23/08/2018

« Hérédité »: un héritage en demi-teinte

Hérédité.jpgFilm dit d'horreur, toujours à l'affiche le week-end en fin de soirée pour les amateurs du genre, « Hérédité » aborde, comme son titre l'indique, le thème de l'héritage et le fait qu'on peut être prisonnier de sa situation familiale. Dans le cas précis de la famille Graham, l'héritage en question est celui de la grand-mère maternelle. On découvre après son décès des secrets de plus en plus terrifiants sur sa lignée qui ne seront pas sans conséquence sur sa descendance qui se verra, à la fin du film, décapitée au sens propre et figuré.

La grande force du film est de lui imprégner dès son début une atmosphère pesante. Il ne se passe pas grand-chose dans la première partie du film, mais paradoxalement on ne s'ennuie (presque) pas grâce à une mise en scène maîtrisée, une belle photographie et un excellent jeu des acteurs qui semblent tous, et c'est le cas de le dire, possédés par leur rôle.

La seconde partie laisse plus de place à l'action et les sursauts sur son siège guettent. Mais malgré cela, on reste sur sa faim en raison d'un scénario qui devient au fil des minutes de plus en plus incompréhensible, en laissant la folie prendre le dessus sur les esprits, jusqu'à une fin qui frise le n'importe quoi. Au final, un film avec d'indéniables qualités cinématographiques, mais qui se perd en route. (2 étoiles)

Lire la suite

00:05 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/08/2018

« Papillon »: une belle histoire d'amitié

Affiche.jpgLe film retrace le destin d'Henri Charrière en s'inspirant de son autobiographie qui est un assemblage d'événements qui se sont déroulés durant sa vie carcérale entre 1931 et 1944. Le livre avait déjà fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 1973 avec Steve McQueen et Dustin Hoffman.

Envoyé au bagne de Cayenne en Guyane pour un crime qu'il n'a pas commis, Henri Charrière, voleur des bas-fonds de Paris, va faire la connaissance du faussaire Louis Dega qu'il s'engage à protéger dans ce milieu fort hostile de la prison à condition qu'il l'aide à s'évader. "Papillon", surnommé ainsi en raison du tatouage de cet insecte sur sa poitrine, et Louis vont tenter l'impossible pour essayer d'y parvenir.

Avant d'être un film sur la dure réalité du milieu carcéral, qui peut être un lieu de non-droit absolu comme c'est le cas en Guyane, et les manières d'essayer de s'en évader, "Papillon" raconte une belle histoire d'amitié entre deux hommes, pourtant fort différents, qui vont unir leur destin, le plus souvent pour le pire. Ces deux personnages sont interprétés par Charlie Hunman, qui a perdu 18 kilos et s'est fait enfermer cinq jours dans une cellule pour bien se représenter la solitude dans un silence total, et Rami Malek. Leur complicité fonctionne très bien à l'écran et les rend de plus en attachants au fur et à mesure que le film avance.

Bien que sans grande surprise au niveau de la mise en scène et avec quelques longueurs, "Papillon" est un film qui se laisse voir grâce à l'aventure humaine, bien que romancée, hors norme qu'il raconte avec une certaine émotion. (3 étoiles)

Lire la suite

14:16 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/08/2018

« Mission: Impossible » : un sixième épisode à la hauteur

IMG_3879.jpgRares sont les séries qui ne s'essoufflent pas déjà au deuxième épisode, alors quand on en est au sixième…Pourtant, « Mission: Impossible » échappe à cette règle, le dernier volet de la saga, intitulé « Fall Out »,  étant, à l'image de l'avant-dernier, à la hauteur des attentes des fans de la franchise.

On retrouve donc pour la sixième fois Tom Cruise dans la peau d'Ethan Hunt. Sa mission va consister à réparer les dégâts qu'il a lui-même provoqués en refusant de sacrifier un membre de son équipe avec comme conséquence un vol de plutonium qui a permis à de dangereux terroristes de fabriquer trois bombes nucléaires. Il s'agira bien évidemment pour Hunt et son équipe d'éviter que l'irréparable ne se produise.

Ce scénario, dont l'originalité n'est certes pas la première des vertus, est le prétexte à des scènes d'action plus incroyables les unes que les autres. Et tant pis pour les invraisemblances qui sont inhérentes à ce genre de film. Paris, avec des courses-poursuites haletantes dans ses rues, mais aussi Londres, Berlin et le Cachemire (le tournage a eu lieu en Norvège et en Nouvelle-Zélande) servent de somptueux décors à cet épisode. La dernière partie, sensée se dérouler au Cachemire, est époustouflante aussi bien du point de l'action, avec une course-poursuite spectaculaire en hélicoptère, que des décors naturels absolument superbes.

Ce sixième (et dernier?) opus est sans doute plus dramatique que les précédents, Ethan Hunt se retrouvant à plusieurs reprises confronté à son passé et à ses sentiments. Cela n'empêche toutefois pas des notes d'humour, également caractéristiques de la série. Tom Cruise, qui s'est fait une double fracture au niveau de la cheville pendant le tournage en sautant entre deux immeubles au cours d'une cascade, est fidèle à lui-même. Il est toujours très crédible dans son rôle, à tel point qu'on dirait que le temps n'a pas prise sur lui au même titre d'ailleurs que le thème musical toujours aussi génial dans ses différentes déclinaisons. On ne voit pas passer les 2h30 du film, c'est tout dire. (4 étoiles)

Lire la suite

12:57 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/08/2018

« The Lady » : remarquable Emma Thomson

IMG_3773.jpg

Adapté du roman britannique de Ian McEwan, par ailleurs également scénariste du film, intitulé « The Children Act » (titre original du film), une référence à une loi de 1989 qui place l’intérêt de l’enfant au-dessus de toute considération, « The Lady » a comme personnage principal une Juge à la Haute Cour de Londres, Fiona Maye.

Passionnée par son travail au point de renoncer à devenir mère et à négliger sa relation de couple qui malgré les avertissements de son mari est au bord du gouffre, Fiona Maye va devoir trancher sur le cas d’un adolescent qui refuse une transfusion sanguine, seule à même de le sauver. Mais avant de rendre son verdict, elle décide d’aller le voir sur son lit d’hôpital. Leur rencontre va bouleverser le cours des choses.

 De facture classique qui sied fort bien à son contexte, le point fort du film est indéniablement son interprète principale, Emma Thomson, d’une remarquable justesse dans son rôle de juge. Le fait qu’elle ait assisté, en compagnie du réalisateur, à plusieurs audiences à la cour de justice n’est sans doute pas étranger à ce constat, sans oublier bien évidemment son talent reconnu de longue date. La relation entre Fiona Maye et l’adolescent (Fionn Whitehead, héros de « Dunkerque », excellent lui aussi) est au cœur de ce drame. Elle atteint des sommets d’émotion au moment où la juge prend sa décision au milieu du film.

 Afin de ne pas dévoiler ce verdict, on n’en dira pas plus sur la seconde partie, si ce n’est qu’elle est moins convaincante. Elle prend des allures de mélodrame dont les intentions ne sont pas toujours très claires avec une fin qui toutefois ne manquera pas d’émouvoir aux larmes celles et ceux qui auront laissé leurs sentiments prendre le dessus sur leur mental. (3 étoiles)

Lire la suite

20:39 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/08/2018

Un sérieux coup de pédale s’impose

IMG_3875.jpgSurprise à la lecture du tout premier sondage sur les votations du 23 septembre : le contre-projet direct à l’Initiative vélo ne fait pas le tabac auquel on pourrait s’attendre.

En effet, seuls 48% des personnes ayant répondu au sondage Tamedia (ils sont plutôt fiables d’habitude) disent oui ou plutôt oui (44% non ou plutôt non) à cet objet plutôt inoffensif qui charge la Confédération de soutenir des mesures en faveur de la mobilité douce et des pistes cyclables.

Il n’y a toutefois pas de quoi s’affoler, car la campagne vient juste de débuter et seule l’UDC, que les questions environnementales n’intéressent pas, est opposée à ce que les voies cyclables soient mentionnées dans la Constitution, au même titre que les chemins et sentiers de randonnée pédestre le sont depuis…40 ans. Ces premiers chiffres doivent cependant servir d’avertissement à celles et ceux qui soutiennent ce texte pour qu’une campagne efficace soit menée au cours des prochaines semaines.

En cas de réponse positive du peuple le 23 septembre, la Confédération pourra donc soutenir les cantons lors de l’aménagement de voies cyclables de qualité. Et l’on sait que c’est une condition importante pour que le nombre de personnes qui optent pour le vélo, moyen de locomotion très peu énergivore et respectueux de l’environnement, augmente.

Un sérieux coup de pédale s’impose, car il est plus que temps d’attribuer au vélo la place qu’il mérite !

 

IMG_3874.jpg

00:10 Publié dans Air du temps, Verts | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |