08/02/2018

Les trois « E » des Verts dans mon blog

IMG_1430.jpg Le programme des Verts pour la législature 2018-2023 dans la perspective des élections cantonales du 15 avril a été adopté le 30 janvier par l'assemblée générale. Il met en valeur les trois "E" qui sont la base de la politique des Verts, à savoir "E" comme Environnement sain, "E" comme Egalité et "E" comme Economie durable et responsable (https://www.verts-ge.ch).

L'occasion pour moi, qui suis candidat au Grand Conseil sur la liste 2 des Verts, de passer en revue les presque 700 textes que j'ai écrits sur mon blog depuis août 2012 et de classer ceux qui entrent dans cette catégorie des 3 "E". Il y en a un bon nombre, ce qui n'est pas vraiment un hasard! J'en ai retenu une quarantaine, dont vous trouverez ci-dessous les titres, les dates de parution et les liens qui renvoient aux textes.

Lire la suite

10:09 Publié dans Grand Conseil 2018 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

06/02/2018

« Wonder Wheel » tourne dans le bon sens (et 8 autres films à l’affiche)

9488A2B8-50F6-4F38-B090-615B83874B53.jpeg« Wonder Wheel » débute comme une comédie romantique, avec une intrigue policière au second plan qui se révèlera pourtant de la plus haute importance par la suite, et se termine comme une tragédie.

Pour passer d’un extrême à l’autre, il y a bien sûr l’amour et la trahison, deux thèmes chers à Woody Allen. Ils sont incarnés par le personnage de Ginny, ex-actrice et dorénavant serveuse mariée à Humpty, opérateur de manège à Coney Island, dont la vie va soudainement retrouver un peu de sel quand son chemin va croiser celui de Mickey, séduisant maître-nageur passionné de littérature. Un sel qui pourrait toutefois bien avoir un goût amer avec l’apparition de sa belle-fille, Carolina, qui vient se réfugier chez son père pour fuir des gangsters à ses trousses.

Lire la suite

00:10 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/02/2018

Luc Barthassat ne fait plus rire personnne

Le moins que l’on puisse écrire est que Luc Barthassat en a pris pour son grade cette semaine suite à sa « prestation » en-dessous de tout face à Liza Mazzone vendredi dernier à l’émission Forum de la RSR. Il y a bien évidemment eu les réactions outrées des internautes sur les réseaux sociaux, et absolument personne pour le défendre, mais également celles de la presse.

La plus remarquable étant celle du rédacteur en chef de La Tribune de Genève, Pierre Ruetschi, qui a sonné la charge en écrivant, notamment, que Luc Barthassat « fut grossier, insultant, méprisant. Il a ponctué son propos de «bordel», il a attribué «âneries» et «bobards» à sa contradictrice, qu’il n’a cessé de couper d’un ton agressif, l’empêchant de développer ses arguments. » Et d’ajouter que « son comportement est indigne. Il déshonore l’ensemble du Conseil d’État ainsi que son département. »

 

Lire la suite

00:29 Publié dans Grand Conseil 2018 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

01/02/2018

« Pentagon Papers »: globalement décevant (et 7 autres films à l’affiche)

sans-titre.pngLe film a tout pour plaire : un réalisateur chevronné, Steven Spielberg, deux acteurs principaux prestigieux, Meryl Streep et Tom Hanks, et un sujet passionnant, la liberté d’expression. Dans le contexte américain actuel, avec un Donald Trump qui ne se gêne pas d’attaquer les médias, le rapprochement avec les événements qui se sont déroulés en 1971 est vite fait. Et Steven Spielberg ne s’en cache pas.

 « Pentagon Papers », nom du document de 7000 pages émanant du département de la défense détaillant l’implication politique et militaire américaine dans la guerre du Vietnam, raconte l’histoire de Katharine Graham, directrice du Washington Post, et de son rédacteur en chef Ben Bradlee qui vont se retrouver confronter au gré des circonstances à un dilemme monumental : publier ou non des extraits dans le journal de ce document au risque de tout perdre, y compris leur liberté.

Lire la suite

21:53 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/01/2018

Du grand au petit écran : « Fatima », César 2016 du meilleur film

IMG_1438.jpgLe film raconte l’histoire de Fatima, une femme de ménage d’origine algérienne vivant en France, qui élève seule ses deux filles. La première est âgée de 15 ans et est en pleine révolte, notamment parce que sa mère est au service des autres et se plie en quatre pour que sa deuxième fille, âgée de 18 ans, puisse commencer des études de médecine. C’est pour Fatima à la fois une fierté, mais également une difficulté, parce que ça la renvoie à ses frustrations, notamment le fait qu’elle maîtrise mal le français oral, qu’elle ne l’écrit et ne le lit pas ou encore qu’elle est mal considérée par ceux qui l’emploient, voire son voisinage.

Cette thématique, certes intéressante dans une France qui se pose beaucoup de questions sur sa manière d’intégrer les étrangers, a suffi à l’Académie des César pour le couronner comme le meilleur film français sorti en 2015. Que le film ressemble plus à un documentaire qu’à une œuvre de fiction, qu’il ne fasse preuve d’aucune originalité sur le plan cinématographique ou que certains acteurs jouent très mal n’a apparemment eu aucune importance aux yeux de la majorité des votants qui s’est réfugiée derrière le politiquement correct. Incompréhensible.

Pour une fois, on ne regrettera donc pas l’heure tardive de diffusion de ce film.

1 étoile. « Fatima ». RTS UN, jeudi 1er février, 23h35.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

 

00:05 Publié dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |