenir des hommes, les vrais, est plutôt sombre. Enfin, disons en Occident parce qu'ailleurs...

  • @Géo J’ai hésité à publier votre commentaire tellement il est à côté de la plaque par rapport au sujet de mon blog. Mais finalement, il ne l’est pas tant que ça. Votre homophobie, lesbophobie et mysoginie démontrent, si cela était encore nécessaire, qu’il y a encore de quoi faire pour lutter contre, même si, pour certains, c’est de toute évidence peine perdue, la remise en question leur étant inconnue...

  • Cette extension de la loi ne concerne pas que les LGBT.
    En effet, il s'agit de l'interdiction de la discrimination en raison de l'orientation sexuelle.
    Les appels à la haine et à la discrimination des personnes hétérosexuelles seront donc également interdits.

  • @Michel Merci de remettre le débat là où il doit être: lutter contre les appels à la haine et à la discrimination. Point final.

  • Si le changement de société persiste plus aucune loi ne protégera l’indigène!

  • Orgasme vaginal, clitoridien, point G, de quoi parle-t-on ici ? Faudrait peut-être une mise à jour du logiciel sur le plaisir féminin et s’intéresser aux travaux d’Odile Buisson, gynéco française, qui a exploré par échographie 3D la morphologie réelle du clitoris, se moulant sur la face antérieure de la paroi vaginale.
    Il n’est de plaisir féminin que clitoridien, par stimulation externe ou interne lors de la pénétration vaginale. Les vieux Masters et Johnson avaient raison.

    Un article vulgarisateur et simplificateur forcément (on passera sur l’innervation et la vascularisation subtiles qui n’ont pas trop intéressé les praticiens au cours de l’histoire…)

    https://www.journaldesfemmes.fr/couple/conseils-sexo/2056474-point-g-
    orgasme-vaginal-verite/

    C’était la leçon de choses médicales du matin.

  • Si c'est à mon commentaire que vous faites allusion, Gislebert, vous n'y avez pas compris grand chose. Que le plaisir féminin soit strictement clitoridien ne change rien à la rengaine de Brassens : 90 fois sur cent, la femme s'emm..de en baisant.
    That's the point, que vous n'avez pas vu.

  • C'est vous qui n'avez rien compris, je parlais de l'anatomie et de la physiologie de l'organe du plaisir féminin, pas des branques maladroits et trop pressés.
    Et puis c'est 95 fois sur cent pour Tonton Georges.

  • Et il y a les mauvaises langues.

  • "C'est vous qui n'avez rien compris, je parlais de l'anatomie et de la physiologie de l'organe du plaisir féminin, pas des branques maladroits et trop pressés."
    Ah, ah. La faute sur les hommes, comme d'hab. Il y a beaucoup de femmes qui ne s'intéressent pas à la pénétration, comme l'indique Jüne Pla. Il y a longtemps que je l'avais compris et cela le confirme. Je parlais aussi d'anatomie et de physiologie, de quoi d'autre ?

  • @Oleg Ronibard On pourrait aussi imaginer protéger celles et ceux qui disent n’importe quoi sur les blogs et se cachent derrière des pseudonymes n’assumant ainsi pas leurs propos. Heureusement une minorité, mais qui devrait vous parler...

  • Je parie que vous avez une énorme protection !! (Dans tous les sens du terme !)

Les commentaires sont fermés.