11/08/2018

Du grand au petit écran : Meryl Streep éblouissante dans « Ricki and the Flash »

IMG_3873.jpgFans de Meryl Streep, RTS UN vous gâte ! Une semaine après sa superbe performance en Florence Foster Jenkins, revoilà la brillantissime actrice américaine sur le petit écran. Elle est géniale dans « Ricki and the Flash » et sa seule présence dans le rôle principal est déjà une raison suffisante pour se mettre devant la télévision dimanche soir.

Ricki Rendazzo (Meryl Streep) a quitté son mari (Kevin Kline), remarié depuis, et ses trois enfants devenus adultes, il y a de nombreuses années pour poursuivre son rêve de devenir une rock star. Un rêve qui se concrétise le soir avec son groupe « Ricki and the Flash » en reprenant des standards de la chanson américaine dans un bar de banlieue et la journée en étant caissière dans un supermarché.

Entretenant des relations à distance, au sens propre et figuré, avec ses deux fils et sa fille, Ricki est un jour appelée à l’aide par son ex-mari quand leur fille (Mamie Gummer, la propre fille de Meryl Streep) plonge dans une grave dépression après son divorce. Les retrouvailles avec cette « mauvaise » mère au look improbable et aux manières qui n’ont pas grand-chose à voir avec le milieu bourgeois dans lequel évolue sa famille ne vont évidemment pas se faire facilement.

On l’aura compris, ce n’est pas l’originalité du scénario le point fort du film, mais le jeu des acteurs, tous excellents, et plusieurs scènes très réussies qui le composent. A commencer par celles qui mettent en scène « Ricki and the Flash » dans le bar avec une Meryl Streep qui s’en donne à cœur joie en chantant de manière très convaincante avec sa voie grave faite pour le rock. Les scènes familiales, celle du restaurant est particulièrement jouissive, et celles du mariage, qui concluent en beauté le film, sont également à relever. Un film au final sans grandes surprises, mais qui donne une pêche d’enfer à l’image d’une Meryl Streep plus énergique que jamais et sur laquelle le temps ne semble pas avoir de prise !

4 étoiles, « Ricki and the Flash », RTS UN, dimanche 12 août, 20h35.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

11:41 Publié dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

08/08/2018

« Sans un bruit »: une réussite dans le genre

IMG_3787.jpgAmateurs et amatrices de thrillers fantastico-horrifiques, ne manquez pas d’aller voir « Sans un bruit » (titre français de « A quiet place » qui signifie « un endroit tranquille » qui ne l’est que dans les apparences) qui vous tiendra en haleine pratiquement du début à la fin.

L’histoire tient en trois lignes: une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures, qui ressemblent à des fourmis géantes aveugles, et qui ont déjà fait des ravages parmi les humains. Elles vous attaquent au moindre bruit. Et si elles vous entendent, il est déjà trop tard.
 
À partir de ce synopsis, facile d’imaginer comment il va être compliqué pour ces parents et leurs trois enfants d’éviter tout bruit au risque d’être immédiatement tué, et encore plus spécialement quand la maman va bientôt accoucher. Réussiront-ils à s’en sortir et à trouver une solution pour se débarrasser de ces créatures maléfiques?
 
Réponses après 90 minutes d’un suspense par moment insoutenable grâce à de nombreux rebondissements, certes parfois peu crédibles, mais là n’est pas vraiment l’important pour un film qui appartient à la catégorie « fantastique », des acteurs excellents (John Krasinski, rôle principal masculin, est également le réalisateur du film), une mise en scène parfaitement maîtrisée, une atmosphère « délicieusement » anxiogène. Bref, un film efficace, nerveux et spectaculaire. Une réussite dans le genre. (4 étoiles)

Lire la suite

16:13 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

05/08/2018

« Mamma Mia 2 » : contrat rempli

IMG_3757.jpgL’avantage de ne rien attendre d’une suite, ou si peu, est que le risque d’être déçu est très limité. Si côté scénario « Mamma Mia ! Here We Go Again » est proche du néant, l’emballage est par contre plutôt réussi.

Sur l’île paradisiaque de Kalokari, Sophie, la fille de Donna (Meryl Streep) et aux trois pères, va ouvrir un hôtel, mais elle rencontre quelques soucis. Son entourage lui conseille alors de s’inspirer de l’exemple de sa mère pour affronter les obstacles. A partir de cette trame on ne peut plus mince, les flashbacks vont se succéder et faire découvrir au spectateur comment Donna a rencontré une trentaine d’années auparavant les futurs trois pères de Sophie.

Rien donc de très passionnant à cette histoire déjà connue dans le premier épisode, mais les éléments qui ont fait le succès de « Mamma Mia ! » sont repris le plus souvent avec bonheur, à commencer par les chansons d’Abba, dont certaines inconnues qu’on découvre avec plaisir, et les chorégraphies qui vont avec. Les décors kitsch « carton-pâte », le ciel bleu et la mer transparente sont toujours du plus bel effet. On retrouve la même distribution qu’il y a dix ans à laquelle on a ajouté de jeunes acteurs, avec une mention toute particulière pour Lily James (Donna jeune) qui joue et chante fort bien, ce qui n'est de loin pas le cas de tout le monde.

L’humour, le plus souvent second degré, est bien présent. A ce sujet, Christine Baranski et Julie Walters, les deux vieilles amies de Donna, se taillent la part du lion et ce n’est que justice, car les deux actrices sont vraiment très drôles. On relèvera également le personnage du douanier fort bien trouvé et bien joué que l’on retrouve à plusieurs reprises dans le film, y compris en toute fin de générique.

Et enfin, il y a même parfois de l’émotion, tout particulièrement lors de la seule (!) apparition de Meryl Streep. En deux minutes, elle montre à quel point elle est une géniale actrice et combien un rôle si court est une grande déception qui ne saurait être compensée par la présence de Cher qui tombe comme un cheveu sur la soupe, comme celle d’Andy Garcia, d’ailleurs. Au final, cette suite de « Mamma Mia ! » remplit son contrat. Il ne fallait sans doute pas en attendre plus. (3 étoiles)

Lire la suite

22:12 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/08/2018

Du grand au petit écran : Meryl Streep est « Florence Foster Jenkins »

IMG_3740.jpg« Florence Foster Jenkins » se concentre sur les derniers mois de la vie de la riche héritière new-yorkaise, atteinte dans sa santé, en 1944 au moment où elle décide de donner un concert au Carnegie Hall de New-York. Ce n’est certes pas la première fois qu’elle se produirait sur scène, mais jusque-là son entourage avait réussi à faire en sorte que cela se fasse en privé et devant un public averti. Averti que Florence Foster Jenkins chante horriblement faux sans qu’elle en soit apparemment consciente.

Cette situation de départ, qu’on a de la peine à imaginer qu’elle se base sur des faits réels, possède évidemment un fort potentiel comique. Et en effet, on rit en regardant et en écoutant Meryl Streep, comme d’habitude parfaite, chanter si mal. On rit également grâce au talent comique, mais aussi de pianiste car il n’est pas doublé, de Simon Helberg absolument génial dans le rôle de Cosmé MCMoon.

Mais on a aussi plutôt tendance à sourire, et à être parfois ému, en se mettant à la place de St.Clair Bayfield (Hugh Grant, convaincant), compagnon de très longue date de Florence Foster Jenkins, qui par amour ne sait plus que faire pour que « sa » cantatrice ne se trouve pas confrontée à la terrible réalité.

Le film évolue donc du comique au tragi-comique. Il est soigné avec des costumes et des décors somptueux et une distribution excellente. Il lui manque toutefois ce supplément d’âme pour que cette histoire incroyable vous prenne vraiment aux tripes.

3 étoiles, « Florence Foster Jenkins », RTS UN, dimanche 5 août, 20h40.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

 

18:39 Publié dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/07/2018

« Fleuve noir » : sombre à l’image de son titre

IMG_3068.jpgAdapté du roman « Une disparition inquiétante » de Dror Mishani, le réalisateur Erick Zonca a vu dans le livre « matière à un film sombre, mais tout de même énergique, vivant, et qui posait une problématique familiale et affective complexe et violente, peut-être même insoutenable. » On ne saurait dire mieux. Polar aux allures psychologiques, « Fleuve noir » met en scène des personnages qui sont pour la plupart mal dans leur peau et tentent avant tout de survivre dans un milieu peu favorable.

C’est ainsi que le commandant Visconti est un flic désillusionné, mauvais père et alcoolique, mais malgré tout investi dans son boulot. Au cours de son enquête qui porte sur la disparition de l’aîné de la famille Arnault, il se rapproche de la mère de l’adolescent, avec laquelle il va entretenir des rapports particuliers, mais également d’un professeur de français qui a donné des cours au jeune homme et dont le comportement est pour le moins suspect.

On l’aura compris, et comme l’indique son titre, on ne rigole pas beaucoup dans « Fleuve noir ». L’ambiance est lourde du début à la fin, le personnage du flic caricatural et donc peu crédible, ce qui explique sans doute pourquoi Vincent Cassel en fait des tonnes, il y a des longueurs (encore un film qui fait près de deux heures et qui pourrait facilement en faire quinze de moins), la relation conflictuelle entre le commandant et son fils n’apporte rien et la fin met (très) mal à l’aise.

Mais malgré ces défauts d’importance, le film se laisse tout de même voir grâce au personnage énigmatique du professeur de français fort bien joué par Romain Duris. Son comportement déroutant tient en haleine le spectateur tout au long du film : il est la pièce maîtresse du jeu qui permettra de dénouer l’affaire, mais bien évidemment pas comme on l’attendait. (2 étoiles)

Lire la suite

14:40 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |