S'acheter une bonne conscience (20/11/2013)

Guillaume Barazzone reversera donc une partie de ce qu’il touchera en tant que Conseiller national à la Ville de Genève, mais pas Rémi Pagani. Est-ce que cela change quelque chose ? Le double mandat de Guillaume Barazzone est-il dès lors plus acceptable que celui de Rémi Pagani ?

La  décision louable de Guillaume Barazzone, qui touchera malgré tout près de 100 000 francs en tant que Conseiller national en plus des 250 000 qu’il touche en tant que Conseiller administratif, est une simple opération de séduction. Elle a pour but de mieux faire passer la pilule auprès des contribuables genevois qui paient avec leurs impôts le salaire d’un Conseiller administratif pour un plein temps et non pas pour un temps partiel (1).

Mais elle ne change rien sur le fond : le cumul d’un deuxième mandat avec un autre qui est considéré comme un 100% n’est plus acceptable de nos jours avec la complexification des dossiers, rétrocession des jetons de présence ou pas. Le temps ne s’achète pas. Quant à  la bonne conscience, il paraît que c’est possible. Vraiment ? Aux électrices et électeurs de la Ville de Genève de le dire au printemps 2015.

 

(1) Lire à ce sujet : Conseiller administratif en ville de Genève un job à temps partiel ?

 

18:53 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |