Le triomphe de la Suisse conservatrice (18/10/2015)

Les sondages avaient, hélas, raison. La Suisse qui a peur, la Suisse qui se replie sur elle-même, la Suisse qui s'oppose à l'égalité des droits, la Suisse qui défend les intérêts d'une minorité en y faisant adhérer une majorité, beau tour de force il est vrai réalisé à coups de millions dépensés en frais de campagne dans la plus grande opacité, bref, la Suisse conservatrice a triomphé avec un tiers du Conseil national aux mains de l'UDC qui récolte 11 sièges de plus.

Même si ce résultat était attendu, il n'en demeure pas moins que la baisse marquée du centre et le léger recul du parti socialiste est un choc pour toutes celles et ceux qui croient en une Suisse ouverte aux autres et soucieuse de son environnement. Un vote qui ne comporte aucune vision d'avenir, un vote désenchanté, un vote auquel la moitié des Suisses n'a pas daigné participer, dont beaucoup de jeunes, renforçant ce sentiment de désenchantement et de repli sur soi. Et pourtant, on ne peut pas dire que la population suisse soit la plus défavorisée du monde. Difficile à comprendre.

Il faut toutefois en démocratie accepter le verdict du peuple qui a, paraît-il, toujours raison, quitte à en avoir des maux de ventre, et ne pas céder au découragement, nos institutions offrant la possibilité, grâce aux droits d'initiative et de référendum, de s'exprimer en tout temps, ou presque. La déception passée, les partisans d'une Suisse qui se construit "avec" et non pas "contre" repartiront au combat pour les prochaines élections.

Et pour Genève l'attente sera brève, puisque c'est déjà dans moins de trois semaines qu'aura lieu le deuxième tour pour le Conseil des États et donc l'opportunité de voter pour deux représentants de cette Suisse progressiste.

23:13 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |