21/09/2018

Chronique du sexisme ordinaire

Le sexisme a encore de « beaux » jours devant lui si je prends en exemple la manière dont un restaurant genevois différencie les toilettes « hommes » et les toilettes « femmes ».

A la fin du repas, je me rends donc aux toilettes dudit restaurant et je découvre devant moi deux portes où les symboles « habituels » permettant de reconnaître le genre auquel elles sont attribuées sont remplacés par du texte, enfin si j’ose dire. Sur une des portes, il est écrit « Bla » et sur l’autre « Bla, bla, bla, bla » à de nombreuses reprises (cf. photo).

Interpellé, je réfléchis deux secondes avant de pousser finalement la porte avec le seul « Bla », faisant l’hypothèse que le cliché consistant à dire que les femmes parlent plus que les hommes pour ne rien dire se cachait probablement derrière les « bla, bla, bla,…. Et j’ai eu, hélas, raison ! Le contraire aurait justement permis de casser ce cliché débile et aurait même pu être, à la limite, amusant.

Remonté par ce sexisme ordinaire de mauvais goût, je suis allé m’adresser au patron pour lui dire ce que je pensais de sa manière hyper sexiste de différencier les toilettes « hommes » et « femmes ». Apparemment surpris par ma réaction, il n’a rien pu me répondre d’autre qu’il avait voulu faire quelque chose de drôle. Et c’est bien triste.

sans-titre.png

17:18 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (41) | |  Facebook | | | |