Fédérales 2019

  • Fin de campagne

    Imprimer

    IMG_6792.JPGDans deux jours, les jeux seront faits et la campagne 2019 pour les élections au Conseil national aura vécu. Campagne à laquelle j’ai eu la grande chance de participer grâce à la confiance que l’assemblée générale des Verts m’a témoignée en me portant sur la liste. Elle restera, quel que soit le résultat dimanche soir, une formidable expérience.

    Je ne vais pas le cacher, je ne crois pas avoir été aussi fatigué de toute ma vie. Mon corps me fait mal partout. Et je n’ai plus vingt ans. Faire campagne, en tout cas comme j’ai essayé de le faire, c’est un exercice physique d’une incroyable intensité. Et ce d’autant plus quand tous les déplacements, à une exception près, se font à vélo (et pas électrique) dans une bonne partie du canton.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fédérales 2019 0 commentaire
  • Le PDC osera-t-il ?

    Imprimer

    IMG_8856.JPGPetit rappel des faits. En février 2016, le peuple refusait à une courte majorité (50.8%) l’initiative du PDC contre la pénalisation du mariage sur le plan fiscal. Ce texte aurait été accepté sans problème si le PDC avait laissé de côté ses démons « conservateur » qui l’ont conduit à ajouter dans son initiative une définition rétrograde du mariage : l’union durable entre un homme et une femme. L’enquête, qui est effectuée après chaque votation, a démontré que c’est ce point qui a conduit au refus du texte.

    Malheureusement, les données du Conseil fédéral sur le nombre de couples concernés par cette pénalisation du mariage étaient totalement fausses, ce qui a, logiquement, amené le Tribunal fédéral a annulé le résultat du vote. L’initiative devra à nouveau être soumise au peuple au plus tard en septembre 2020, si le PDC ne la retire pas.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fédérales 2019 3 commentaires
  • Lutte contre les inégalités et le changement climatique

    Imprimer

    63E0D317-8BBB-4B85-A62F-2B519982A9F5.jpegFaire campagne, c’est aller à la rencontre des gens et échanger. Même si les points de vue sont irréconciliables. Et c’est parfois rude, mais toujours passionnant. C’est aussi se faire interpeller sur des sujets que vous ne connaissez pas, ou peu, et le reconnaître humblement plutôt que de répondre, c’est en tout cas ma manière d’agir, n’importe quoi.

    Comme cela m’est arrivé dernièrement quand quelqu’un m’a demandé quelles étaient mes deux priorités parmi les 17 objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. Grand silence de ma part et promesse de me renseigner dès mon retour à la maison !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fédérales 2019 1 commentaire
  • Priorités fédérales pour les droits LGBT

    Imprimer

    5BD537A5-E64C-44C3-9B94-8B67943DE792.jpegDans son numéro de ce mois, et dans le cadre de ma fonction de coprésident de la Fédération romande et de candidat aux élections fédérales du 20 octobre prochain, le magazine 360 m'a posé les trois questions suivantes:

    – Pensez-vous que les questions LGBT (Lesbienne, Gay, Bi, Trans*) sont prises en compte par les électeurs suisses?

    – Elles sont prises en compte par les électrices et électeurs qui se soucient de l’égalité des droits pour toutes et tous. Des sondages faisant état d’une majorité de 70% en faveur du mariage civil pour toutes et tous ou encore l’échec de l’initiative du PDC, qui sous couvert d’égalité fiscale voulait ancrer dans la Constitution que le mariage est l’union entre un homme et une femme, en sont la preuve.

    – Quelles devraient être les priorités des futur·e·s élu·e·s fédéraux pour les droits LGBT?

    – Voter en faveur d’un mariage civil pour toutes et tous égalitaire, vote qui devrait avoir lieu au printemps prochain, et ainsi aller à l’encontre de la position la commission des affaires juridiques qui, à une voix près, en a exclu la PMA et la double filiation. Faciliter le changement d’état civil des personnes trans* en se basant sur l’auto-détermination. Ajouter dans la loi sur l’asile (LAsi) la mention explicite des motifs de fuite spécifiques aux personnes LGBT afin que les persécutions spécifiques aux personnes LGBT soient explicitement reconnues.

    – Sachant que beaucoup de compétences sont cantonales (sécurité, éducation, etc), le Parlement peut-il avoir un influence sur les agendas locaux?

    – Le Parlement peut en avoir une en votant, par exemple, une résolution qui demanderait à ce que l’office de la statistique réalise une enquête sur les actes homophobes et transphobes. Cela obligerait les polices cantonales à récolter ces données. Mais pour ce faire, il faut tout d’abord que la norme pénale antiraciste qui prévoit son extension aux actes homophobes soit votée le 9 février prochain par le peuple suisse, puis qu’elle soit reprise par le Parlement pour l’étendre aux actes transphobes.

    Propos recueillis par Guillaume Renevey

    Lien permanent Catégories : Fédérales 2019 3 commentaires
  • Cumul des mandats : quid des députés suppléants ?

    Imprimer

    Deux conseillères administratives et deux conseillers administratifs d’une grande commune (Mesdames Salerno et Kast pour Genève et Onex et Messieurs Rochat et Pagani pour Vernier et également Genève) élu.e.s au Grand Conseil le 15 avril dernier, ont annoncé qu’ils siègeraient en tant que député.e malgré le fait qu’ils aient déjà un autre mandat. Encore faut-il que leur parti leur accorde une dérogation, le cumul des mandats étant proscrit dans les statuts des socialistes et des Verts.

    Pour justifier leur choix, ces quatre élu.e.s mettent en avant le fait que leur mandat à l’Exécutif de leur commune prendra fin en 2020 et que ce cumul ne sera donc que transitoire. Certes. Mais cette période transitoire va tout de même durer deux ans. On aurait donc en Ville de Genève 3 magistrats sur 5 (!) qui cumuleraient deux mandats, puisqu’il faut ajouter la double casquette de Guillaume Barazzone, conseiller administratif et conseiller national. Est-ce bien raisonnable ? Ces deux charges sont-elles compatibles en termes d’investissement à fournir pour les remplir comme il le faudrait ?

    S’il est compréhensible que ces quatre élu.e.s ne souhaitent pas se retirer de la députation du fait que la fin de leur autre mandat est relativement proche, pourquoi dès lors ne pas laisser leur place aux députés suppléants pendant ces deux années ? Cette solution aurait l’avantage de régler la question du cumul des mandats, tout en préservant la possibilité aux quatre conseillers administratifs de siéger comme député.e à la fin de leur mandat de magistrat communal.

    Lien permanent Catégories : Fédérales 2019 2 commentaires