- Page 2

  • Cointrin : du logement à tout prix ?

    Imprimer

    Faut-il modifier deux zones dans le secteur de Cointrin pour y implanter du logement ? Le peuple donnera sa réponse le 9 février. Deux visions s’affrontent sur ce dossier.

    Les partisans de cette modification mettent en avant le fait que, d’une part, Genève souffre d’une pénurie de logements depuis des décennies et, d’autre part, qu’il faut saisir cette occasion de construire la ville en ville. Cela permettrait de diminuer les nuisances environnementales importantes dues, en partie, au trafic individuel motorisé de la part de personnes qui ne peuvent se loger dans le canton. Les projets de déclassement situés à Cointrin vont parfaitement dans ce sens et il faut par conséquent les soutenir. On prendrait bien évidemment soin lors de l’aménagement de ces zones de les « verdir » le mieux possible.

    Pour les opposants, les deux zones concernées sont situées entre l’aéroport et l’autoroute, soit des endroits déjà très exposés à la pollution et au bruit. Ils devraient l’être encore plus à l’avenir avec l’augmentation non maîtrisée à ce jour du trafic aérien et automobile. Découlant de ce qui précède, le principe de précaution devrait s’appliquer à propos de la santé des locataires. Cointrin est en outre un poumon de verdure dans cette zone d’ores et déjà en fort développement avec la construction actuelle du quartier de l’Etang (1000 logements, 2500 emplois, 140’000 m2, dont des bureaux, pour les activités). Enfin, Genève n’a pas besoin de davantage de bureaux vides, puisque le canton compte à ce jour déjà plus de…300’000m2 de bureaux inoccupés.

    Au moment de mettre la croix dans la case Oui ou Non, demandez-vous si vous auriez envie d’habiter là-bas. Et la réponse sera probablement évidente…

    IMG_9854.jpg

    Lien permanent Catégories : Air du temps 6 commentaires
  • Du grand au petit écran: « Ôtez-moi d’un doute »

    Imprimer

    983995E2-37DD-4E78-9CE2-0B6E5B3E8A78.jpegErwan est démineur. Cette profession n’a pas été choisie au hasard par la réalisatrice Carine Tardieu, puisqu’Erwan va voir sa vie littéralement exploser quand il va apprendre que son père n’est pas son père biologique. En recherchant son géniteur, alors que dans le même temps sa fille enceinte refuse de lui dire qui est le père de son enfant, Erwan va devoir gérer un conflit de loyauté entre celui qui l’a élevé et celui qui lui a donné la vie. Et ce n’est pas tout, puisqu’il va lui falloir gérer sa relation avec Anna, fille de son père biologique, qui ignore tout de la situation et qui a flashé sur lui.

    La lecture de ce synopsis fait penser à une pièce de boulevard et à une comédie bien lourde dont le cinéma français a le secret. Mais en fait, il n’en est (presque) rien. Malgré le côté « tiré par les cheveux » du scénario, particulièrement la fin qui est décevante, le film est agréable à regarder de bout en bout grâce à l’alternance de scènes tendres, voire émouvantes, et d’autres drôles, voire hilarantes grâce à Esteban qui, dans le rôle de Didier, est franchement génial.

    D’ailleurs, il vaut la peine d’aller voir le film rien que pour lui. Le reste de la distribution est également à la hauteur des attentes : François Damiens, André Wilms et Guy Marchand sont très touchants et Cécile de France apporte son énergie habituelle qui évite au film de tomber par moment dans le mélo. « Ôtez-moi d’un doute » n’est certes pas la comédie du siècle, mais c’est loin d’être désagréable.

    3 étoiles. « Ôtez-moi d’un doute ». France 2, dimanche 19 janvier, 21h05.

    5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

    Lien permanent Catégories : Télévision 0 commentaire
  • Lutte contre l'homophobie: Genève précurseur

    Imprimer

    05D8BA9B-7F97-4FD0-AA42-1BD994BBF1CE.jpegLe 9 février, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur l'extension de la norme pénale antiraciste aux actes homopobes suite à l'initiative parlementaire déposée par le Conseiller national Mathias Reynard en 2013.

    Cette initiative du parlementaire valaisan a été précédée cinq ans auparavant d'une résolution du Grand Conseil genevois à l'intention de l'Assemblée fédérale (R 563 du 20 mai 2008 initiée par Pablo Garcia et moi-même) qui demandait, d'une part, de modifier l'article 8, alinéa 2, de la Constitution fédérale en ajoutant l'orientation sexuelle à la liste des discriminations et, d'autre part, à modifier l'article 261bis du Code pénal suisse en y incluant l'orientation sexuelle, soit l'objet du vote du 9 février.

    Cette résolution a fait l'objet d'un rapport qui a été débattu au Grand Conseil…cinq ans plus tard (22 février 2013). Le texte a été accepté à une très large majorité par les député.e.s et donc envoyé à l'Assemblée fédérale.

    Le Conseil des Etats a étudié la résolution le 23 septembre 2014 et la refusée. Le Conseil national l'a fait le 11 mars 2015 et l'a acceptée. Il y avait donc divergence entre les deux chambres. La résolution a au bout du processus législatif été refusée au profit de l'initiative parlementaire de Mathias Reynard qui ne demande pas un changement de la Constitution et donc la validation par le peuple et le canton pour être acceptée.

    Genève est incontestablement un canton précurseur en matière de lutte contre l'homophobie et il est donc à espérer que le 9 février les Genevoises et les Genevois soutiendront massivement la modification du Code pénal.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire
  • « Manhattan Lockdown » : pas très original, mais efficace (et 11 films à l'affiche)

    Imprimer

    79CE1CC1-C5B8-4892-AD0E-544EB1010FAD.jpegSuite aux meurtres de plusieurs policiers dans des circonstances plutôt étranges aux environs de minuit, l'inspecteur Davis mène l'enquête au pas de charge puisqu'il a jusqu'à l'aube pour attraper les tueurs. Pour les piéger, il va complètement boucler (le « Lockdown » du titre) l'île de Manhattan en fermant ses 21 ponts. Et il n'a pas intérêt à se louper, ses supérieurs l'attendant aux contours. L'inspecteur Davis a en effet la gâchette un peu trop facile à leur goût.

    « Manhattan Lockdown » est le film policier par excellence avec les ingrédients qui font son succès depuis des décennies: un héros charismatique un brin torturé (Chadwick Boseman alias Black Panther très convaincant dans son rôle de flic qui se remet en question plus vite que son ombre), de l'action à revendre, des poursuites spectaculaires, des rebondissements, des flics suspects et bien sûr du suspense. La traque qui a presque lieu en temps réel, on pense inévitablement à la série « 24 heures chrono », et de nuit donne encore plus d'intensité au récit.

    Ce n'est donc ni très original, ni très crédible, mais on ne s'ennuie pas une seconde grâce à une réalisation certes classique, mais efficace. Les amateurs du genre y trouveront très probablement leur compte. (3 étoiles)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Cinéma 0 commentaire
  • Votation du 9 février : tout le monde y gagne (2/5)

    Imprimer

    IMG_9249.PNGLe dénigrement et la dévalorisation en public de personnes en raison de leur appartenance à un groupe particulier ne blessent pas seulement les personnes directement concernées. Cela touche également leur entourage. Les discours de haine et les discriminations contre les personnes lesbiennes, gays et bisexuelles blessent aussi leur famille et leurs cercles d’ami.e.s. Ils peuvent également avoir un impact négatif dans leur vie associative et professionnelle ainsi que bien évidemment sur leur santé. 

    Le dénigrement et la calomnie envers des groupes particuliers de la population créent des insécurités, divisent la société et portent préjudice à la cohésion sociale. Aucun état démocratique n’a intérêt à laisser des appels publics à la haine et à la discrimination impunis.

    Un OUI le 9 février 2020 n’est ainsi pas seulement utile pour les personnes lesbiennes, gays et bisexuelles, mais pour toute la population. Et ainsi, tout le monde y gagne !

    La haine n’est pas une opinion ! OUI le 9 février !

    Lien permanent Catégories : Air du temps 2 commentaires