Nouveau dérapage d'un conseiller municipal (29/01/2019)

Bilal Hassani, qui représentera la France à l'Eurovision, est la cible depuis des semaines des homophobes, transphobes et xénophobes. Et jusque chez nous. C'est ainsi qu'un conseiller municipal de la Ville de Genève a complètement dérapé en postant sur son mur facebook le message suivant:

06A5D528-19F7-453E-ACDC-39DFB011229D.jpeg

 Cette publication immonde a fait réagir la Fédération genevoise des associations genevoises qui a publié le communiqué de presse ci-dessous.

Les membres de la Fédération genevoise des associations lesbiennes, gay, bisexuelles et trans* (LGBT) : Associations 360, Dialogai, Lestime, Parents d’homos et Think out condamnent fermement les propos homophobes proférés le 28 janvier 2019 via le compte Facebook de Laurent Leisi, Conseiller municipal en Ville de Genève envers Bilal Hassani, représentant de la France à l’Eurovision.

Le Conseiller municipal, qui n’en est pas à son premier dérapage homophobe ou transphobe, se permet par ailleurs de sous-entendre que Bilal Hassani « finira sans doute par se suicider dans quelques années », alors même que l’homophobie, la biphobie et la transphobie font des ravages, en particulier auprès des jeunes LGBT, qui ont entre 2 et 10 fois plus de risques de faire une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuel.le.s. Un dérapage d’autant plus grave que l’on sait que Bilal Hassani est la cible d’une recrudescence violente de propos et actes homophobes depuis sa candidature à l’Eurovision.

Nous appelons ainsi Laurent Leisi à ne plus tenir des propos homophobes ou transphobes et demandons à ce que le Conseil municipal de la Ville de Genève se positionne par rapport à ces propos, les condamne et prenne les mesures adéquates à l’encontre de Laurent Leisi.

Nous constatons une fois de plus l’urgence de compléter l’article 261 bis du Code pénal suisse afin de permettre la condamnation de tels propos homophobes, contre lesquels nous aurions pu ainsi porter plainte.

Rappelons pour celles et ceux qui ne le sauraient pas encore que l'UDF a lancé un référendum contre la modification de l'article 261bis du Code pénal au nom de la liberté d'expression…

17:07 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |