07/10/2018

« A Star is born » : tout pour la musique (et 11 autres films à l’affiche)

IMG_4349.jpgCette nouvelle adaptation de ce drame musical, déjà porté à l’écran en 1937, 1954 et 1976, met en vedette la star américaine de la chanson Lady Gaga. Bien que cette dernière soit déjà apparue à plusieurs reprises sur le grand écran, c’est toutefois la première fois qu’elle tient le rôle principal. Elle s’en sort à vrai dire plutôt bien et ses fans, mais pas seulement, ne seront pas déçus par sa performance.

Jackson Maine (Bradley Cooper dont c’est également le premier film en tant que réalisateur) est un chanteur et musicien renommé aux addictions nombreuses. Il entend un soir par hasard dans un bar Ally (Lady Gaga), chanteuse reléguée à l’anonymat malgré son indéniable talent d’interprète, mais également d’auteure-compositrice. Il tombe amoureux d’elle, et réciproquement, et va la propulser sur le devant de la scène en chantant en duo avec elle lors de ses concerts. Alors que le succès d’Ally est grandissant, Jackson a de son côté de plus en plus de peine à gérer ses démons intérieurs qui l’emmènent au bord du gouffre, malgré l’amour inconditionnel de celle qui est devenue sa femme.

Le scénario n’est pas le point fort du film, tout particulièrement dans sa partie médiane où ça patine sec. Il suit le schéma hollywoodien bien connu de l’ascension d’une vedette qui a failli passer à côté de son formidable destin, mais qui grâce à la chance, son talent et sa pugnacité finit en haut de l’affiche. Rien donc de bien excitant de ce côté-ci. Mais, heureusement, la manière « d’habiller » cette trame sans grandes surprises est plutôt réussie, à commencer par l’aspect musical.

C’est ainsi que toutes les performances musicales ont été enregistrées dans les conditions du direct. Toutes les séquences sur scène ont été filmées en adoptant le point de vue des interprètes et donc en évitant les plans larges des concerts depuis la foule. Un gros travail a également été fait sur le son pour que le passage des coulisses au centre de la scène se passe de façon imperceptible. Objectif atteint, le spectateur a vraiment l’impression d’être sur scène.

Enfin, les chansons sont de qualité et les voix de Bradley Cooper - qui a passé 5 jours par semaine pendant 6 mois à apprendre à chanter, à jouer de la guitare et du piano - et de Lady Gaga se marient fort bien donnant même par moment des frissons. D’ailleurs, leur couple fonctionne fort bien à l’écran et est crédible, malgré les épreuves qu’il affronte. Les seconds rôles sont également à la hauteur. Au final, un film pas dénué de défauts, mais qui se laisse toutefois regarder et écouter avec un certain plaisir. (3 étoiles)

Lire la suite

17:16 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

05/10/2018

« The Guilty » : un polar épatant (et 10 autres films à l'affiche)

IMG_4329.jpgFans de thriller, ne manquez pas d’aller voir « The Guilty » (l’anglais a l’avantage de ne pas donner d’indication sur le genre du coupable…), film danois d’une efficacité redoutable. Unité de temps, de lieu, quoique, et c’est là tout l’intérêt du polar, et d’action, « The Guilty » multiplie les fausses pistes. Il convie le spectateur à se faire son propre film en fonction des indices que l’excellent scénario distille au fur et à mesure que l’action progresse.

Asger (remarquablement interprété par Jakob Cedergren) est un policier visiblement mal dans sa peau. Il a été déplacé au centre d’appels des urgences (le 112) de la police danoise où il répond de mauvaise grâce aux téléphones qu’il reçoit jusqu’au moment où il est mis en communication avec une femme (Jessica Dinnage dont la seule voix fait merveille) qui dit être victime d’un enlèvement. Son instinct de policier va alors reprendre le dessus et le conduire à mener l’enquête avec comme seules armes la représentation qu’il se fait de la situation et son téléphone.

S’inspirant d’un véritable appel reçu au 112 par une femme kidnappée, le réalisateur Gustav Möller (30 ans) « a compris que chaque personne écoutant cet enregistrement verrait des images différentes. C’est là qu’il s’est dit : et si on utilisait cette idée d’images mentales dans un film ? Au cinéma, on peut créer tout un univers à l’intérieur d’une seule pièce. Avec « The Guilty », j’espère avoir réalisé un thriller haletant qui offre à chaque spectateur une expérience qui lui est propre. »

Objectif parfaitement atteint, le spectateur se faisant ses propres images tout au long du film, puisque la caméra ne quitte pas une seule seconde le centre d’appels. A l’instar du policier Asger, le spectateur écoute très attentivement les sons et les voix pour imaginer non seulement les lieux où l’action se déroule à l’extérieur ou encore le visage des différents personnages, mais surtout pour essayer de comprendre ce qui se cache derrière cet enlèvement.

On ne s’ennuie pas une seule seconde grâce à une mise en scène efficace et à de nombreux rebondissements vocaux qui permettent de découvrir petit à petit la personnalité complexe des deux personnages principaux de l’intrigue et conduisent à une fin à grand suspense et pleine d’émotions. Epatant. (5 étoiles)

Lire la suite

19:39 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/10/2018

Du grand au petit écran : en vaut-« Elle » la peine ?

IMG_4326.jpgCésar du meilleur film et de la meilleure actrice 2017, succès critique, mais pas vraiment public avec un pleu plus d’un demi-million d’entrées en France, « Elle » est programmée ce jeudi sur RTS DEUX.

Tordu est le mot qui résume probablement le mieux le film de Paul Verhoeven (Basic Instict, Showgirls) avec en vedette Isabelle Huppert, dont on ne compte plus les rôles qui s’accompagnent également de ce qualificatif.

Michèle dirige avec fermeté et sans état d’âme une entreprise de jeux vidéo et fait de même avec son entourage : son raté d’ex-mari, sa mère qui sort avec des hommes beaucoup plus jeunes qu’elle, son fils qui se fait mener par le bout du nez par sa copine et son amant qui est le mari de sa meilleure amie. Et puis, un jour, elle se fait violer chez elle par un homme masqué. Cet événement traumatisant ne va toutefois pas laisser sur Michèle les traces qu’on aurait pu imaginer.

« Elle » oscille entre le thriller, le coupable est déjà démasqué au milieu du film, et la comédie tragi-comique vitriolée, un registre dans lequel Isabelle Huppert excelle une fois de plus. Une fois de trop ? « Elle » est un film dont la perversité atteint des sommets et qui met mal à l’aise. Les scènes de viol, faut en supporter plusieurs au cours du film, qui évoluent en acte sexuel consenti par cette femme de pouvoir qui aiment se faire dominer, bonjour le cliché, sont extrêmement violentes.

Baignant dans une atmosphère glauque, Michèle est la fille d’un meurtrier de la pire espèce, il faut probablement en déduire que son cynisme face à la vie vient de là, « Elle » tire en longueur et laisse sur sa faim. Le film part dans tous les sens, à l’image de ses personnages bien peu vraisemblables, et on s’y perd. Vraiment difficile de comprendre l’enthousiasme quasi unanime de la presse à sa sortie pour ce film malsain.

1 étoile. « Elle ».  RTS UN, jeudi 4 octobre, 21h05.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

20:28 Publié dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |