« Mourir peut attendre » : une sortie réussie pour Daniel Craig (01/10/2021)

Mourir peut attendre.jpgJ’avais 12 ans quand j’ai vu mon premier James Bond, « L’espion qui m’aimait » avec Roger Moore, au cinéma. C’était au Plaza. C’était la première fois que je voyais un film en version originale sous-titrée, à ma plus grande surprise puisque ce n’était pas volontaire. J’en garde, 44 ans plus tard, encore un souvenir lumineux : voir son premier James Bond en anglais dans cette salle magique avec son écran gigantesque, ça ne s’oublie pas ! 

Depuis lors, j’ai vu tous les James Bond sur grand écran. Alors, après les nombreux reports de « Mourir peut attendre », je ne voulais pas…attendre un jour de plus pour découvrir les nouvelles aventures du plus célèbre agent secret de tous les temps. Et ce malgré le fait que j’avais plutôt été déçu de l’opus précédent « Spectre », qui faisait suite à l’excellent « Skyfall ». 

Après une entrée en matière sous forme de flashback, qui vous plonge immédiatement dans le film, suivie d’une chasse à l’homme comme il se doit spectaculaire, le générique, qui fait aussi partie de la marque James Bond, offre une première respiration après ce début sur les chapeaux de roue. La demi-heure qui suit sert à mettre en place l’intrigue qui brouille les pistes et, à vrai dire, un peu le spectateur. 

Mais tout revient dans l’ordre quand on a compris que 007, qui est parti à la retraite, accepte de reprendre du service pour sauver un scientifique qui vient d’être kidnappé. Mais bien évidemment, la mission s’avère bien plus complexe et dangereuse que prévue. James Bond se retrouve à poursuivre le méchant de l’histoire qui détient une arme technologique capable de tuer en se basant sur l’ADN.

A la lecture du synopsis, pas de doute, les standards d’un James Bond sont respectés. Certes, mais ce vingt-cinquième épisode est plus intimiste, plus noir aussi, dans la lignée de « Skyfall ». Les James Bond girls, à une exception près, sont absentes et la relation de 007 avec Madeleine est au cœur de l’histoire. Les personnages secondaires habituels, M, Q, Monneypenny, sont plus en vue, ce qui renforce ce côté intimiste. L’action est au service du film, bien dosée et plutôt réaliste. On n’oubliera pas de mentionner des pointes d’humour « so british » qui font mouche et bien sûr la musique toujours très attendue dans un James Bond.

Quant à la fin, après 2h45 que l’on ne voit pas passer, et sans rien dévoiler pour ne pas gâcher le suspense, elle offre une sortie réussie à Daniel Craig qui incarne pour la dernière fois 007. En conclusion, ça valait la peine de ne pas attendre un jour de plus pour découvrir cet opus de très bonne facture ! (4 étoiles)  

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

21:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |