14/05/2017

Du grand écran au petit, 3 excellents films à voir en 24 heures

Pour ne pas se faire « griller la politesse » par une autre chaine, la RTS a de manière ridicule programmé l’excellent film « Mommy » jeudi soir passé à minuit, alors qu’il méritait d’être diffusé « en prime time ». Arte l’a bien compris et proposera à ses téléspectateurs dimanche en première partie de soirée le cinquième film de Xavier Dolan, son meilleur à ce jour.

FullSizeRender.jpg5 étoiles. Mommy est un film remarquable à tous les niveaux. La forme tout d’abord : cadrage carré durant presque tout le film à la place du rectangulaire habituel qui fait que les acteurs sont constamment filmé en gros plan et donne au spectateur une impression géniale de proximité avec les personnages. Le fond ensuite : l’histoire de cette mère qui fait ce qu’elle peut face à son ado de fils au comportement pour le moins explosif, duo auquel se mêle une voisine mal dans sa peau. Tour à tour on rit, on rit jaune, on pleure, on adhère, on rejette, à l’image du comportement des trois personnages principaux remarquablement interprétés par Antoine-Olivier Pilon, le fils, Anne Dorval, la mère, et Suzanne Clément, la voisine. C’est un tourbillon d’émotions qui vous secoue pendant plus de deux heures, la magie du cinéma.

ARTE, dimanche 14 mai, 20h55

 

 

FullSizeRender.jpg5 étoiles. « La tête haute » raconte l’histoire de Malony et de ses démêlés avec la justice de ses six à ses dix-huit ans. Confronté dès son plus jeune âge à la juge pour mineurs, suite à l’incapacité de sa mère de s’en occuper, Malony va avoir à faire à elle régulièrement dès qu’il enchainera les bêtises plus ou moins grosses une fois l’adolescence arrivée. Formidablement bien joué par Rod Paradot, César du meilleur espoir masculin 2015, le personnage de Malony est extrêmement touchant et crédible. Ecorché vif, il se rebelle avec toute personne autre que sa mère, pourtant totalement immature et dépassée, avec une rare violence verbale, voire physique. Malgré tout, la juge et l’éducateur, qui est chargé de son suivi, vont maintenir sans cesse le lien avec l’adolescent. « La tête haute » est un film émouvant, et même par moment bouleversant, magnifiquement interprété (Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Sara Forestier sont excellents) qui frappe en plein cœur.

RTS UN, lundi 15 mai, 20h45

 

FullSizeRender.jpg5 étoiles. « Deux jours, une nuit » raconte l’histoire de Sandra, Marion Cotillard bouleversante, qui a deux jours et une nuit pour convaincre la majorité de ses 16 collègues de renoncer à leur prime de 1000 euros pour qu’elle ne soit pas licenciée. Entre espoir et désespoir, le film tient en haleine le spectateur tout en l’interpellant à chaque fois que l’héroïne rencontre un-e de ses collègues : qu’aurais-je fait à sa place ? A noter une fin à la hauteur de ce film vraiment excellent qui aurait là aussi mérité d’être programmé en première partie de soirée.

RTS UN, lundi 15 mai, 22h45

 

 

 

 

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

 

 

12/05/2017

Mariage civil pour tous: hâte-toi (très) lentement

FullSizeRender.jpgMais quelle patience il faut avoir ! Alors qu’à la fin de l’été 2015, la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats, emboîtant le pas à celle du Conseil national, était entrée en matière sur le mariage civil pour toutes et tous, on attendait avec impatience la suite qui est arrivée presque deux ans plus tard avec comme résultat une attente supplémentaire probable de…deux ans !

En effet, lors de ses travaux du jour, la commission des affaires juridiques du Conseil national a une nouvelle fois donné suite à l’initiative parlementaire des Verts libéraux qui demande que la Constitution soit modifiée de telle manière à ce que « les formes d’union régies par la loi soit ouvertes à tous les couples quels que soient leur sexe ou leur orientation sexuelle ».

Elle a même commencé à élaborer un projet de mise en œuvre de l’initiative en chargeant « l’administration d’examiner de manière approfondie les conséquences que pourraient avoir, pour les différents domaines juridiques, l’introduction d’un mariage civil pour tous. » Ce n’est qu’au terme de cet examen que la commission définira la suite de ses travaux.

Autant dire que cela va prendre encore des mois, à tel point d’ailleurs que la commission va proposer au Conseil national de repousser une fois encore de deux ans le délai pour traiter l’initiative ! Il est donc raisonnable de penser que la question du mariage civil pour toutes et tous ne sera pas soumise en votation avant 2019, voire 2020 alors que les plus optimistes imaginaient que tel serait le cas en 2017, voire 2018.

Alors, certes, on peut voir le verre à moitié plein en se réjouissant que la nouvelle composition du parlement n’ait pas remis en cause le mariage civil pour toutes et tous, mais on peut aussi le voir à moitié vide si l’on considère le temps qu’il faut pour que les choses avancent. Ne dit-on pas que la patience est la mère de toutes les vertus ?

 

08/05/2017

Lui laissera-t-on sa chance?

IMG_8647.JPGDeux tiers des Français, plus qu'attendu, qui ont exprimé leur vote l’ont donc fait en faveur d’Emmanuel Macron. Parmi eux, une partie l’a fait contre son adversaire du jour plutôt que par adhésion au projet défendu par le nouveau Président de la République française.

Mais il n’y a là rien de nouveau sous le ciel de la cinquième république puisqu’au premier tour les électeurs choisissent leur candidat et au second tour, si leur candidat n’est pas en finale, ils leur restent à s’abstenir, voter blanc, nul - trois options que les Français ont d'ailleurs largement utilisé - ou désigner celui qui est le plus proche d’eux ou le moins éloigné. Inutile donc de faire un faux procès à Emmanuel Macron en lui renvoyant sans cesse à la figure qu’il a été élu par défaut.

Comme il l’a très bien exprimé lors de la longue et très intéressante interview qu’il a accordée à Mediapart le 5 mai - que celles et ceux qui n’ont soi-disant jamais rien compris à ce qu’il raconte prennent le temps de la visionner sur internet - Emmanuel Macron doit deux choses aux électeurs dont il n’était pas le premier choix : « le respect du champ démocratique et républicain et une plus grande vitalité démocratique. »

Pour cela, il s’engage d’ici la fin de l’année à introduire la proportionnelle, à réduire le nombre de députés et à interdire les doubles mandats. Ces mesures sont fondamentales pour permettre une meilleure représentation de tous les courants politiques au parlement et que la voix de chacun puisse être entendue.

En effet, il n’est pas normal que le FN, et quoique l’on pense du parti de Marine Le Pen, ne soit représenté au législatif que par une poignée de députés alors que plus de 20% des électeurs ont soutenu son programme au premier tour.

Cette réforme est essentielle - Emmanuel Macron a dit qu’il était prêt à l’amener devant le peuple si le Parlement ne se réformait pas lui-même - pour apaiser la vie politique et ainsi pouvoir trouver des solutions aux maux de la société française qui vont au-delà du clivage gauche-droite qui a montré toutes ses limites.

Gouverner au centre est un énorme défi dans un pays habitué à la confrontation. Emmanuel Macron y parviendra-t-il ? Réussira-t-il à rassembler comme il s'est efforcé de le faire lors de ses deux premiers discours? Lui laissera-t-on seulement la chance d’essayer ?

Difficile à dire tant les réactions sont diverses au sein des différentes "familles" politiques quelques heures après l'élection d'Emmanuel Macron. On y verra plus clair ces prochains jours puisque le troisième tour de cette élection présidentielle se profile déjà à l'horizon avec l'ouverture de la campagne pour les législatives de juin.