Encore et encore Duval... (15/09/2013)

 

Je m’étais promis à moi-même que « ma réponse à la lettre ouverte de M. Duval » mettrait un point final de mon côté aux élucubrations de ce Monsieur, car quand il n’est plus possible de faire appel à la raison, il est préférable d’arrêter là. 

 

Mais M. Duval en a « remis une couche » aujourd’hui en disant tellement n’importe quoi sur les vacances des directeurs que je ne peux pas laisser passer cela. Et pour une seule raison : ses lecteurs ont le droit de savoir que l’obsession de M. Duval à l’encontre des directeurs confine au délire. 

Extrait de la directive concernant la gestion des vacances des directeurs :

« La mission du directeur d’établissement – dont l’objectif est qu’il offre un encadrement de proximité à ses collaborateurs et une gestion de son établissement fondée sur les besoins du terrain – exige de celui-ci qu’il soit présent dans son établissement de manière continue sur les périodes scolaires. »

Il n’est donc pas question pour un directeur, comme le prétend faussement M. Duval, et sauf circonstances exceptionnelles, comme par exemple des problèmes de santé ou un congé maternité, qui l’auront empêché de prendre tous ses congés durant les vacances scolaires, de prendre ses vacances en dehors des vacances scolaires.

En guise de conclusion, et pour montrer à quel point M. Duval n’est plus crédible, si tant est qu’il ait été une fois, je laisserai la place à un commentaire reçu sur mon blog d’une internaute suite à « ma réponse à la lettre ouverte de M. Duval » :

"M. Duval défend des thématiques avec des arguments qui tournent en bouclent, effectivement. Ce que je constate, c'est que l'écart entre la vraie vie et ses délires prend de l'ampleur au fur et à mesure que le temps passe. On a pu croiser de temps à autres quelques fans, dans les écoles ou dans la rue. Maintenant, ce sont des sourires, des moqueries ou franchement des éclats de rire qui accompagnent ses sorties de plus en plus décalées. Que quelques députés le suivent ne justifie aucunement le décalage; entre un pseudo philosophe et quelques réactionnaires qui ne comprennent rien ou qui s'improvisent experts, nous avons la palette des résistances habituelles des frustrés de la vie...Donc, soyez serein M. Bonny, s'attaquer à la personne, c'est l'arme du nul."


 

17:24 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |