- Page 3

  • La "guerre" pour 5 millions par an?

    Imprimer

    La commission des transports du Grand Conseil, MCG en tête qui n’est pas à une contradiction près sans quoi, il est vrai, ce ne serait plus le MCG, a donc voté en faveur d’un nouveau contrat de prestations des TPG de 4 ans dans lequel il manque 5 millions par année pour maintenir les emplois et les prestations.

    Mauvais perdants après que le peuple ait voté par deux fois en faveur de l’initiative de l’AVIVO et en plébiscitant au travers du sondage du Département des transports la mobilité douce et les transports publics, les commissaires ont refusé cette rallonge de 5 millions par an pour compenser en partie la baisse des tarifs des TPG dès le 14 décembre.

    Entêtés, leur vote aura pour conséquence une diminution de l’offre, mais aussi, et c’est encore bien plus grave, des licenciements qui bien évidemment auront des répercussions sur le plan humain, mais aussi sur les finances de l’Etat, un chômeur coûtant  de l’argent !

    Un calcul donc à très courte vue, sans compter que les syndicats ne vont pas rester les bras croisés, une première manifestation est d’ailleurs prévue le 12 novembre, avec le risque de grèves qui amèneront le chaos dans les déplacements.

    D’où la question de départ : vaut-il la peine de déclencher la guerre pour 5 millions annuels en faisant payer à la population son outrecuidance d’avoir souhaité des TPG moins chers, mais en aucun cas moins efficaces ?

    Poser la question, c’est bien évidemment y répondre ! Espérons que le Grand Conseil, à commencer par le MCG qui a soutenu la diminution des tarifs, désavouera sa commission des transports pour éviter un énième épisode de la guerre des transports…

    Lien permanent 3 commentaires
  • Les Genevois plébiscitent les TPG, mais pas les partis pour lesquels ils votent!

    Imprimer

    FullSizeRender.jpgPar trois fois, voire quatre si l’on y associe le vote sur la traversée de la rade, les Genevois  ont exprimé l’importance qu’ils accordent aux transports publics : en votant tout d’abord deux fois en faveur de l’initiative de l’AVIVO et en donnant leur avis au travers du sondage du Département des transports. 

    A propos de ce dernier, et quoique l’on pense de la représentativité du questionnaire initié par Luc Barthassat, les résultats sont tellement nets pour donner la priorité aux transports publics qu’ils en deviennent tout à fait crédibles, n’en déplaise au lobby des automobilistes.

    Alors comment comprendre que devant une telle évidence, la commission des transports du Grand Conseil ait voté en faveur du nouveau contrat de prestations des TPG qui prévoit une réduction de l’offre et une suppression d’emplois ? 

    Par une seule explication : celle du mauvais perdant, la majorité des commissaires, sous couvert d’arguments financiers, faisant mine de ne pas voir que la mobilité du présent et du futur passe par un développement des transports publics et de la mobilité douce.

    Il faut dire à leur décharge qu’ils n’ont pas été élus pour défendre un programme tel que celui-ci, ce qui questionne bien évidemment le vote des Genevois lors des élections au Grand Conseil de l’année dernière.

    Ceci dit, il est à présent de la responsabilité de Luc Barthassat d’entendre la population, après avoir eu à maintes reprises l’occasion de l’écouter, et de passer de la parole aux actes en mettant en place une politique qui donne la priorité aux transports publics et à la mobilité douce. 

    Ce sera loin d’être facile, mais il faut avoir à l’esprit que vouloir contenter tout le monde est le plus sûr moyen de mécontenter tout le monde !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ecopop: l'UDC joue aux apprentis sorciers

    Imprimer

    FullSizeRender.jpg64% des électrices et électeurs proches de l’UDC voteraient en faveur de l’initiative Ecopop le 30 novembre. Galvanisée par le résultat du vote du 9 février, ils ne voient pas pour quelle raison il faudrait s’arrêter en si bon chemin. Ils ne font finalement que de mettre en pratique le message de repli de la Suisse sur elle-même que l’UDC assène depuis des décennies.

    Les leaders de l’UDC, opposés à l’initiative, seraient donc apparemment entrain de se faire déborder par leur base, tel Mickey dans « Fantasia » de Walt Disney qui déclenche une danse effrénée de balais qu’il n’arrive plus à arrêter.

    Il est dès lors amusant, si l’on ose dire, de constater que des ténors de l’UDC, dont Christoph Blocher et Oskar Freysinger, se sentent obligés de monter au créneau pour dire que l’initiative Ecopop est dangereuse pour notre pays. Il faut dire que plusieurs sections cantonales de l’UDC recommandent de voter OUI à ce texte qui veut  limiter l'immigration et la surpopulation à un taux de 0,2 % par an en moyenne afin de protéger la nature et limiter le besoin de constructions nouvelles.

    « Limiter l’immigration », pas étonnant  que cela parle à une partie de celles et ceux qui ont voté OUI le 9 février et plus particulièrement à l’électorat de l’UDC. A force de jouer avec le feu et de l’alimenter avec son discours d’exclusion sur les étrangers, les pontes de l’UDC se voient donc maintenant forcés de jouer les pompiers auprès de leur électorat au risque de voir la prospérité de la Suisse menacée. On rit…jaune !

    Lien permanent 2 commentaires
  • La R'vue 2014, avant tout une comédie musicale

    Imprimer

    FullSizeRender.jpgAvant le véritable lever de rideau de ce soir, l’édition 2014 de la R’vue a déployé ses charmes devant un parterre d’invités pour deux avant-premières. Impressions à l’issue de la représentation d'hier soir.

    Dès le premier tableau, le ton est donné : il sera avant tout musical. Chaque comédien joue non seulement son rôle, mais également d’un instrument en plus bien évidemment de chanter et danser. Il en sera ainsi tout au long du spectacle, le tout exécuté d’une manière irréprochable par les comédiens-artistes qui sont indéniablement la grande réussite du spectacle et qui méritent tous les honneurs. Chapeau !

    Si l’on aura compris qu’il n’y a rien à dire sur la forme, si ce n’est la louer, qu’en est-il du fond ?

    Il n’est pas toujours à la hauteur, sauf en ce qui concerne les textes des chansons la plupart du temps excellents comme, par exemple, « le seau d’eau » ou encore « l’appartement ». La qualité des sketchs est, elle, variable. Il y en a de très bons : « Tant pis », « Les Sévices industriels », « Les Selfies » (Luc Barthassat, remarquablement interprété par Daniel Vouillamoz, est incontestablement la star du spectacle), « La prière à Marine » (corrosif, ce qui manque d’une manière générale dans la R’vue de cette année), « Giroud en vain » (encore Daniel Vouillamoz, génial) ou encore « Garde d’enfants au Grand Conseil ».

    Et il y en a qui le sont nettement moins : « Les barbouses », « Capsules, amour et expresso », « Le mondial de fous » (se moquer une fois de plus de François Hollande est lassant), « Genève l’Afrique » ou encore « Les doigts de l’homme ».

    D’une manière générale, la deuxième partie est moins enthousiasmante, probablement parce que les sujets sont moins ancrés dans le paysage genevois.

    La R’vue 2014 est donc  très réussie du point de vue musical, chorégraphique et scénographique, mais on y sourit plus souvent qu’on y rit. Un choix artistique qui plaira plus aux adeptes de la comédie musicale qu’à ceux qui préfèrent la comédie au vitriol, mais qui devrait malgré tout permettre au plus grand nombre de passer une bonne soirée !

    Alors que le spectacle commence dès ce soir et jusqu’au 31 décembre !

    Lien permanent 0 commentaire