Condamnons la barbarie! (16/04/2017)

La mode des "fakes news", ces nouvelles inventées de toutes pièces, rendue célèbre par l'incontrôlable locataire actuel de la Maison Blanche a fait douter sur l'authenticité de celle-ci: une centaine d'hommes gays ont été arrêtés et torturés en Tchétchénie au début du mois, trois d'entre eux ayant même trouvé la mort.

IMG_8501.JPGAu fur et à mesure que les jours passaient, plusieurs médias et ONG ont rassemblé des informations, dont des photos de corps suppliciés, démontrant que ces actes de barbarie étaient avérés malgré les dénégations du gouvernement tchétchène prétendant que cela était totalement faux...puisqu'il n'existait pas de gays en Tchétchénie!

«Le Temps» a recueilli le témoignage d’un Tchétchène qui a fui la république avant le début des rafles. «Mes connaissances se sont mis à disparaître un à un du réseau social où nous dialoguions. Il est devenu évident que nous étions traqués», raconte Emir (prénom d’emprunt). La menace était dans l’air depuis des mois. Le jeune homme avait été la cible d’un chantage: «J’ai été obligé de payer, mais je sais que tôt ou tard, ils parleront. Pour ma famille, c’est le déshonneur et je pense qu’ils me tueraient.»

Devant cette grave atteinte aux droits humains, les protestations contre ces persécutions d’homosexuels ont commencé  à prendre de l’ampleur à travers le monde sous la forme de pétitions (1) et de manifestations. Des pays ont exprimé leur préoccupation, parmi eux la France et les USA, suite aux informations en leur possession. Quatre candidats à la présidentielle française (MM. Macron, Hamon, Mélenchon et Poutou) ont condamné ces actes qui font penser aux pires moments de l'Histoire de l'humanité.

Quant aux autorités suisses, elles ne disent rien. Évidemment.

Ce silence n'a pas empêché Pink Cross, association des gays suisses, et plusieurs mouvements politiques et associatifs d'organiser une manifestation jeudi dernier à Berne en appellant justement le gouvernement suisse à condamner la répression en cours en Tchétchénie et à proposer aux autorités russes et locales une action humanitaire en faveur des personnes en danger de mort dans cette république du Caucase dont le leader Ramzan Kadyrov semble dériver vers un islamisme pur et dur.

Espérons que cette mobilisation mondiale portera ses fruits et que ces personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle minoritaire, ce qui n'est pas un crime, pourront se réfugier dans des lieux ou des pays, à commencer par le nôtre, où elles seront en sécurité.

 

(1) Pétitions à signer en ligne: 

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/close_the_gay_torture_centres_loc/?fAFFIab&pv=158

https://go.allout.org/fr/a/chechen-100/

00:44 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |