Le pape dérape (27/08/2018)

Le moins que l’on puisse écrire est que les propos du pape ne passent pas inaperçus ! Le lien qu’il a fait entre homosexualité et psychiatrie a déclenché, à juste titre, une avalanche de commentaires scandalisés.

Interrogé par un journaliste sur ce qu’il dirait à des parents qui découvriraient l’homosexualité de leur enfant, le pape a tout d’abord eu des propos bienveillants en prônant le dialogue et la compréhension. C’est ensuite que cela s’est gâté quand il a précisé que « quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. »

Cette association entre homosexualité et psychiatrie a déclenché un tollé bien au-delà de la communauté LGBT, et cela se comprend parfaitement. Alors qu’il a fallu attendre jusqu’en 1990 pour que l’OMS retire l’homosexualité de la liste des maladies, où elle figurait comme un trouble mental, et qu’aujourd’hui encore 74 pays dans le monde la condamne, dont 13 où elle est passible de la peine de mort, de tels propos de la part d’une autorité spirituelle comme celle du pape sont inacceptables !

Ils reviennent en effet à faire un amalgame entre homosexualité et maladie mentale et à conforter dans leur opinion celles et ceux qui en sont déjà persuadés ou qui se laisseraient facilement convaincre. C’est ce genre d’affirmations qui occasionnent des souffrances et qui conduisent des personnes homosexuelles à devoir consulter, pas l’homosexualité en tant que telle !

18:36 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |