Les jeunes homos (trop) tentés par le suicide (22/01/2015)

FullSizeRender.jpgLa Fédération des associations genevoise LGBT, dont je suis le nouveau co-président, Lorena Parini étant l'autre co-présidente, regroupe 5 associations : 360, Dialogai, Lestime, Think Out et  Parents d’homos. Fondée en 2008, notamment suite aux affiches diffamatoires de l’UDC contre les couples partenariés (les fameux « pacsés inféconds »), la Fédération a pour buts d’élaborer et réaliser des projets, activités, stratégies communes en vue de la promotion de l’égalité des droits pour les personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi, transgenres) et de développer les relations avec la société civile dans son ensemble, notamment les milieux associatifs, institutionnels et économiques.

C’est ainsi qu’elle a organisé en 2009 les premières assises contre l’homophobie et leur suivi en 2011. L’année dernière, elle a mis sur pied les assises sur l’homophobie et la transphobie dans le monde du travail. Elle porte également le projet Totem pour accompagner les jeunes LGBT.

La Fédération collabore avec l’Etat et avec la Ville de Genève pour prévenir l’homophobie et la transphobie. Elle travaille plus particulièrement en partenariat avec le Département de l’Instruction Publique, de la Culture et du Sport et le service Agenda 21 de la Ville de Genève. C’est ainsi  qu’elle mène des ateliers de sensibilisation à destination des élèves des établissements scolaires genevois et propose des modules de formation à destination des professionnel.le.s de l’éducation.

Un rôle essentiel quand l’on sait qu’une étude publiée l’année dernière par l’Université de Zürich constate que les ados helvétiques homosexuels sont cinq fois plus susceptibles de commettre une tentative de suicide que les hétérosexuels (1). C’est un véritable problème de santé publique qu’il faut sans cesse dénoncer et combattre de telle manière à ce que le "coming out" soit synonyme de libération et non de pensées suicidaires.

Pour y parvenir, il est indispensable que les personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres soient pleinement acceptées par la société et aient les mêmes droits que tout le monde. C’est la raison pour laquelle la Fédération des associations genevoises LGBT continuera à se battre ces prochaines années pour :

- le principe de non-discrimination des personnes en raison notamment de leur orientation sexuelle et/ou identité de genre et la garantie de la mise en place d’un dispositif ou de mesures permettant le respect de ce principe ;
- la garantie qu’une éducation aux droits humains incluant les questions touchant à l’orientation sexuelle et l’identité de genre fasse partie intégrante de l’enseignement de base transmis au sein des établissements scolaires;
- le principe d’une formation initiale et continue aux droits humains incluant les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre pour les fonctionnaires de l’Etat et des communes ;
- la garantie de la reconnaissance et de la protection légales, dans l’intérêt des enfants, des différentes familles arc-en-ciel au sein desquelles ces enfants sont élevés, et donc la levée de l’interdiction de l’adoption interne ainsi que celle de l’adoption plénière pour les couples de même sexe ;
- le droit au recours à la procréation médicalement assistée pour les couples de même sexe ;
- la reconnaissance de la persécution des personnes LGBT comme juste motif d’asile.

 

(1) http://360.ch/blog/magazine/2015/01/les-jeunes-queers-enc...

 

 

19:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |