05/01/2019

Taxer les billets d’avion, le moment ou jamais

Le peuple suisse est plus raisonnable que ses élu.e.s ! Un sondage publié dans la SonntagZeitung le 30 décembre dernier révèle que près de 70% des Suisses seraient favorables à une taxe sur les billets d’avion d’un montant de 12 à 50 francs. Ce n’est à vrai dire pas une surprise, car un sondage paru au moins d’août allait exactement dans le même sens.

Ce soutien populaire supposé n’a toutefois pas été suffisant pour qu’une telle taxe soit votée par le Conseil national le 10 décembre dernier, dans le cadre de la loi sur le CO2, puisqu’elle a été refusée par 93 voix contre 88. Pourtant, le trafic aérien est responsable de 18% de l’impact climatique causé par l’homme et il est en pleine croissance en Suisse (+6 % de passagers par an et les distances ont presque doublé en cinq ans).

Il est donc urgent de limiter cet impact dans le cadre de la sauvegarde du climat en mettant en œuvre des mesures concrètes. Une taxe sur les billets d’avion, dont les recettes seraient utilisées pour des projets en lien avec la protection de l’environnement, en fait partie. Rappelons que les transports aériens ne sont assujettis ni à la taxe sur les huiles minérales, ni à la TVA et que les pays voisins de la Suisse l’ont déjà introduite.

Est-il normal qu’un trajet Genève-Paris en avion, dont les émissions de CO2 correspondent à 269 kg par personne, soit la plupart du temps moins cher qu’un billet de train pour le même trajet dont les émissions de CO2 correspondent à 17kg par personne ? Poser la question, c’est y répondre !

Mais tout n’est pas perdu, puisque c’est au tour du Conseil des Etats de se pencher sur la loi sur le CO2. Dans le cadre des débats sur cette loi, une proposition de taxe environnementale sur les billets d’avion pourrait avoir une chance d’être acceptée, le poids du PLR et de l’UDC, pour lesquels la sauvegarde du climat est le cadet de leur souci, étant moins important qu’au Conseil national. Et si tel ne devait pas être le cas, les Verts lanceront alors une initiative dans ce sens.

00:23 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

04/01/2019

« Une femme d’exception » : un magnifique combat pour l’égalité (et 10 autres films à l’affiche)

IMG_5245.jpgL’année cinématographique 2019 commence bien avec un très bon film qui s’attache au parcours et aux combats de Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des Etats-Unis depuis 1993, entre le milieu des années 50 et 70. Vingt années semées d’embûches pour lutter contre les discriminations faites aux femmes et faire évoluer les lois en direction de l’égalité. Elle est considérée comme l’une des figures les plus progressistes des Etats-Unis. Elle s’est notamment impliquée dans plus de 300 procès pour discrimination.

1956. Ruth Bader Ginsburg intègre l’école de droit de Harvard. Elle est l’une des neuf femmes dans une volée comptant plus de 500 hommes. Autant dire qu’il est fort difficile de faire sa place dans le machisme ambiant. Heureusement, Ruth peut compter sur le soutien sans faille de son mari, et vice versa, qui fait les mêmes études. Bien que première de sa classe, Ruth ne trouve pas d’embauche dans un cabinet parce qu’elle est une femme. Elle doit se contenter dans les années 60 d’enseigner le droit jusqu’au jour où sa vie va basculer quand elle va plaider avec son mari une affaire fiscale qui discrimine…un homme.

La grande force du film tient à son couple d’acteurs principaux, Felicity Jones et Armie Hammer, qui crève l’écran. Leur complicité est formidable. Les rôles secondaires sont d’ailleurs également fort bien investis. Cette brillante distribution fait oublier le côté un peu trop académique du film, ce qui ne l’empêche toutefois pas d’être passionnant et de terminer en apothéose avec un monologue final de plus de cinq minutes de Ruth Ginsburg qui laisse sans voix. Et montre le chemin parcouru et celui qui est encore à parcourir pour que l’égalité entre les femmes et les hommes soit complètement réalisée. (4 étoiles)

Lire la suite

00:06 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

02/01/2019

« Au bout des doigts » : un scénario lourdingue (et 9 autres films à l’affiche)

IMG_5214.jpg« Au bout des doigts » fait partie des ces films qui procurent un certain plaisir lors de leur visionnement, mais qui à regarder de plus près sont pourtant plein de défauts. C’est le choc des cultures entre les tripes et le mental et suivant qui l’emporte sur l’autre, on appréciera le film ou pas.

Mathieu Malinski est un jeune de banlieue qui a une passion pour la musique classique dont il ne parle pas à ses potes avec lesquels il s’adonne parfois à des actes illicites. Pour assouvir son besoin de musique, il joue du piano dans les gares où l’instrument est en accès libre. C’est là qu’un jour le directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique, Pierre Geitner, le rencontre. Mais pas question pour Mathieu de frayer avec ce milieu qui n’est pas le sien jusqu’au jour où un cambriolage tourne mal. Pierre Greitner vient alors à sa rescousse en proposant au juge des heures d’intérêt général au Conservatoire à la place de la prison.

A partir de là, et comme on peut s’y attendre, la « success story » est en route. Evidemment, les obstacles seront nombreux pour y parvenir et, à ce titre, le scénario ne nous en épargne aucun. Les clichés s’alignent comme des noix sur un bâton. Mais le défaut principal du film est que l’on ne croit pas une seconde au personnage de Mathieu « petite frappe » alors qu’il est tout à fait crédible dans celui d’apprenti virtuose. La faute à un manque total d’explication sur l’enfance et l’adolescence de Mathieu.

Il n’est donc pas étonnant que les scènes en lien avec la musique soient les plus réussies. Et pour être juste, elles procurent même des moments d’intenses émotions avec en particulier un dernier quart d’heure, quand bien même là encore le scénario en rajoute des couches, plutôt réussi. Au final, un film qui donne surtout envie d’écouter le Concerto n°2 de Rachmaninov. Ce n’est déjà pas si mal. (2 étoiles)

Lire la suite

15:19 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |