Interpeller les élus, scandaleux? (16/03/2014)

logo_gapp.jpgLe Courrier nous apprend dans son édition du week-end que le Groupement des associations de parents d’élèves du primaire (GAPP) soutient publiquement la fonction de directeur d’établissement du primaire telle qu’elle existe aujourd’hui, c’est-à-dire sans qu’une partie du temps de travail soit consacré à l’enseignement.

C’est, en effet, ce que demande une motion qui, sans remettre en cause la fonction, souhaite que les directeurs enseignent également. Ce texte a trouvé une majorité en commission et sera débattu ces prochains mois au Grand Conseil.

Pour le GAPP, la mise en place des directions d’établissement de proximité a permis « une amélioration significative des relations et de la communication avec l’Institution scolaire. » Et de citer, entre autres, dans sa prise de position, les relations avec les parents, la gestion du personnel enseignant et son évaluation, l’organisation des rentrées scolaires, le suivi des élèves à besoins spécifiques, la gestion de situation critique qui ont été facilités par « la présence de cet interlocuteur clairement identifié dans une fonction dirigeante et d’autorité. »

Pour le GAPP, « la mission du directeur d’établissement primaire requiert un engagement qui va au-delà d’un poste partagé entre enseignement et direction. » Il pense que « la gestion de certains moments-clés de l’année scolaire serait péjorée si les directeurs devaient enseigner et diriger. »

Le GAPP a fait parvenir cette prise de position à tous les députés, ce qui est une pratique fort habituelle. Durant mes mandats comme conseiller municipal et comme député, j’en ai reçu un nombre incalculable. Il n’y a donc rien de scandaleux à ce que le représentant de 3100 familles fasse connaître aux élus l’avis de ceux qui sont les plus directement en lien avec la réalité scolaire : les parents d’élèves.

18:03 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |