« Adieu les Cons » : satire sociale burlesque (08/11/2020)

32575DFC-0B60-49FA-9BCD-5E7F4696FC37.jpegAlbert Dupontel, devant et derrière la caméra, a voulu pour son film mélanger deux genres : le burlesque et le drame. Il déclare à ce propos que les films qui l’ont marqué « véhiculent beaucoup ces deux sentiments, de Chaplin à Terry Gilliam, en passant par Ken Loach. » Malgré le propos grave de son long-métrage qui met en scène « quelqu’un qui veut vivre mais qui ne peut pas et quelqu’un qui pourrait vivre mais qui ne veut pas », il avait comme ambition d’être distrayant et de faire voyager le spectateur.

Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans que ses jours sont comptés, elle décide d’entreprendre les démarches pour retrouver l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans. Ses recherches vont l’amener à faire la connaissance, dans des circonstances bien particulières, de JB, quinquagénaire dépressif, et de M. Blin, archiviste aveugle à l’enthousiasme débordant. Ce trio détonnant ne va reculer devant aucun obstacle pour tenter de retrouver l’enfant de Suze Trappet.

Oscillant constamment entre comédie et drame, l’excellente première scène donne le ton à tout le film, « Adieu les Cons » est trépidant, émouvant, tendre, romanesque, drôle, tragique, poétique, délirant, satirique, extravagant, déroutant et absurde. Avec tous ces qualificatifs, on pourrait craindre que le film parte dans tous les sens et qu’il perde le spectateur. Tel n’est pas le cas, car le long-métrage d’Albert Dupontel tient le cap de la satire sociale du début à la fin en utilisant, suivant les scènes, un ton drôle, dramatique, tragique ou encore émouvant dans une grande cohérence jusqu’à la scène finale tout aussi réussie que celle du début.

Alors, certes, le trait est parfois un peu grossier et répétitif, principalement avec le personnage de l’aveugle, mais l’ensemble, porté par une excellente distribution, dégage une indéniable impression positive. A voir à la réouverture des cinémas dans un avenir qu’on espère pas trop éloigné...(4 étoiles)

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas désagréable, mais pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

00:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |