Du grand au petit écran : quatre (très) bons films

Imprimer

IMG_9770.jpgMae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant du monde. Elle va petit à petit gravir les échelons au sein de l’entreprise et en devenir une figure emblématique en permettant aux internautes de suivre sa vie en direct grâce à une caméra branchée sur elle en permanence. Cela ne sera pas sans conséquence pour elle-même, pour ses proches et pour ses patrons.

Faisant inévitablement penser à « The Truman Show » (1998) avec Jim Carrey, mais aussi à « Le prix du danger » (1983) d’Yves Boisset avec Gérard Lanvin, « The Circle » n’est toutefois pas aussi fort sur le plan dramatique que ces deux films. Il n’en demeure pas moins que le sujet est d’une brûlante actualité et qu’il interpelle sur les limites à ne pas dépasser en matière de protection de ses données personnelles et donc de sa sphère privée.

A ce propos, quelques scènes du film font froid dans le dos et les nombreux commentaires des internautes incrustés directement sur l’écran font rire jaune au même titre que le cynisme du big boss de l’entreprise (Tom Hanks qui fait des apparitions) ou encore la fin plutôt réussie.

Certes, « The Circle » démarre un peu trop lentement et sa facture est très classique. Il ne creuse pas assez son passionnant sujet, à l’image des seconds rôles insuffisamment développés et exploités, mais il est plutôt efficace, se laisse voir sans déplaisir et fait même un peu réfléchir.

Inédit. 3 étoiles. « The Circle ». RTS 1, lundi 6 janvier, 20h45.

IMG_9771.jpgPourquoi Tom est-il aussi agressif envers Damien qui fréquente la même classe que lui au point d’en venir aux mains ? Est-ce une question de différence de classe ? Tom est en effet le fils adopté d’un couple d’agriculteurs alors que la maman de Damien est médecin et son père militaire de carrière. Est-ce parce que Tom habite dans la montagne et qu’il marche plusieurs heures par jour pour se rendre à l’école alors que Damien habite en ville et que c’est sa mère qui l’accompagne en voiture ? Est-ce une question de couleur de peau, Tom étant métis ? Et si cette violence traduisait la peur, celle d’un désir inavouable ?

Le film d’André Téchiné brosse avec pudeur, émotion, justesse et beauté le portrait de deux adolescents qui se cherchent, au sens propre et figuré, dans le décor magnifique des Pyrénées, le temps de l’année scolaire. Il est porté par deux jeunes acteurs excellents, avec une mention spéciale pour Kacey Mottet Klein dont la palette pour exprimer ses sentiments est impressionnante. Sandrine Kiberlain, qui a le très beau rôle de mère à la fois bienveillante, mais également cadrante quand il le faut, est également à la hauteur. Si le film comporte des longueurs, quelques scènes et personnages secondaires n’apportent pas grand-chose de plus à l’histoire, il n’en demeure pas moins que « Quand on a 17 ans » est globalement une réussite.

Inédit. 4 étoiles. « Quand on a 17 ans ». RTS 1, jeudi 9 janvier, 23h20.

IMG_9772.jpgFaire entrer le spectateur dans le film en une fraction de seconde n’est pas courant. C’est pourtant le cas de « La loi du marché » qui s’ouvre sur un plan de profil de Thierry qui fait part pendant quelques minutes à son placeur, le plus souvent hors champ, de son désarroi après sa période de chômage qui s’approche gentiment de la fin. Le ton du film est donné avec cette première scène : criant de vérité.

Et ce sera le cas durant tout le film, à tel point d’ailleurs que par moment l’on a plus l’impression de voir un reportage qu’un film de fiction. Impression renforcée par le jeu des acteurs qui jouent leur propre rôle face au formidable professionnel qu’est Vincent Lindon, récompensé par le prix d’interprétation au Festival de Cannes.

Mais « La loi du marché » est bel et bien une fiction, certes « réaliste », avec une tension dramatique dans sa deuxième partie quand Thierry retrouve un emploi de vigile dans un supermarché. Confronté de par sa nouvelle fonction à une certaine détresse humaine qui le renvoie à sa situation personnelle et à un dilemme moral, Thierry sera-t-il prêt à tout pour garder son emploi ? C’est tout l’enjeu de ce film hautement recommandable.

4 étoiles. « La Loi du marché », France 3, jeudi 9 janvier, 21h05.

IMG_9773.jpgSandra, Marion Cotillard bouleversante, a deux jours et une nuit pour convaincre la majorité de ses 16 collègues de renoncer à leur prime de 1000 euros pour qu’elle ne soit pas licenciée. Entre espoir et désespoir, le film tient en haleine le spectateur tout en l’interpellant à chaque fois que l’héroïne rencontre un.e de ses collègues : qu’aurais-je fait à sa place ? A noter une fin à la hauteur de ce film vraiment excellent à voir ou à revoir.

5 étoiles. « Deux jours, une nuit ». Arte, mercredi 8 janvier, 21h00.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.