Vive condamnation des propos homophobes d’un élu MCG (12/09/2017)

Les propos du Conseiller municipal MCG de la Ville de Genève sur les réseaux sociaux, suite au décès de Pierre Bergé, ont fait vivement réagir les associations -  Dialogai, Association 360, Lestime, Parents d’homos, Think out - membres de la Fédération genevoise des associations lesbiennes, gay, bisexuelles et trans*.

Laurent Leisi, le 8 septembre dernier via son compte facebook, a écrit, notamment, que « Pierre Bergé avait rejoint ses maîtres en enfer », qu’il était « libérateur de l’expression pédophile, pornocrate avéré » et que « sa disparition était un bienfait pour l’humanité ». Dans un communiqué de presse, les membres de la Fédération « condamnent fermement ces propos injurieux et homophobes » et demandent « que le parti de ce représentant politique, à savoir le MCG, se positionne par rapport à ces propos, les condamne et prenne les mesures adéquates à l’encontre de Monsieur Leisi. » Cela semble hélas mal parti à lire la réaction très prudente de la présidente du MCG Ana Roch dans l’article de la Tribune de Genève du jour.

Et les membres de la Fédération de constater qu’une fois de plus le fait qu’il n’y ait toujours pas en Suisse « une norme pénale contre la discrimination homophobe et transphobe, à l’instar de l’article 261bis du code pénal suisse contre la discrimination raciale » empêche de porter plainte, ce qu’ils n’auraient pas manquer de faire dans cette situation.

Rappelons au sujet de l’ajout de l’orientation sexuelle et l’identité de genre à l’article 261bis du Code pénal, qui punit pour l'instant uniquement les actes discriminatoires en lien avec la race, l'ethnie et la religion, que les discussions se poursuivent au parlement fédéral et qu’elles sont en bonne voie d’aboutir, mais probablement pas avant deux ans (pour en savoir plus : https://independance.blog.tdg.ch/archive/2017/03/18/on-pe...).

16:30 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |