28/07/2017

Traversée du lac: un premier crédit qui sera le dernier?

Le premier crédit pour la traversée du lac a donc été déposé par le Conseil d'Etat: 6,3 millions en guise d'amuse-bouche pour savoir si les Chambres fédérales autoriseront un péage sur cet ouvrage routier.

Sage décision ou enfumage de première classe pour faire avaler la pilule par doses homéopathiques quand on sait que le crédit d'étude d'avant-projet coûtera 25 millions et que le crédit d'étude suivant se montera à quatre fois plus, soit déjà 125 millions de dépensés avant un hypothétique premier coup de pioche? 

Difficile de répondre à cette question avec certitude, car si d'un côté une somme de 6,3 millions diminue les risques de référendum par rapport à 25 millions, d'un autre côté proposer un crédit de plusieurs millions juste pour connaître l'avis de Berne sur la mise en place d'un péage risque d'apparaître comme une (mauvaise) plaisanterie et de mal passer.

Comment peut-on en effet déposer devant le Grand Conseil un projet de loi tel que celui-ci alors que l'Etat répète en boucle qu'il n'a pas ces mêmes millions pour augmenter la subvention aux TPG qui en ont bien besoin pour simplement maintenir l'offre actuelle? Difficilement compréhensible. 

Alors certes, le peuple a voté l'inscription du principe de la traversée du lac dans la Constitution. Le Conseil d'Etat met par conséquent (timidement) à exécution cette volonté en déposant ce crédit qui s'apparente plutôt à un gag. Le gouvernement voudrait faire prendre conscience aux Genevois que ce n'est pas le moment de se lancer dans ces folles dépenses, à moins qu'ils en paient deux fois le prix par leurs impôts et le péage, qu'il n'agirait pas autrement.

De là à penser qu'il ne serait pas mécontent, en cas de vote positif du Grand Conseil, qu'un référendum lancé contre ce premier crédit, qui pourrait ainsi être aussi le dernier, il n'y a qu'un pas qu'on serait bien tenté de franchir...

00:03 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

19/07/2017

La bagnole d'abord

Et voilà! À peine les premières mesures en faveur de la mobilité douce, pourtant conformes au vote majoritaire de l'année dernière de la population genevoise, sont-elles annoncées par la direction générale des Transports que les milieux pro bagnoles et économiques nous promettent le chaos assuré.

Que les cyclistes soient en danger à chaque fois qu'ils prennent le Pont du Mont-Blanc ou qu'il en soit de même pour les piétons qui empruntent le passage sous voies de la rue des Alpes n'a aucune importance, ce qui compte, c'est l'auto d'abord.

Et ça marche! L'essai qui n'a pourtant rien de révolutionnaire, oui un simple essai, de piste cyclable dans le sens rive droite-rive gauche et d'un partage du trottoir entre piétons et cyclistes dans l'autre sens qui devait avoir lieu dès ce mois de juillet est en effet reporté à l'automne, suite à diverses pressions des milieux pro bagnoles.

Et encore, s'il n'y a pas de recours, ce dont l'on peut bien évidemment douter.

Les cyclistes attendront donc. Comme d'habitude. Désespérant.

 

00:00 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

18/06/2017

Des mesures en faveur des cyclistes, vraiment?

FullSizeRender.jpgLe diable se cache souvent dans les détails. Annoncer qu’il y aura une onde verte vélo à la rue de la Servette et la création d’une bande cyclable à Plainpalais, suite à la suppression de feux, c’est bien. Mais à y regarder de plus près, ces deux mesures en faveur de la mobilité douce soulèvent des questions et des commentaires.

En ce qui concerne l’onde verte vélo sur la rue de la Servette, le département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA) précise que cette dernière aura lieu dans le sens de la descente et qu’elle permettra de gagner deux minutes entre le carrefour du Bouchet et la rue de Lyon avec une vitesse moyenne de 25 km/h.

Empruntant cette rue presque tous les jours à vélo, je peux affirmer qu’il est possible d’atteindre cette vitesse à la seule et unique condition que les scooters et motos ne squattent pas la bande cyclable, empêchant ainsi régulièrement les cyclistes de remonter la file, et ne se mettent pas à la place prévue pour les cyclistes aux feux. Or, ce n’est bien évidemment pas le cas ! Le DETA a-t-il prévu de demander à la police de faire des contrôles réguliers? Si tel n’est pas le cas, cette mesure sera inutile.

Quant à la création d’une bande cyclable à Plainpalais, suite à la suppression de feux à vingt carrefours dans le canton, le DETA précise dans son communiqué de presse (1) qu’elle sera accompagnée de 38 places de parking pour les motos et de…6 places pour les vélos ! On voudrait encourager la circulation des deux roues motorisés au centre ville qu’on ne s’y prendrait pas autrement, alors que c’est la mobilité douce et les transports publics qui doivent l’être.

En conclusion, le DETA poursuit sa politique qui vise à faire plaisir à tout le monde, sans opérer des véritables choix. C’est peut-être payant sur un plan électoral à court terme, mais insuffisant pour encourager les habitant-e-s de ce canton à prendre les transports publics et/ou le vélo. C’est pourtant un enjeu primordial de santé publique quand l’on sait que plus de 3000 Suisses décèdent chaque année des suites de la pollution atmosphérique.

(1) https://demain.ge.ch/actualite/fluidification-flux-circul...

 

10:06 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

11/06/2017

La minute de VERT...ité

Les 81 candidat-e-s à la candidature pour figurer sur la liste des Verts au Grand Conseil avaient samedi lors du Congrès une minute pour convaincre. Voici ce que j'ai dit: 

"Comme vous pouvez le lire dans la brochure de présentation, mes engagements se concentrent en faveur de la lutte contre toutes les discriminations, contre les violences faites aux femmes, en faveur de l’environnement et de l’égalité des droits pour les personnes LGBT, pour ne citer que ceux pour lesquels j’ai un engagement actuellement au sein d’un comité d’association, sans oublier la formation, mon métier.

Au cours de mes plus de trente ans d’engagements associatif et politique, j’ai pu constater que ces combats étaient aussi ceux des Verts, ce que les nombreux membres du parti que j’ai côtoyés depuis vingt-cinq ans ne se sont d’ailleurs jamais gênés de me dire. De fait, si j’avais 20 ans aujourd’hui, âge auquel je me suis engagé en politique, ce serait une évidence d'adhérer aux Verts, mais il y a 32 ans ce n’était pas le cas, les Verts en étant à leurs tout débuts.

Mais on ne refait pas le passé. Je n’ai plus 20 ans, et de loin, mais comme le dit le proverbe, il n’est jamais trop tard ! Il y a des "coming out" qui prennent plus de temps que d’autres et un grand merci à celles et ceux parmi vous qui m’ont aidé à le faire! 

Me voici donc aujourd’hui prêt à défendre avec mon énergie, mes compétences et mon expérience le programme des Verts pour les élections cantonales de l’année prochaine, si vous m'accordez votre confiance."

Après un vote très serré pour déterminer quels seraient les huit candidats masculins qui ne pourraient pas figurer sur la liste afin de respecter la parité hommes-femmes statutaire, les Verts m'ont accordé cette confiance, ce dont je leur sais gré les ayant rejoints récemment.

Les Verts présenteront ainsi 76 candidat-e-s au Grand Conseil en 2018, dont les trois candidat-e-s au Conseil d’Etat Antonio Hodgers, Marjorie de Chastonay et Yvan Rochat. Voici la liste complète avec ses cinq têtes de liste, l’ordre des autres candidat-e-s ayant été déterminé par le tirage au sort d’un nom d’un-e candidat-e pour fixer l’ordre alphabétique.

IMG_8873.PNG

1 Hodgers Antonio
2 De Chastonay Marjorie
3 Rochat Yvan
4 Perler Frédérique
5 Buschbeck Mathias
6 Lefort François
7 Leonelli Katia
8 Macchiavelli Marta Julia
9 Makosso William
10 Martin David
11 Müller Sontag Corinne
12 Nicolet Julien
13 Noël Philippe
14 Oriolo Alessandra
15 Özturk Dilara
16 Pasquier Isabelle
17 Poget Philippe
18 Quijano Maria José
19 Rodriguez Mario
20 Rogg Olowine
21 Rossiaud Jean
22 Saa-Baud Yubitza
23 Schalk Antoine
24 Schaufelberger Esther
25 Sordet Adrienne
26 Taleghani Majid
27 Tchamkerten Jolanka
28 Tiguemounine Sabine
29 Tinguely Dominique
30 Tschudi Paloma
31 Van Woerden Wendy
32 Veiga Loeffel Damian
33 Wisard Prado Leyma
34 Yunus Ebener Maryam
35 Amato Maurice
36 Amsellem-Ossipow Bénédicte
37 Ardizzone Ivan
38 Azzabi Omar
39 Bänziger Ruth
40 Barciela Ana
41 Bavarel Christian
42 Boccard Damien
43 Bonny Didier
44 Bonvin Bonfanti Anne
45 Bucher Denis
46 Buenzod Christian
47 Bui Aurore
48 Cabitza Marina
49 Calame BORIS
50 Calame FABRICE
51 Chaudieu Anne
52 Concha Celtia
53 Corpataux Laurence
54 Dalphin Marc
55 De Felice Nicolas
56 De Maio Sara
57 de Matteis Yves
58 De Rougemont Philippe
59 Desbiolles Sophie
60 Descombes Isabelle
61 Dujoux Valentin
62 Dupuis Renaud
63 Ebener Christophe
64 Eckert Pierre
65 Fischer Fabienne
66 Freymond Pascal
67 Geoffroy Elias
68 Gomez Alfonso
69 Haas François
70 Hartmann Esther
71 Heberlein Simonett Claudia
72 Herren Yves
73 Khamis Vannini Uzma
74 Klopfenstein Broggini Delphine
75 Kundig Ralph
76 Latour Sabine

01:41 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

27/05/2017

Manifestation le 11 juin pour dire NON à la violation des droits humains

IMG_8779.PNGA vomir. Les révélations sur la persécution des homosexuels en Tchétchénie sont dignes d’un film d’horreur. Vingt-six d’entre eux auraient été assassinés, des dizaines d’autres torturés dans des baraquements qui ont été détruits pour faire disparaître les preuves avec comme conséquence un déplacement des « prisonniers » dans un centre de formation militaire, auquel le comité d’enquête approuvé par Vladimir Poutine n’a pas pu accéder. C’est tout dire !

Cette situation est insupportable. La mobilisation internationale est de plus en plus grande au fur et à mesure que les témoignages de victimes qui ont pu échapper à cet enfer sont connus (voir à ce sujet l’article de Cathy Macherel dans la Tribune de Genève du week-end).

C’est ainsi que des plaintes ont été déposées devant la Cour pénale internationale contre le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, que des politiciennes et politiciens, dont Angela Merkel, ont appelé la Russie à faire toute la lumière sur cette sordide affaire ou encore que de nombreux « people », mais aussi beaucoup d’anonymes, se sont engagés dans des actions diverses pour que la pression ne retombe pas sur cette gravissime atteinte aux droits humains. Atteinte qui n’est d’ailleurs pas l’apanage de la Tchétchénie comme les 83 coups de bâtons reçus par deux homosexuels en Indonésie cette semaine l’ont hélas démontré.

C’est dans ce contexte dramatique qu’Amnesty International Groupe UniGenève et Think Out aux côtés des associations membres de la Fédération genevoise LGBT (lesbiennes, gays, personnes bi et trans) appellent à se mobiliser le dimanche 11 juin de 16h à 19h sur la Place des Nations à Genève pour dénoncer cette barbarie, la violation des droits humains et interpeller l’ONU pour qu’elle prenne des mesures à l’égard du gouvernement tchétchène. Cette manifestation a aussi  pour but d’appeler le Conseil fédéral à condamner avec toute la fermeté requise ces agissements intolérables.

Les personnes présentes, espérons fort nombreuses, pourront également témoigner de leur soutien à toutes les personnes LGBT - environ un demi-milliard de la population mondiale tout de même - qui sont persécutées dans le monde.

 

14:37 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |