Pas de "Trumperie" sur la marchandise (27/01/2017)

images.jpgLe moins que l’on puisse écrire, et que l’on apprécie le personnage ou non, c’est qu’après une semaine de pouvoir, Donald Trump a mis à exécution plusieurs de ses promesses électorales.

On peut imaginer que ses électrices et électeurs sont ravis de la diminution drastique des aides financières aux ONG qui ont un lien avec l’avortement, du tour de vis sur les immigrés clandestins, de l’annonce de la construction d’un mur à la frontière mexico-américaine (les électrices et électeurs de Donald Trump ont-ils vraiment cru que le Mexique serait assez stupide pour le financer ?!), de la suppression de toutes les références aux droits des personnes LGBT sur le site de la Maison Blanche, de la relance de deux projets d’oléoducs mettant sérieusement en danger la protection de l’environnement, de la remise en question de l’assurance maladie, de la dérégulation massive qui se répercutera d’une manière ou d’une autre sur les droits des travailleuses et travailleurs et la liste n’est pas exhaustive.

Il n’y a donc pas « Trumperie sur la marchandise ». Le nouveau président des Etats-Unis applique le programme sur lequel il a été élu, ce qui est plutôt rare, il faut bien le dire. Cette qualité ne fait pas pour autant de moi un nouveau supporter de Donald Trump ! Je continue de ne pas comprendre comment une majorité des Etats (rappelons que c’est Hillary Clinton qui a obtenu la majorité des voix) a pu mettre à la tête du pays le plus puissant du monde un homme qui prend ses décisions à la hache.

Et qu’en pensent à présent celles et ceux qui ont renoncé à voter en novembre refusant de se prononcer entre ce qui leur apparaissait comme un choix entre la peste Trump et le choléra Clinton (ou inversement) ? Il faudra sans doute attendre les élections de mi-mandat en novembre 2018 pour le savoir. Que le temps va paraître long jusque-là !

12:32 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |