15/06/2017

Le syndrome de "suissitude"

FullSizeRender.jpgDécidément, ils ne comprendront jamais ! Le service militaire obligatoire est dépassé. Il doit être remplacé par un engagement de tous les citoyens, y compris donc des citoyennes, au service de la collectivité, qu’il soit militaire ou civil.

Mais au lieu de se diriger vers ce qui devrait apparaître comme une évidence, le Conseil national a voté par 110 voix (droite) contre 66 (gauche et Vert’libéraux) une motion de sa commission de politique de sécurité qui a comme conséquence que les recrues qui ont commencé leur école, et qui souhaiteraient la quitter en cours de route pour faire du service civil, ne pourraient déduire que la moitié des jours effectués au sein de l’armée, contre l’entier actuellement.

Ce qui veut dire que les jeunes qui hésiteraient entre l’armée et le service civil au moment du recrutement feraient mieux de choisir dès le départ le service civil. C’est ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied. Et bien évidemment, aucune remise en question du côté de ceux qui ont voté cette motion pour se demander pour quelles raisons le nombre d’astreints qui quittent l’armée en cours de route est en augmentation. Le fait de se sentir plus utile en travaillant dans un EMS, un hôpital, une école, une ONG, etc. n’en serait-il pas la raison principale ? Poser la question, c’est y répondre.

Mais peu importe finalement, car il s’agit tout simplement de mettre sur pied d’égalité, avec un libre choix évidemment, le service militaire et le service civil et de favoriser non pas l’armée, mais un service obligatoire à la communauté, valeur essentielle du « bien vivre ensemble ».

Mais ce n’est hélas pas demain la veille, la majorité du Conseil national étant frappée du syndrome de « suissitude » qui veut que l’armée soit, à tort évidemment, le facteur essentiel de la cohésion national.

Reste à espérer que le Conseil des Etats refuse cette motion…

 

12/06/2017

Mobilisation pour dénoncer l'horreur en Tchétchénie

IMG_8883.JPG

Discours prononcé en tant que co-président de la Fédération genevoise des associations LGBT devant environ 200 personnes réunies dimanche après-midi sur la Place des Nations pour dénoncer les crimes commis en Tchétchénie à l'égard des homosexuels.

"La mode des "fakes news", ces nouvelles inventées de toutes pièces, a fait tout d’abord douter de l'authenticité qu’une centaine d'hommes gays avaient été arrêtés et torturés en Tchétchénie au début du mois d’avril, trois d'entre eux ayant même trouvé la mort.

Mais au fur et à mesure que les jours passaient et que des preuves et témoignages étaient recueillis, il a fallu se rendre à l’évidence : ce cauchemar était bien réel malgré les dénégations du gouvernement tchétchène prétendant que cela était totalement faux...puisqu'il n'existait pas de gays en Tchétchénie!

Et puis, les révélations sur la persécution des homosexuels en Tchétchénie ont continué d’arriver au cours de ces dernières semaines, dignes d’un film d’horreur. Vingt-six d’entre eux auraient été assassinés, des dizaines d’autres torturés dans des baraquements qui ont été détruits pour faire disparaître les preuves avec comme conséquence un déplacement des « prisonniers » dans un centre de formation militaire, auquel le comité d’enquête approuvé par Vladimir Poutine n’a pas pu accéder. C’est tout dire !

Cette situation est insupportable et nous sommes là aujourd’hui pour le dire haut et fort afin d’apporter notre pierre à l’édifice de la mobilisation internationale qui est de plus en plus grande au fur et à mesure que les témoignages de victimes qui ont pu échapper à cet enfer sont connus.

C’est ainsi que des plaintes ont été déposées devant la Cour pénale internationale contre le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, que des politiciennes et politiciens ont appelé la Russie à faire toute la lumière sur cette sordide affaire ou encore que de nombreux « people », mais aussi beaucoup d’anonymes, se sont engagés dans des actions diverses pour que la pression ne retombe pas sur cette gravissime atteinte aux droits humains. Atteinte qui n’est d’ailleurs pas l’apanage de la Tchétchénie comme les 83 coups de bâtons reçus récemment par deux homosexuels en Indonésie l’ont, par exemple, hélas démontré.

La Fédération genevoise des associations LGBT qui regroupe Think Out - co-organisatrice de cet événement, un grand merci à elle - Lestime, Dialogai, 360 et parents d’homos, dénonce cette barbarie, la violation des droits humains et demande à l’ONU qu’elle prenne des mesures à l’égard du gouvernement tchétchène. La Fédération appelle également le Conseil fédéral à condamner en son nom propre avec toute la fermeté requise ces agissements intolérables.

Aucun être humain ne doit être persécuté en raison son orientation sexuelle et/ou de son identité de genre ! Se sentir en sécurité est un droit fondamental ! Disons-le haut et fort en faisant à présent le plus de bruit possible pour que cela soit entendu loin à la ronde !"

11/06/2017

La minute de VERT...ité

Les 81 candidat-e-s à la candidature pour figurer sur la liste des Verts au Grand Conseil avaient samedi lors du Congrès une minute pour convaincre. Voici ce que j'ai dit: 

"Comme vous pouvez le lire dans la brochure de présentation, mes engagements se concentrent en faveur de la lutte contre toutes les discriminations, contre les violences faites aux femmes, en faveur de l’environnement et de l’égalité des droits pour les personnes LGBT, pour ne citer que ceux pour lesquels j’ai un engagement actuellement au sein d’un comité d’association, sans oublier la formation, mon métier.

Au cours de mes plus de trente ans d’engagements associatif et politique, j’ai pu constater que ces combats étaient aussi ceux des Verts, ce que les nombreux membres du parti que j’ai côtoyés depuis vingt-cinq ans ne se sont d’ailleurs jamais gênés de me dire. De fait, si j’avais 20 ans aujourd’hui, âge auquel je me suis engagé en politique, ce serait une évidence d'adhérer aux Verts, mais il y a 32 ans ce n’était pas le cas, les Verts en étant à leurs tout débuts.

Mais on ne refait pas le passé. Je n’ai plus 20 ans, et de loin, mais comme le dit le proverbe, il n’est jamais trop tard ! Il y a des "coming out" qui prennent plus de temps que d’autres et un grand merci à celles et ceux parmi vous qui m’ont aidé à le faire! 

Me voici donc aujourd’hui prêt à défendre avec mon énergie, mes compétences et mon expérience le programme des Verts pour les élections cantonales de l’année prochaine, si vous m'accordez votre confiance."

Après un vote très serré pour déterminer quels seraient les huit candidats masculins qui ne pourraient pas figurer sur la liste afin de respecter la parité hommes-femmes statutaire, les Verts m'ont accordé cette confiance, ce dont je leur sais gré les ayant rejoints récemment.

Les Verts présenteront ainsi 76 candidat-e-s au Grand Conseil en 2018, dont les trois candidat-e-s au Conseil d’Etat Antonio Hodgers, Marjorie de Chastonay et Yvan Rochat. Voici la liste complète avec ses cinq têtes de liste, l’ordre des autres candidat-e-s ayant été déterminé par le tirage au sort d’un nom d’un-e candidat-e pour fixer l’ordre alphabétique.

IMG_8873.PNG

1 Hodgers Antonio
2 De Chastonay Marjorie
3 Rochat Yvan
4 Perler Frédérique
5 Buschbeck Mathias
6 Lefort François
7 Leonelli Katia
8 Macchiavelli Marta Julia
9 Makosso William
10 Martin David
11 Müller Sontag Corinne
12 Nicolet Julien
13 Noël Philippe
14 Oriolo Alessandra
15 Özturk Dilara
16 Pasquier Isabelle
17 Poget Philippe
18 Quijano Maria José
19 Rodriguez Mario
20 Rogg Olowine
21 Rossiaud Jean
22 Saa-Baud Yubitza
23 Schalk Antoine
24 Schaufelberger Esther
25 Sordet Adrienne
26 Taleghani Majid
27 Tchamkerten Jolanka
28 Tiguemounine Sabine
29 Tinguely Dominique
30 Tschudi Paloma
31 Van Woerden Wendy
32 Veiga Loeffel Damian
33 Wisard Prado Leyma
34 Yunus Ebener Maryam
35 Amato Maurice
36 Amsellem-Ossipow Bénédicte
37 Ardizzone Ivan
38 Azzabi Omar
39 Bänziger Ruth
40 Barciela Ana
41 Bavarel Christian
42 Boccard Damien
43 Bonny Didier
44 Bonvin Bonfanti Anne
45 Bucher Denis
46 Buenzod Christian
47 Bui Aurore
48 Cabitza Marina
49 Calame BORIS
50 Calame FABRICE
51 Chaudieu Anne
52 Concha Celtia
53 Corpataux Laurence
54 Dalphin Marc
55 De Felice Nicolas
56 De Maio Sara
57 de Matteis Yves
58 De Rougemont Philippe
59 Desbiolles Sophie
60 Descombes Isabelle
61 Dujoux Valentin
62 Dupuis Renaud
63 Ebener Christophe
64 Eckert Pierre
65 Fischer Fabienne
66 Freymond Pascal
67 Geoffroy Elias
68 Gomez Alfonso
69 Haas François
70 Hartmann Esther
71 Heberlein Simonett Claudia
72 Herren Yves
73 Khamis Vannini Uzma
74 Klopfenstein Broggini Delphine
75 Kundig Ralph
76 Latour Sabine