Une mauvaise foi sans limite (21/01/2016)

Le pourfendeur patenté des directeurs d’établissement du primaire a de nouveau frappé. S’érigeant en juge tout puissant, il décrète sur son blog que l’article 59, celui qui précise que les directeurs du primaire doivent consacrer une partie de leur temps à l’enseignement, ne doit entrer en vigueur qu’à la prochaine rentrée scolaire, alors que la loi dans laquelle cet article est contenu est entrée en force au 1er janvier.

Dans sa toute-puissance, celui qui a quitté l’enseignement depuis bientôt dix ans décide que l’article d’une loi ne doit pas être appliqué en même temps que toute la loi ! L’association des directeurs de l’enseignement primaire est quant à elle bien plus respectueuse de la loi et c’est la raison pour laquelle elle a demandé, et obtenu, l’effet suspensif pour cet article jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée sur le fond.

Elle se préserve ainsi de nouvelles attaques de ceux qui, depuis bientôt neuf ans, combattent avec acharnement cette fonction et qui n’auraient pas manqué de s’épancher ici et là sur le fait que malgré l’entrée en vigueur de la loi, les directeurs du primaire n’enseignaient toujours pas.

La mauvaise foi chez certains est malheureusement sans limite.

17:32 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |