08/10/2017

Du grand au petit écran, « American Sniper » et « L’homme qu’on aimait trop »

Deux films de deux grands réalisateurs, Clint Eastwood et André Téchiné, à voir, ou pas, cette semaine sur le petit écran. Tous les deux sont basés sur une histoire vraie, mais c’est le seul point qu’ils ont en commun.

FullSizeRender.jpgDifficile de rester neutre face à ce film, qui raconte l’histoire vraie de Chris Kyle tireur d’élite particulièrement redoutable ayant officié en Irak entre 2004 et 2009, tant les valeurs qui y sont véhiculées peuvent être ressenties très différemment par les uns et les autres. Patriotisme, virilité et héroïsme dans tous les sens du terme pourront sans doute plaire à ceux qui aiment les films de guerre bien réalisés et bien joués, comme c’est le cas d’« American Sniper ». Mais pour les autres, il faudra une fois de plus assister aux scènes où le héros est humilié par ses formateurs, constater que si le tireur d’élite américain protège les siens, celui de l’adversaire est juste le dernier des salopards ou encore entrevoir les failles du héros presqu’aussi vite balayées afin de retourner au combat. Il y a bien ici ou là des réflexions sur l’utilité de la guerre, quelques rares remises en question du héros ou encore quelques scènes qui montrent les suites dévastatrices du combat pour les vétérans, mais elles ne sauraient remettre en question l’impression générale du film : une ode à la grande Amérique. Décevant.

 

 1 étoile. « American Sniper ».

 TF1, dimanche 8 octobre, 21h00.

 

FullSizeRender.jpg« L’homme qu’on aimait trop » d’André Téchiné raconte l’histoire vraie de Renée Leroux, propriétaire du Casino Le Palais de la Méditerranée à Nice, qui s’est battue toute sa vie pour faire condamner par la justice le supposé meurtrier (Guillaume Canet) de sa fille (Adèle Haenel), mystérieusement disparue en novembre 1977, et dont on a jamais retrouvé le corps. Un peu lent à démarrer, le film va crescendo. Le spectateur est au fur et à mesure que l’action avance de plus en plus partie prenante du drame qui se déroule devant lui. Les acteurs principaux n’y sont bien évidemment pas pour rien. Catherine Deneuve est, comme d’habitude ou presque, impériale aussi bien comme patronne de casino que comme mère à la poursuite de la vérité. Il faut la voir vieillie, claudicante, avec le masque de celle qui s’est battue pendant plus de 30 ans pour faire condamner celui qu’elle pense être le responsable de la mort de sa fille, du grand art qui méritait mieux qu’une diffusion à 23h50 !

 

 

3 étoiles. « L’homme qu’on aimait trop ».

RTS UN, jeudi 12 octobre, 23h50.

 

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

 

06/10/2017

Non aux deux-roues motorisés sur les trottoirs !

Luc Barthassat, qui prône le pragmatisme pour lutter contre l’incessante guerre des transports qui sévit à Genève, a pourtant mis de l’huile sur le feu cet été avec une nouvelle brochure réalisée par son département  à destination des usagers de deux-roues motorisés.  On peut y lire que le parking de ces véhicules sur les trottoirs est toléré, moyennant un passage de 1m50 pour les piétons.

Réaction immédiate de l’Association Transports et Environnement (ATE) qui dénonce une mesure qui met en danger les piétons, entrave leur circulation et qui ne respecte pas le droit suisse qui réserve cette possibilité aux vélos (ordonnance sur la circulation routière, article 41). Dans la foulée,  l’ATE a lancé une pétition, qui peut être signée en cliquant sur le lien suivant : https://www.change.org/p/pour-la-s%C3%A9curit%C3%A9-des-p....

Le procureur général Olivier Jornot a de son côté rappelé à l’ordre Luc Barthassat en dénonçant l’illégalité de cette tolérance.

Et comme il fallait, hélas, s’y attendre, les milieux qui soutiennent une politique de la motorisation à outrance, en l’occurrence le TCS,  ont lancé une contre-pétition.  Le TCS  soutient la mesure du Conseiller d’Etat qui  « s’impose comme une évidence et une mesure de bon sens élémentaire » étant donné le manque de places pour les deux-roues motorisés.

Est-ce une raison suffisante pour envahir les trottoirs de motos et de scooters au détriment des piétons ? Evidemment que non. La solution est à trouver dans les parkings souterrains qui regorgent de places inoccupées en supprimant, d’une part, en surface des places de parking pour les voitures en faveur des deux roues, motorisés ou non, et, d’autre part, en favorisant le parking des deux roues également en sous-sol.

L’idéal étant bien sûr de recourir le plus possible à la marche, aux transports publics et au vélo, électrique ou non, qui, pour reprendre les termes de la pétition du TCS, occupent moins d’espace sur la voirie et diminuent les bouchons journaliers considérables existants.

04/10/2017

« Mon garçon » rime avec déception (et 9 autres films à l’affiche)

Mon garçon.jpgL’idée de départ est séduisante : l’acteur principal, Guillaume Canet convaincant, découvre le scénario au fur et à mesure que le film se tourne en temps réel ou presque. Il a en effet fallu seulement six jours pour mettre en boîte cette histoire d’un père absent qui est appelé à la rescousse par son ex-femme suite à la disparition de leur fils de sept ans lors d’un bivouac en montagne. N’écoutant que son cœur et son courage, il va alors mener sa propre enquête au mépris de toutes les règles pour tenter de retrouver son enfant.

Le scénario est tout sauf original et surtout très mince. A tel point d’ailleurs que pour atteindre les nonante minutes syndicales, le réalisateur a recours à plusieurs reprises aux mêmes images d’archive de l’enfant disparu et à des interminables scènes où l’on voit Guillaume Canet en voiture, à se demander d’ailleurs si le film n’a pas été entièrement sponsorisé par l’industrie automobile. Avec ce scénario, il était possible de faire un bon épisode d’une série policière, rien de plus.

Alors certes, les vingt minutes du film qui précèdent la scène finale, d’une rare mièvrerie, sont très réussies : la tension est à son maximum grâce à une caméra à hauteur d’épaule qui cerne les protagonistes qui sont filmés à tour de rôle sans savoir ce que font les autres pendant ce temps. Du grand suspense. Mais ces vingt minutes ne suffisent pas à faire oublier que « Mon garçon » rime avant tout avec déception. (2 étoiles)

Toujours à l’affiche

5 étoiles. « L’ordre divin ». "En 1971, le monde était en pleine mutation, mais ici en Suisse, le temps semblait s'être arrêté." Le contraste avec le générique est saisissant et donne immédiatement le ton du film: Nora et ses amies vont devoir soulever des montagnes pour lutter contre cette société patriarcale et machiste qui est à la veille de décider si elle donnera le droit de vote et d'éligibilité aux femmes. Pour raconter les semaines qui précèdent cette votation qui deviendra historique, le film de la réalisatrice Petra Volpe reconstitue à la perfection cette ambiance du début des années septante de cette Suisse fermée sur elle-même: décors, costumes, coiffures, mœurs, attitudes de la gente masculine, tout y est. C'est à la fois jouissif et consternant de voir où en étaient les droits des femmes au niveau national il y a seulement 45 ans. Le film est d'ailleurs à l'image de ce constat, puisqu'il comporte des scènes franchement drôles et tendres qui alternent avec d'autres où l'on rit jaune, voire où l'on pleure de tristesse ou de joie. "L'ordre de divin" est très bien écrit que ce soit au niveau de son scénario ou de ses personnages auxquels on s'attache rapidement. Il faut dire que la distribution est excellente et donne toute sa crédibilité au film. A voir absolument.

4 étoiles. « 120 battements par minute ». Paris début des années 90, l’épidémie du sida fait des ravages, tout particulièrement dans la communauté homosexuelle, dans une indifférence quasi générale. Les militants d’Act Up multiplient les actions coup de poing pour attirer l’attention des pouvoirs publics et des pharmas sur le drame qui se joue sous leurs yeux et dont ils ne mesurent pas l’ampleur par ignorance, parce qu’ils se voilent la face ou encore par calcul. La première partie du film, qui donne une grande place aux réunions hebdomadaires et aux actions est absolument remarquable aussi bien au niveau des contenus que de la manière dont elles sont mises en scène. Du grand cinéma. Et puis, il y a au milieu de ce tourbillon militant la relation amoureuse entre Sean, dont la santé décline semaine après semaine, et Nathan, qui a échappé à l’infection. Leur relation illustre par deux destins individuels le combat qu’Act Up a mené pour l’ensemble de la collectivité. Si la romance entre Sean et Nathan, les deux acteurs sont exceptionnels, tire vers la fin un peu trop en longueur et vers le mélo, seul reproche que l’on peut faire au film, elle est autrement drôle, sensuel, d’une très grande complicité, pleine d’espoir malgré tout, bouleversante, tragique. Bref, belle, tout simplement.

4 étoiles. « Ca ». Adapté du roman de Stephen King « It », le film raconte l’histoire d’un terrible prédateur ayant la capacité de modifier son apparence physique, avec tout de même une prédilection pour celle de clown pour mieux attirer les enfants qui sont sa cible. Film d’horreur qui a donc l’ambition de faire peur. Ambition réussie grâce à des effets spéciaux très réussis qui occupent leur juste place, une photographie parfaite, une bande sonore irréprochable que ce soit au niveau des effets ou de la musique, une excellente direction d’acteurs – les sept jeunes acteurs sont tous crédibles – et un scénario intelligent qui tient en haleine la plupart du temps. Après un départ très réussi qui donne bien le ton du film (relations humaines, humour et bien sûr ambiance angoissante), « Ca » peine en effet un peu par la suite à prendre son rythme, mais ce n’est que pour mieux rebondir dans une deuxième partie d’une rare intensité. Un film qui ravira sans aucun doute les amateurs du genre.    

4 étoiles. « Dunkerque ». Mai 1940. 400 000 soldats anglais sont pris en tenaille entre la mer du Nord et l’armée allemande sur les plages de Dunkerque. Pour éviter un massacre à grande échelle et rapatrier les troupes de sa Majesté, il va falloir compter sur les troupes françaises, sur la Royal Air Force et enfin sur la flotte militaire et…civile anglaise. Pour raconter cet épisode de la seconde guerre mondiale, Christopher Nolan, le réalisateur, entre autres, de la trilogie Batman, d’Inception et d’Interstellar, a pris trois angles d’attaque avec des espaces-temps différents qui se rejoindront à la fin du film : une semaine pour les événements qui se déroulent sur terre, un jour pour ceux qui ont lieu sur mer et une heure pour ceux qui ont comme décor le ciel. Il n’y a pas de temps mort dans « Dunkerque » et très peu de dialogues. Le film met en scène, sans hémoglobine, avec brio, et par moments émotion, ces soldats pris au piège sur terre et sur mer, le danger venant en premier lieu du ciel. A ce propos, les combats aériens sont à couper le souffle. « Dunkerque » est un blockbuster, mais avec toutefois l’ambition d’être également un film d’auteur. Ambition réussie grâce à une maîtrise technique époustouflante, une mise en scène qui ne laisse rien au hasard, une narration originale et, pour couronner le tout, une très belle distribution.

3 étoiles. « L’un dans l’autre ». Pierre travaille avec Eric, qui est son bras droit. Eric est pacsé avec Pénélope qui est aussi la maîtresse de Pierre. Eric et Pénélope veulent se marier pour augmenter leur chance d’adopter un enfant, ce qui pousse Pénélope et Pierre à rompre, la situation devenant intenable. Mais c’est sans compter avec le réveil de leur dernière nuit d’amour où Pierre se réveille dans le corps de Pénélope et vice versa. Ce synopsis de pièce de boulevard va déboucher bien évidemment sur de nombreux quiproquos et des situations plus ou moins gênantes pour Pierre et Pénélope. Si le film fonctionne sur le même ressort comique du début à la fin et n’évite pas toujours les clichés, il faut bien reconnaître que le rythme est soutenu de bout en bout et qu’on y rit de bon cœur. On l’aura compris, « L’un dans l’autre » ne fait pas toujours dans la dentelle. Mais il remplit avec satisfaction sa mission de faire passer un moment divertissant à celles et ceux qui sont venus voir le film. Ni plus. Ni moins.

3 étoiles. « Ôtez-moi d’un doute ».  Erwan est démineur et va voir sa vie littéralement exploser quand il va apprendre que son père n’est pas son père biologique. En recherchant son géniteur, alors que dans le même temps sa fille enceinte refuse de lui dire qui est le père de son enfant, Erwan va devoir gérer un conflit de loyauté entre celui qui l’a élevé et celui qui lui a donné la vie. Et ce n’est pas tout, puisqu’il va lui falloir gérer sa relation avec Anna, fille de son père biologique, qui ignore tout de la situation et qui a flashé sur lui. La lecture de ce synopsis fait penser à une pièce de boulevard et à une comédie bien lourde dont le cinéma français a le secret. Mais en fait, il n’en est (presque) rien. Malgré le côté « tiré par les cheveux » du scénario, particulièrement la fin qui est décevante, le film est agréable à regarder de bout en bout grâce à l’alternance de scènes tendres, voire émouvantes, et d’autres drôles, voire hilarantes grâce à Esteban qui, dans le rôle de Didier, est franchement génial. « Ôtez-moi d’un doute » n’est certes pas la comédie du siècle, mais c’est loin d’être désagréable.

3 étoiles. « La Planète des Singes – Suprématie ». Dans le volet final de cette trilogie, César, leur chef, doit défendre les Singes contre une armée humaine prête à tout pour les exterminer. De l’issue de cet affrontement dépendra non seulement la survie de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète. A la lecture de ce synopsis, on pouvait s’attendre à un troisième épisode violent et sanglant. Or, « La Planète des Singes – Suprématie » est avant tout un film sombre qui donne une large place aux démons intérieurs de ses personnages principaux. Cette approche psychologique intéressante a pourtant son revers de la médaille : elle ralentit par moment trop l’action. En effet, si le début du film est très réussi, son milieu connaît un sacré coup de mou, y compris du point de vue du scénario. Heureusement, la dernière partie est un bon équilibre entre psychologie et action. Dommage donc que « La Planète des Singes – Suprématie » pêche par sa longueur (2h20) et quelques invraisemblances scénaristiques, car autrement c’est un film de qualité : les effets spéciaux sont toujours aussi bluffants, les décors, la photographie, la bande-son et bien évidemment la mise en scène sont remarquables.

2 étoiles. « Mary ». Agée de 7 ans, Mary possède un talent hors du commun dans le domaine des mathématiques. Elle vit avec son oncle qui veut lui donner une vie la plus normale possible malgré ce don extraordinaire afin de ne pas revivre le drame qu’il a vécu quelques années auparavant. Mais c’est sans compter avec sa mère qui va faire irruption dans leur vie et tenter, au travers de sa petite-fille, de renouer avec un passé pourtant dévastateur. Le moins que l’on puisse écrire est que cette trame ne brille pas par son originalité, même si la question soulevée sur la place à donner aux enfants surdoués est intéressante, et qu’il n’y a pas besoin d’être un génie pour deviner ce qu’il va se passer. Heureusement, les deux interprètes principaux du film tiennent la route et sont l’incontestable point fort du film qui, malgré sa faiblesse scénaristique, son côté téléfilm et quelques invraisemblances, se laisse donc voir sans déplaisir, mais sans plus.

1 étoile. « Barbara ». Mathieu Amalric rend hommage à Barbara 20 ans après sa disparition dans un film dans le film qui met en scène une actrice qui joue Barbara. On la voit ainsi travailler son rôle, sa voix, ses chansons, ses partitions, ses gestes, ses scènes à apprendre, le tout se mêlant à sa propre vie de femme et à des images de Barbara qui apparaît de temps à autre grâce à des archives sans que l’on soit toutefois toujours forcément sûr que ce soit bien elle et pas l’actrice. Le spectateur a toutes les peines du monde à se laisser emporter par un film qui mélange constamment fiction et réalité et qui part dans tous les sens. Alors certes, Jeanne Balibar est convaincante dans son rôle d’actrice qui joue Barbara au point de se confondre avec son modèle. Il y a également quelques scènes réussies, particulièrement celles qui laissent un peu de place aux chansons de Barbara, mais le tout manque de liant et surtout d’émotion. « Barbara » est avant tout un exercice de style aux allures résolument nombrilistes, comme le relève d’ailleurs l’actrice qui s’adressant à son réalisateur, joué bien évidemment par Mathieu Amalric, lui demande s’il ne fait pas un film sur lui-même, et qui laisse de marbre. Barbara méritait mieux.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire